Aller au contenu principal

Piloter le désherbage pour améliorer la compétitivité

En raison des conditions sèches et par crainte des aléas sur la culture du colza, les agriculteurs du Nord-Est ont eu davantage recours aux solutions de post-levée ces dernières campagnes. 

Quel est le bon stade pour démarrer sa stratégie de désherbage ?
D’une manière générale, celle-ci doit, en premier lieu, être raisonnée en fonction de la flore adventice présente sur la parcelle. C’est en effet la gestion des graminées qui détermine le maintien ou non d’un passage en pré-semis ou prélevée. L’année 2021 est à nouveau marquée par une recrudescence de graminées dans les parcelles de céréales. Leur présence justifie le maintien d’une application de présemis ou de prélevée. La propyzamide en postlevée n’est pas suffisante pour bien contrôler les fortes infestations de graminées. Or, leur gestion dans la rotation est un défi majeur de la durabilité des systèmes céréaliers. De surcroit, les graminées peuvent concurrencer le colza à l’automne alors qu’une pleine croissance est requise pour faire face aux ravageurs d’automne.

Lorsque les infestations de graminées et de dicotylédones sont fortes, des programmes complets incluant présemis ou prélevée sont souvent nécessaires. Pour garantir un bon rapport qualité-prix des programmes incluant Mozzar/Belkar en poste-levée, l’application au semis se cantonnera à des solutions économiques (environ 40 E/ha) et orientées vers la cible graminée, vulpin et ray-grass en particulier : napropamide en pré-semis incorporé, Springbok (2 l/ha) ou métazachlore (1 à 1,5 l/ha selon usages autorisés).

Le métazachlore fait, depuis cette année, l’objet d’une réduction de la dose homologuée : 500 g/ha tous les trois ans ou 750 g/ha tous les quatre ans. Dans le cas des rotations longues, la dose de 750 g/ha permet de bien contrôler la pression graminée. En revanche, le métazachlore à 500 g/ha (mtz 500) est souvent insuffisant en situations de fortes infestations. À cette dose, il doit être complété. Les programmes mtz 500 + napropamide 500-600 g/ha ou mtz 500 + dimétachlore 300-500 g/ha sont à privilégier contre vulpin. Contre ray-grass, les bases dimétachlore, métazachlore associé ou non au dmta-P et les bases avec péthoxamide offrent des niveaux d’efficacité équivalents (cf. figure).

 

Pour ne pas prendre de risque 

La stratégie «prélevée à dose modulée + post-levée» est aussi une stratégie d’assurance face au risque de levées échelonnées. Contre les dicotylédones, des post-levées s’avèrent efficaces sous réserve d’un bon positionnement. Mozzar/Belkar est un herbicide foliaire strict, c’est-à-dire qu’il n’est efficace que sur les adventices touchées. Comme les autres solutions de post-levée, il doit cibler un maximum d’adventices levées mais encore suffisamment jeunes. Cela implique une observation régulière de la flore présente dans la parcelle. Mozzar à 0,25 l/ha peut être positionné dès «4 feuilles» du colza où il est très efficace sur géranium. Il est néanmoins préférable d’attendre le 1er octobre afin d’élargir son spectre et de toucher le gaillet et les premières levées de véroniques ou de matricaires. Exceptionnellement, sur levées très précoces d’adventices (colza levé avant le 15 août) et en cas de forte pression de géranium, nous resterons sur une application dès «4 feuilles», quelle que soit la date d’apparition de ce stade. La construction d’un programme permettra également de renforcer la solution sur ses points faibles comme les crucifères ou les graminées. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Pour être juste, le prix d’un maïs sur pied s’établit en fonction du rendement  en grain, de la cotation sur le marché et de la culture qui sera implantée  par la suite.
Quel prix pour le maïs sur pied en 2021 ?
L’achat et la vente de maïs sur pied sont une pratique courante dans le département. Pour calculer le juste prix, deux méthodes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde