Aller au contenu principal

Plan protéines : des aides victimes de leur succès

FranceAgriMer a annoncé le 14 janvier l’interruption de la téléprocédure, ouverte le 11 janvier, pour les aides aux agroéquipements et semences dans le cadre du plan protéines. Elle devrait reprendre le 27 janvier.

Bineuse
La mobilisation des agriculteurs sur le volet agroéquipement du plan protéines est forte, conduisant à une suspension de la démarche en ligne.
© Arvalis-Institut du végétal

Le moins que l’on puisse dire, et c’est FranceAgrimer qui l’a fait sur son compte Twitter le 14 janvier, c’est que la mesure d’aide aux agroéquipements incluse dans le plan de relance « a suscité un grand intérêt ». « Le nombre très important de dossiers déposés depuis son ouverture nécessite une interruption de la téléprocédure pour permettre un premier bilan des demandes d'aide et s'assurer de leur couverture budgétaire.» Selon la procédure d’instruction des dossiers, « les demandes d’aide complètes sont traitées dans leur ordre d’arrivée, dans la limite des crédits disponibles ».

«  Plus de déçus que d’élus »

Aussitôt cette annonce faite, la FDSEA et JA de Haute-Vienne ont demandé « une rallonge significative d’enveloppe » en particulier sur les aides aux équipements et semences du plan protéines. A l’échelle nationale pour ce volet investissements amont, « environ 4 000 dossiers ont été déposés pour 63 millions d’euros de demandes de subventions » contre une enveloppe de 20 millions : « il est déjà clair que le dispositif fera plus de déçus que d’élus », selon les deux organisations professionnelles.

FranceAgriMer a indiqué pour sa part que « suite à de nombreux dépôts depuis le 11 janvier, la procédure de dépôts de dossiers reprendra le 27 janvier ».

« Je me réjouis de la forte mobilisation des agriculteurs sur le volet agroéquipement du plan protéines », avait réagi le 12 janvier, le président de la Fop, Arnaud Rousseau. « En 48h, la totalité de l’enveloppe de 20 Millions d’euros gérée par FranceAgriMer a été consommée », s’est-il félicité. Et de conclure à l'adresse du ministre de l'Agriculture, qu'il est « urgent de compléter les moyens

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
De gauche à droite, Rémi Chombart et Laurent Degenne, associés à l’origine  du projet, et Pierre Chombart, responsable du site : «l’idée est de maximiser les capacités de production qu’offre la méthanisation.»
Un méthaniseur véritable pôle de production d’énergies vertes
À Vraignes-en-Vermandois (80), dix-huit agriculteurs se sont associés autour d’une unité de méthanisation bien particulière. En…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde