Aller au contenu principal

Politique
PLOA : examen le 14 mai à l’Assemblée nationale

Le projet de loi d'orientation pour la souveraineté en matière agricole et le renouvellement des générations en agriculture a été  adopté en commission. Il sera examiné à partir du 14 mai en séance publique.

Le texte qui sera débattu en séance publique à partir du 14 mai à l’Assemblée nationale devrait faire l’objet de nombreux amendements.
© Assemblée nationale

Une première étape a été franchie avec l’examen et le vote, le 4 mai, en commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale du projet de loi d'orientation pour la souveraineté en matière agricole et le renouvellement des générations en agriculture (PLOA). Ce ne sont pas moins de 35 heures de débats que les députés ont consacré à ce texte qui se veut très ambitieux mais qui laisse encore les syndicats agricoles sur leur faim. Sur son compte X (ex-Twitter), le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau, estime que ce texte pour lequel 3596 amendements ont été déposés doit permettre aux agriculteurs de «retrouver du sens à leur métier». 
D’une manière globale les échanges ont été «francs, constructifs et respectueux» de l’avis de Marc Fesneau. «Ce texte vise à ce que nous assumions collectivement les objectifs de souveraineté, de transition», a-t-il affirmé. Comme il était attendu, les députés de la majorité (Renaissance, MoDem, Horizons) ont voté pour ce texte, quand ceux de gauche (LFI, Écologistes et PS) l’ont rejeté. Quant aux oppositions de droite (La droite, Rassemblement national et Liot*), ils se sont abstenus.

Lourdeurs administratives

Les oppositions de droite et de gauche se sont inquiétées du manque d’ambition du gouvernement pour préserver, à travers cette future loi, le revenu des agriculteurs, les députés de gauche insistant sur les carences du texte en matière d’adaptation au changement climatique ou sur l’accès au foncier. A droite, le député Julien Dive (LR, Aisne) s’est inquiété des lourdeurs administratives sur la mise en place du futur diagnostic qui sera imposé lors d’une installation-transmission. Ce texte qui compte 19 articles** tente de définir la notion de souveraineté agricole et alimentaire, s’intéresse à la formation, à la recherche, à l’innovation et bien sûr à l’installation et la transmission pour le renouvellement des générations. Si les députés ont rejeté les groupements fonciers agricoles d’investissement (lire encadré), ils ont en revanche créé un nouveau diplôme national de niveau Bac+3 (Bachelor) pour former aux métiers de l'agriculture et de l'agroalimentaire. Le texte prévoit aussi d’accélérer les contentieux en cas de recours contre des projets de stockage d'eau ou de construction de bâtiments d'élevage. Les députés se sont accordés à reconnaître «un droit à l’erreur» des agriculteurs faisant valoir que «la bonne foi» d'un exploitant «est présumée» lors d'un contrôle administratif. Concernant ces contrôles, le président de la FNSEA, Arnaud Rousseau, a souhaité que le gouvernement traduise concrètement sa promesse d’un seul contrôle annuel pour chaque exploitation.
Le texte qui sera débattu en séance publique à partir du 14 mai à l’Assemblée nationale devrait faire l’objet de nombreux autres amendements, de la part des députés mais aussi du gouvernement. Les débats devraient se clore le 23 mai et le texte remanié transmis au Sénat pour un examen avant la fin de la session parlementaire.

* Le groupe Libertés, indépendants, outre-mer et territoires (Liot) rassemble des députés de centre-gauche et de centre-droit. 

** www.assemblee-nationale.fr/dyn/ 16/textes/l16b2436_projet-loi#

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

dossier PAC dépôt dossier aides PAC
La date limite de dépôt des demandes d’aides de la PAC repoussée

Les demandes d’aides de la PAC liées à la surface au titre de la campagne 2024 pourront être déposées jusqu’au vendredi 24 mai…

RN 25 Beauval
RN 25 : un accord unanime présenté à Beauval

Les exploitants et propriétaires concernés par les expropriations du chantier de rénovation de la RN25 étaient conviés à une…

Élaboré et servi par Martin Ebersbach, le vin de la Ferme des Vœux est blanc (rosé) pétillant, élaboré selon une méthode champenoise.
Au Vignoble des Vœux, une longue attente bientôt récompensée

La diversification vers la viticulture engagée par Martin Ebersbach à la Ferme des Vœux enthousiasme le Conseil départemental…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

En visite à l’EARL des enclos, la ministre Pannier-Runacher a assuré que «quand on met en place des réglementations,  ce n’est pas pour le plaisir mais parce qu’il y a urgence à répondre au dérèglement climatique».
Dans la Somme, Agnès Pannier-Runacher prend la défense d’Egalim

La ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire s’est rendue le 17 avril au Crotoy…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde