Aller au contenu principal

Pneumatiques adaptés au gabarit et à la puissance des tracteurs

Le poids croissant des matériels lié à l’augmentation des puissances impose des évolutions technologiques et une remise en cause des pratiques.

Par leur capacité d’écrasement élevée, les pneus de technologie IF et 
VF permettent de supporter des charges importantes à pression réduite.
Par leur capacité d’écrasement élevée, les pneus de technologie IF et
VF permettent de supporter des charges importantes à pression réduite.
© M. Portier

L’augmentation de la puissance des tracteurs va de pair avec leur alourdissement. Pour des travaux de traction, les tracteurs de 400 chevaux sont censés atteindre les 20 tonnes. Face aux risques de compaction de plus en plus sensibles, le choix des pneumatiques et la manière de les utiliser sont devenus des points cruciaux encore trop souvent négligés. La seule façon de réduire la compaction est d’augmenter la surface de contact des pneus et de réduire leur pression en augmentant leur volume. Solution largement répandue, le pneu large basse pression convient aux travaux légers de surface et aux automoteurs. Mais dès lors qu’il est nécessaire de passer la puissance au sol en travaux profonds, il ne suffit plus d’élargir le pneu et d’accroître son volume.
L’augmentation de la surface au sol passe par une évolution du diamètre des roues afin de gagner en vélocité. Sont ainsi apparus ces dernières années des pneus de 2,15 mètres de diamètre et même 2,30 m tout récemment. Cet accroissement du diamètre du pneu va de pair avec une augmentation du diamètre de la jante, tout en conservant un volume d’air conséquent. Les pneus de 2,15 mètres sont montés sur des jantes de 38 ou 42 pouces, tandis que le 2,30 m de Trelleborg est monté sur du 42 et du 46 pouces.

Plus de souplesse des flancs
Concernant la largeur des pneus de grand diamètre, le 710 mm est le plus utilisé pour les travaux lourds et le transport. Mais le 900 mm est également plébiscité pour un compromis entre respect des sols et passage de puissance. Quant aux tracteurs concernés, en dessous de 300 chevaux, un pneu de 2,15 mètres, de par sa résistance au roulement, risque de brider la puissance du tracteur.
Une fois le bon pneumatique choisi, reste à bien l’utiliser. Faut-il encore le rappeler, la performance du pneu est directement dépendante de sa pression. En fonction de la charge et de la vitesse qui lui sont appliquées, le pneu a une pression optimale d’utilisation. Tenant compte de cette contrainte, les manufacturiers ont développé des pneus polyvalents capables de supporter des charges et des vitesses élevées à pression réduite.
Ces pneus dits IF et VF (improved flexion et very improved flexion) ont la particularité d’offrir une plus grande souplesse des flancs (meilleure déflexion ou capacité d’écrasement). S’écrasant plus, ils augmentent leur surface au sol et permettent de maintenir des largeurs de pneus raisonnables. «Le pneu IF est très bien adapté aux exploitations qui font peu de route. En revanche, dès lors que les trajets routiers s’allongent, la polyvalence montre ses limites. Pour limiter l’usure et la consommation et garantir une bonne stabilité, les utilisateurs augmentent les pressions», assure un manufacturier.
Deux solutions connues mais peu répandues permettent d’aller plus loin dans la performance des pneumatiques. D’un point de vue agronomique, le jumelage est sûrement la meilleure solution pour éviter le tassement et passer la puissance au sol. La principale limite à son développement est le gabarit du tracteur. Deuxième solution, la plus aboutie mais aussi la plus marginale, le télégonflage garantit une pression adaptée à toutes les applications. Son prix et l’absence de montage de série par les tractoristes ont limité son développement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde