Aller au contenu principal

Picardie lait met le paquet pour la semaine du goût

Nouveaux supports, cuisine, dégustation, explications… Pour la semaine du goût, du 16 au 22 octobre, les animatrices de Picardie lait ont investi les locaux
de l’école primaire des Bords de Somme, à Amiens. Un programme bien fourni autour du lait, pour une sensibilisation accrue. 

Harry met son nez sur ce fromage qu’il découvre aujourd’hui. Grimace de dégoût. «Ça pue !» Mais «pour l’expérience», il va goûter. Il annonce ne pas aimer, mais finit sa part et s’en lèche les doigts. «C’est du Maroilles. Un fromage de notre région», lui annonce l’animatrice de Picardie lait, Andzia. Comme lui, les élèves de cycle 2 et 3 de l’école primaire des Bords de Somme, au quartier Étouvie d’Amiens, ont eu la chance de découvrir le lait, son parcours de la vache à l’assiette et ses produits, durant quatre jours du 16 au 22 octobre, à l’occasion de la semaine du goût. 

«Les intervenantes sillonnent la Somme, l’Aisne et l’Oise toute l’année pour des animations à la demi-journée ou à la journée, avec des ateliers “le lait de la vache à la laiterie“, “petit-déjeuner“, “à la découverte des fromages“, et “expériences autour du lait“. Mais pour la semaine du goût, elles restent une semaine dans une même école pour des activités spéciales», présente Amélie Wibart, directrice du Criel Nord-Picardie-Ardennes, dont dépend Picardie lait. Au programme : ateliers de découverte avec de tous nouveaux supports, dégustations et atelier de cuisine.

«Communiquer sur la qualité de nos produits est indispensable. L’enjeu est le maintien de la consommation des produits laitiers. Or, les citoyens sont de plus en plus éloignés de notre quotidien d’agriculteur. Ils ne savent plus ce qu’est une vache», assure Dominique Dengreville, éleveur laitier à Saint-Riquier et président de Picardie lait. Pour lui, l’enfant est un «super vecteur». «Il est le consommateur de demain. Et souvent, en rentrant à la maison, il explique à ses parents ce qu’il a appris.»

De leur côté, les enseignants sont pour la plupart très demandeurs. «Les écoles qui ont fait appel à Picardie lait en redemandent souvent. Nous faisons en sorte de les satisfaire, mais aussi d’aller vers de nouvelles classes pour toucher le plus de monde. Le planning est bien rempli», se réjouit Dominique Dengreville. Picardie lait travaillait déjà avec l’école des Bords de Somme, mais pour les élèves de maternelle. «Cette action s’intègre dans le parcours santé mis en place dans le quartier. Différentes actions sont menées, sur l’hygiène corporelle, l’activité physique… Et l’alimentation. Les produits laitiers y ont toute leur place», précise François-Xavier Hurtel, le directeur. 

 

De la curiosité

Pour les animatrices de Picardie lait, le pari est gagné. En témoigne la curiosité dont font preuve les enfants. «De la confiture de lait ? Ça existe ?», s’étonne l’un d’eux. L’atelier «le lait sous toutes ses formes» le lui aura appris. En face, Thérèse, Harry, Evan et Remdyson s’appliquent. «Lactobacillus bulgaricus», recopient-ils sur leur questionnaire. «C’est une bactérie qu’on trouve dans le yaourt. Je pensais que les bactéries, c’était toujours mauvais pour la santé», avoue Thérèse. Dans la pièce voisine, une autre classe équipée de toques de chefs, réalise un banoffee. «C’est un dessert anglais à base de banane, de spéculoos, de chocolat, de confiture de lait, de crème et de beurre», présente Rachel, de Picardie lait. «On cuisine tous les mois, mais cette fois, ils découvrent de nouveaux goûts. Très peu connaissaient le lait concentré, par exemple, alors que nous avons été élevés avec», s’étonne leur institutrice, Mme Decastel. Mercredi, la journée était réservée aux parents volontaires. Il n’y a pas d’âge pour découvrir. 

La collecte de lait décroche en 2023

Malgré un contexte propice à la production, la collecte laitière est en recul de 2,9 % au mois de juillet par rapport à juillet 2022, selon la note de conjoncture mensuelle de FranceAgriMer. Les volumes avaient connu une baisse similaire au mois de juin. Au mois d’août, le recul de la collecte se serait établi à 2,4 %, d’après les données des enquêtes hebdomadaires de FranceAgriMer compilées par l’Institut de l’élevage (Idele). Sur les sept premiers mois de l’année, la collecte connaît un recul équivalent : - 2,3 % par rapport à 2022. «La collecte a entamé un repli structurel qui s’accentue en 2023 malgré une très bonne année fourragère 2023 et un prix du lait supérieur à celui de l’an passé. Toutefois, les maïs fourrages récoltés en 2022 et distribués jusqu’à cet été étaient peu lactogènes», analyse Idele dans sa dernière publication Tendances. La chute du nombre de livreurs est la cause principale de la baisse de la collecte (- 4,5 % de livreurs en un an). L’élevage laitier a «le taux de renouvellement le plus faible en agriculture», rappelle Idele. Et les éleveurs en place peuvent difficilement produire plus, leurs outils étant «saturés».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Escaudoeuvres Tereos Agristo
Le projet d’Agristo sur l’ancien site Tereos d’Escaudoeuvres (59) en consultation publique

L’industriel belge Agristo est le troisième à dévoiler un peu plus les contours de sa future usine implantée sur le sol des…

Il faudra attendre un certain nombre de jours de beau temps pour pouvoir retravailler certaines parcelles et évaluer les pertes.
Coulées de boue : les agriculteurs ne veulent pas porter le chapeau

Les inondations qui ont touché la vallée de la Somme fin de semaine dernière relance le débat sur la prévention du phénomène d…

De 10h à 16h, le 31 mai, Benjamin et Raphaël Delva expliqueront aux visiteurs de leur ferme ce qui les a conduits à opter pour ce système, leur parcours, et la manière dont ils le gèrent aujourd’hui.
Une journée pour appréhender la production de lait à l’herbe… et bio

Le Gaec de la Ferme du Rivetin ouvrent les portes de son atelier laitier bio à l’herbe le vendredi 31 mai pour partager ses…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

«On doit avoir des députés de dossiers plutôt que de plateaux de télé»

Alors que la date du scrutin pour l’élection des députés européens se rapproche – ce sera le 9 juin -, la FDSEA de la Somme a…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde