Aller au contenu principal

Plan Écophyto : un constat sans appel

La Cour des comptes a publié le 4 février un bilan négatif du plan Écophyto. Elle souligne à nouveau l’échec du plan, pointant du doigt des manquements techniques et demande au gouvernement de simplifier la programmation et le financement.

Dans son rapport, la Cour des comptes pointe d’abord du doigt des manquements techniques, mais aussi sur l’utilisation des fonds consacrés au plan Écophyto.
Dans son rapport, la Cour des comptes pointe d’abord du doigt des manquements techniques, mais aussi sur l’utilisation des fonds consacrés au plan Écophyto.
© D. R.


Le constat est sans appel. Pour la Cour des comptes, avec la mobilisation de 400 millions d’euros au total sur 2018, «les effets des plans Écophyto demeurent très en deçà des objectifs fixés», comme elle le précise dans son bilan envoyé au Premier ministre fin novembre. Un manquement que ne manque pas d’appuyer le cabinet de la ministre de la Transition écologique. La hausse de 21 % de la quantité de substance active (QSA) entre 2017 et 2018 n’est «pas à la hauteur des ambitions qui avaient été fixées dès 2009 au lendemain du Grenelle de l’environnement», rappelle-t-on Boulevard Saint Germain, à l’occasion de la parution du rapport.
Dans son rapport, la Cour pointe d’abord du doigt plusieurs manquements techniques. Le dispositif de contrôle des pulvérisateurs, par exempale, «ne produit pas tous les résultats escomptés». L’obtention des certificats Certiphyto ? «Peu formelle et peu articulée avec les instruments de connaissance et de formation», estime la Cour. Et le dispositif des Certificats d’économie de produits phytosanitaires (CEPP) demeure, aux yeux du pré- sident Migaud, «de portée incertaine».

Neutralisation de l’impulsion nationale
Ces échecs sur le terrain seraient dus, si l’on en croit la Cour des comptes, à un manque de programmation et de lisibilité des financements. Sur le cadre, tout d’abord, les objectifs Écophyto seraient précisés par les mesures de près de dix programmes différents, dont le plan biodiversité, le plan ambition bio, le Grand plan d’investissement ou, encore, le Plan national de réduction des émissions de polluants atmosphériques. Sur le nancement, ensuite, les fonds provenant de la redevance pour pollution diffuse, du Feader, des porteurs de projet eux-mêmes, ou d’autres crédits de l’État, sont redistribués à la fois par l’OFB, par les Régions, par les collectivités territoriales, et par les agences de l’eau. «Une gestion administrative et financière si complexe, qu’elle peut neutraliser les effets de l’impulsion nationale», dénonce la Cour des comptes. Les quatre propositions de la Cour des comptes convergent alors vers un objectif principal : simplifier le dispositif, en réaffirmant des objectifs clairs. La Cour suggère donc «de concevoir un cadre pluriannuel de programmation des financements», de rendre public «un tableau de l’ensemble des ressources financières mobilisées», et de donner accès au grand public aux «données et analyses rendant compte de la politique menée». Dernière demande : la France doit introduire «un objectif prioritaire de réduction des produits phyto-pharmaceutiques» pour la prochaine mouture de la Pac.

Le gouvernement rassure
«Heureusement que nous n’avons pas attendu les propositions de la Cour des comptes», a réagi Didier Guillaume lors d’un événement de l’association Contrat de solutions (FNSEA, Acta, UIPP...). Une position qui résume le courrier officiel envoyé par le Premier ministre en date du 3 février à la Cour des comptes. Plus diplomate que la rue de Varenne, Matignon affirme dans sa réponse à la Cour des comptes «l’engagement du gouvernement à donner suite à ses recommandations», et souligne des actions concrètes sur chaque point. Introduire la réduction des phytos dans la Pac ? La Commission européenne s’y est «engagée dans le cadre du Green deal». La publication des données de vente ? Un outil développé par l’OFB et le ministère de la Transition écologique «a été mis en ligne en janvier 2020», suite au Comité d’orientation stratégique (COS) organisé début janvier.
La réponse se fait plus évasive en revanche sur la question de la programmation et de l’utilisation des fonds. Concernant le renforcement du cadrage, le Premier ministre annonce une mission interinspections, mobilisant l’Of ce français de la biodiversité (OFB) et les directions d’administration centrale, qui étudiera au premier semestre 2020 «la mise en place d’une programmation pluriannuelle des financements du programme Écophyto». Espérant par ailleurs éclaircir l’utilisation des 30 millions d’euros accordés aux régions, le Premier ministre précise qu’une demande a été adressée aux préfets de région le 19 juin dernier sous la forme d’une circulaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde