Aller au contenu principal

PLFSS : la MSA demande la compensation de la taxe farine

La MSA souhaite «que le gouvernement puisse compenser par un autre moyen» la disparition de la taxe farine, une taxe de 64 millions d’'euros affectée au financement de la retraite complémentaire obligatoire des non-salariés agricoles dont la suppression est prévue par le Projet de loi de financement de la sécurité sociale en discussion à l'’Assemblée nationale. «Si rien ne vient remplacer cette taxe, nous risquons d’être en déséquilibre dès 2019 sur cette partie de notre activité et nos réserves s’éteindraient dès 2027», a précisé François-Emmanuel Blanc, le nouveau directeur général de la CCMSA, le 15 octobre devant la presse. «La suppression de la taxe en tant que telle ne pose pas de problème mais on considère que le pouvoir en place doit la compenser», précise Pascal Cormery, président de la CCMSA. L'’institution, qui indique soutenir «les mesures de la politique de santé du gouvernement» comprises dans le projet de loi, regrette que sa demande d’alignement des pensions d’invalidité AMEXA sur celles des indépendants n’ait pas été retenue dans le projet de loi. «Nous souhaitions ainsi souligner que le niveau forfaitaire des pensions des non-salariés agricoles était particulièrement faible», détaille François-Emmanuel Blanc. Sur le TO-DE, l’'institution estime «que la suppression aboutirait à une augmentation du coût du travail pour certains non-salariés agricoles» et à une perte de 145 M€ d’exonérations.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde