Aller au contenu principal

Plan protéines végétales  : les propositions sont sur la table

Les propositions de la filière sont désormais sur la table : elles visent 62 % d’autonomie sur l’alimentation du cheptel et 100 % en alimentation humaine. Une partie du travail passera par la Pac.

© Pixabay



Le chantier a d’abord mis du temps à être lancé. Début 2018, le président Macron soutient l’idée d’une «vraie stratégie protéines» en vue d’accéder à la «souveraineté alimentaire». Un an plus tard, le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume ouvre une concertation nationale, qui doit se poursuivre jusqu’à l’automne. Ce ne fut pas du temps perdu, selon la filière. «Jamais un tel travail collectif n’a été mené, souligne Laurent Rosso, directeur de Terres Univia (interprofession des huiles et protéines végétales), à l’issue d’une réunion de restitution, le 24 juin. On sent une vraie dynamique.» Même satisfaction à l’Inra. Cécile Détang-Dessendre, directrice scientifique adjointe Agriculture, constate «un changement des mentalités».
La concertation a deux volets. Côté filières, c’est Terres Univia qui coordonne les travaux, mobilisant notamment les interprofessions des secteurs végétal (légumes secs, céréales, oléoprotéagineux) et animal (volaille, lait, œuf, porc, bétail et viande). L’Inra s’occupe de la partie recherche. «On touche à l’ensemble des problématiques : depuis les attentes du consommateur jusqu’à l’offre de produits, en passant par la structuration des filières, les impacts environnementaux...», se félicite Laurent Rosso.

Sept axes ont été définis
Quant au plan ministériel, promis avant la fin du premier semestre, il attendra encore un peu. Le ministère de l’Agriculture prévoit de dévoiler son plan protéines à l’automne. Seule l’architecture générale est connue. Elle se décline selon sept axes : diversification des cultures («introduction massive de légumineuses»), autonomie des élevages, synergies entre cultures et élevages, alimentation humaine, recherche, action européenne, gouvernance.
De son côté, l’ambition des filières s’articule en cinq objectifs principaux. Il s’agit de répondre à une demande croissante en protéines végétales, sans OGM, et d’une meilleure prise en compte de l’environnement. Un chiffrage est donné sur la trajectoire à suivre : améliorer de dix points la souveraineté en MRP (matières riches en protéines, autrement dit les tourteaux) pour atteindre 62 % d’autonomie sur l’alimentation du cheptel ; produire 100 % de nos besoins en alimentation humaine. Tout cela en sécurisant la rémunération des producteurs, et avec des filières pérennes.
Concrètement, le plan proposé par la filière s’étale sur dix ans, et neuf leviers d’action sont identifiés, qui «devront être mobilisés selon une stratégie (moyens, jalonnement, articulation entre eux...) particulièrement coordonnée», selon le document de synthèse élaboré par Terres Univia.

Communiquer
Le développement des protéines végétales «made in France» dépend de l’acceptation par le consommateur de «payer à la hauteur de la qualité produite», rappellent les professionnels des filières. D’où l’importance, selon eux, de communiquer sur les valeurs que portent les productions nationales. L’idée est de valoriser notamment ce qui est sous signe officiel de qualité et d’origine. Il est aussi question d’identifier les parts de marché des segments aptes à valoriser la protéine de production locale en alimentation humaine ou animale, leur potentiel de développement et les verrous techniques, réglementaires, afin de construire des stratégies adaptées.
«Les opérateurs devront disposer d’observatoires des coûts et des prix des MRP et des produits», peut-on lire comme autre proposition. Une analyse «partagée entre les filières» permettra d’éclairer les acteurs économiques et de renforcer la transparence des transactions pour garantir, en premier lieu, les revenus des agriculteurs, poursuit Terres Univia. Il s’agit tout particulièrement de suivre l’évolution de la prime non OGM, comme du bio, dans la construction du prix.
L’adaptation des systèmes de production vers une plus grande diversification et une moindre utilisation d’intrants est un parcours semé d’embûches pour l’agriculteur. Une proposition des filières vise donc à innover dans les dispositifs de gestion des risques : épargne de précaution, assurances, fonds de mutualisation... Il s’agit aussi de prendre en compte, dans le prix versé au producteur, son engagement à long terme dans l’évolution du système et le plan protéines.

Valoriser les progrès environnementaux
Quatrième levier d’action : développer des mécanismes d’aides publiques en faveur des agriculteurs aux pratiques vertueuses pour le climat et l’environnement, dans le cadre de la nouvelle Pac et au niveau national. La contribution des prairies et des pratiques agronomiques en matière de stockage du carbone doit être prise en compte, avancent notamment les acteurs des filières.
Une autre proposition vise à favoriser la structuration de filières à l’échelle locale. Il s’agit de mettre en place, dans les territoires, des projets de développement entre opérateurs, permettant d’optimiser toute la chaîne de la production à la collecte, la transformation. C’est aussi de créer des cadres de contractualisation entre les différents maillons afin de sécuriser les flux. Un des objectifs est de conforter l’organisation économique entre les filières d’élevage et de production végétale et d’assurer un suivi des indicateurs de progression des surfaces ou de fourniture locale d’alimentation aux élevages.
Dans son rapport, Terres Univia réclame aussi une politique de soutien aux investissements. Cela concerne l’équipement en innovations pour les agriculteurs (machinisme, stockage, numérique) ; la transformation des outils logistiques dans la collecte et la commercialisation des grains ; la transition énergétique et environnementale des sites industriels de déshydratation de la luzerne. Mais cela doit aussi viser les investissements pour améliorer la valeur des tourteaux, la compétitivité des usines d’aliments pour animaux, les investissements dans l’élevage des ruminants et de la volaille, dans l’industrie porcine.

Appui à la recherche
De son côté, l’Inra appelle à «reconcevoir l’ensemble des systèmes de culture à l’aune des principes de l’agroécologie». Plusieurs «verrous» sont à ouvrir dans l’utilisation des légumineuses, d’après l’institut, réclamant une intensification des recherches. Terres Univia souligne de «nombreuses impasses» liées aux modes de production et aux évolutions des agronomiques, en référence aux enjeux sur les phytos, le changement climatique. Tous deux pointent le besoin de soutenir la recherche pour de nouvelles variétés, l’innovation dans les systèmes agronomiques et la protection des cultures, aussi dans les procédés de valorisation des protéines végétales.
Il s’agit également de soutenir les innovations et leur transfert massif sur le terrain, plaide le rapport émanant des filières. Cela passe par un appui renforcé à la recherche expérimentale, du conseil stratégique adapté à la transformation des systèmes de culture, des systèmes individuels d’autoévaluation des performances agronomiques.
Enfin, Terres Univia insiste sur la mise en cohérence des objectifs côté filières et côté politiques publiques. Exemple dans la Pac, réintroduire la possibilité pour les agriculteurs de déclarer en SIE (surfaces d’intérêt écologique) leurs cultures de légumineuses.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde