Aller au contenu principal

PLUi : «Nous n’avons pas le choix, c’est l’Etat qui décide»

Maire de Lamotte-Warfusée, Frédéric Dehurtevent, considère que sa petite commune ne pèse rien dans les choix de PLUi du Val de Somme.

Frédéric Hurtevent : «Le PLUi du Val de Somme ne s’occupe pas de l’agriculture. Son seul objectif est de ne pas grignoter des terres agricoles pour être conforme avec la loi.»
Frédéric Hurtevent : «Le PLUi du Val de Somme ne s’occupe pas de l’agriculture. Son seul objectif est de ne pas grignoter des terres agricoles pour être conforme avec la loi.»
© F. G.



Avec 698 habitants dans sa commune, Lamotte-Warfusée fait partie des petits poucets dans la Communauté de communes du Val de Somme à laquelle elle est rattachée. Parmi les cinquante-six communes de la CdC, Lamotte-Warfusée a été classée commune rurale, et inscrite dans la couronne amiénoise. Dans le PLUi de la CdC du Val de Somme, «nous n’avons pas le choix, c’est l’Etat qui tranche», commente le maire de Lamotte-Warfusée, Frédéric Dehurtevent.
De quelle façon ? Sur les 3,5 ha constructibles, la commune n’a droit à rien. Comprenez qu’aucun hectare ne sera constructible, puisque la doctrine de l’Etat, c’est boucher les dents creuses (espaces actuellement non construits au sein de la commune, ndlr) dans la commune. Pourtant, la constructibilité dans les dents creuses ne suffira pas à répondre aux besoins d’habitat de la commune. «Comment va-t-on faire pour faire vivre la commune ?», s’interroge Frédéric de Hurtevent. Sans compter que densifier les constructions au sein de la commune a ses limites. Avec la disparition des mares au sein de la commune, cette dernière a été exposée à des inondations l’an dernier, et ce scénario pourrait bien se reproduire au moindre orage conséquent.

Un poids inexistant sur les décisions
Quand le PLUi a été lancé, le cabinet d’études mandaté, Audiccé, n’a même pas pris la peine de les consulter. «Quand ils sont venus nous voir, tout avait déjà été arrêté et écrit. Autrement dit, le cabinet a répondu aux attentes de la DDTM et non à celles des élus», s’agace Frédéric Dehurtevent. Qu’importe, selon lui, les besoins des communes comme la sienne, le PLUi ne prend en compte que les desiderata des communes importantes dans la CdC que sont Villers-Bretonneux et Corbie.
Pour ce qui est de la problématique agricole, une charte a été mise en place pour tâcher d’améliorer les relations entre les populations périurbaines, qui se sont installées dans les communes autour d’Amiens, et le monde agricole. Parmi les sources de tensions à régler, se trouve celle de la circulation des engins agricoles à l’intérieur des bourgs. Une fois cela dit, d’après Frédéric Hurtevent, «le PLUi du Val de Somme ne s’occupe pas de l’agriculture. Son seul objectif est de ne pas grignoter des terres agricoles pour être conforme avec la loi».
Au final, les décisions arrêtées dans le PLUi «accoucheront d’une souris. Et on va avoir beaucoup de personnes insatisfaites, parmi lesquelles des maires, qui ne pourront rien développer. A mon avis, la seule volonté qu’il y a derrière ce document d’urbanisme, c’est de concentrer tout à Amiens. Comme aucune discussion n’est possible, nous ne ferons que subir», conclut-il, un brin amer.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde