Aller au contenu principal

Plaine en fête 2021 ? Oui !

Covid ou pas, les Jeunes agriculteurs de la Somme ont décidé d’organiser Plaine en fête cette année. L’édition devra certainement s’adapter aux mesures gouvernementales, mais rendez-vous est donné dimanche 5 septembre à Bernaville.

«Il faut se donner les moyens d’y arriver. On a pris la décision il y a trois mois : après une année sans pour cause de crise sanitaire, nous organiserons Plaine en fête en septembre», annonce Guillaume Clop, président des Jeunes agriculteurs de la Somme. Le syndicat a déjà envoyé une invitation pour informer ses partenaires : la fin des travaux estivaux des champs seront bien célébrés cette année. L’événement aura lieu à Bernaville, le premier dimanche de septembre comme traditionnellement. 

«Pour l’instant, le facteur chance semble avec nous, puisque des assouplissements des restrictions ont été annoncées par le gouvernement. Mais le comité d’organisation (une petite trentaine de JA) avance un peu dans le flou, car nous n’avons pas encore de visibilité sur la réglementation qui nous sera imposée», ajoute Guillaume Clop. Pour l’événement qui accueille entre huit et douze-mille personnes, une jauge à cinq-mille serait un sacré handicap. «C’est un pari que nous souhaitons faire.»

Aux commandes, pour «mobiliser les troupes» organisationnelles : Nicolas Patte, installé à Domart-en-Ponthieu, nommé président de l’édition 2021 de Plaine en fête. «Nous avons pris les devants en faisant très attention à notre trésorerie», confie-t-il. L’habituelle soirée du samedi soir semble compromise, et la rentrée d’argent qu’elle occasionne avec. Pour compenser, le comité d’organisation a choisi de miser sur des activités que les JA peuvent mettre en place eux-même. Pas de saut à l’élastique ni de baptême d’hélicoptère cette fois, mais les animations proposées restent séduisantes. «Nous programmons la messe des laboureurs, un village d’explosants, un marché de producteurs, la finale régionale du concours de labour, un moiss’bat’cross, un auto-foot, une mini-ferme et nous annonçons le retour du tracto-force.» Le principe ? Aller le plus loin possible en tirant une remorque chargée d’un poids qui s’enfonce de plus en plus dans la terre.

 

Distanciations sociales assurées

Ces animations devraient avoir lieu toute la journée, au lieu d’un temps fort l’après-midi, pour étaler l’affluence. Les horaires ont été élargis pour les mêmes raisons, de 9h à 18h au lieu de 10h à 17h. Même la surface est doublée. «Habituellement, il nous faut
14 ha. Cette fois, nous disposons de 30 ha. Largement de quoi respecter les distanciations sociales. Le terrain est grillagé et nous serons capables de lister chaque entrée
», assure Nicolas Patte. 

Inutile néanmoins de saliver à l’avance sur le bœuf à la broche servi sous un grand chapiteau. «Nous misons plutôt sur des foods trucks répartis sur le site. Cela permettra de réduire les files d’attentes et d’éviter un attroupement le midi.» Autant d’éléments qui devraient convaincre la préfecture de délivrer la précieuse autorisation. 

 

Terres de Jim 2021 : check aussi 

Que gagnera le vainqueur de la finale régionale du concours de labour ? Un ticket pour la finale nationale. Celle-ci doit avoir lieu le week-end suivant, du 10 au 12 septembre à Corbières, dans l’Aude, lors des Terres de Jim. «Les Jeunes agriculteurs 04 relèvent avec enthousiasme ce nouveau défi de taille : plus qu’un concours de labour, il s’agit désormais d’organiser la plus grande fête agricole en plein air d’Europe», est-il annoncé sur www.lesterresdejim.com.  L’événement national considéré comme une «véritable vitrine de l’agriculture et de la culture locale» a lieu pour la première fois en Paca, «une région multiculturelle, aux paysages variés et aux productions ancrées dans les territoires». L’édition 2019, à Bains-Seneujols (43), avait rassemblé plus de cent-quinze-mille visiteurs.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Les Garages François, une histoire de famille
Les Garages François, c’est l’histoire d’une entreprise familiale avec une grande vocation, celle de servir et de satisfaire ses…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde