Aller au contenu principal

Poireaux : une meilleure année

Dans le territoire de la CC2SO, la Sica Somme de saveurs vit sa troisième campagne de poireaux. Après une première année 2019 exceptionnelle, puis catastrophique en 2020, 2021 s’annonce «normale». 

Les poireaux, de bonne qualité malgré un petit calibre, devraient être  correctement valorisés. 
Les poireaux, de bonne qualité malgré un petit calibre, devraient être correctement valorisés. 
© Alix Penichou

«Les années se suivent et ne se ressemblent pas», analyse Damien Nauwynck, membre de la Sica Somme de saveurs créée en 2018. En 2019, la qualité des légumes était irréprochable et les prix au plus haut. Mais l’année dernière, les fortes pluies avaient fortement retardé les arrachages, et le marché n’était pas bon. Cette campagne semble plus «normale». 

Une trentaine d’hectares sont cultivés. «Nous avons tout de même débuté les arrachages le 20 octobre au lieu du 15 septembre, car la pousse des poireaux a été ralentie par la sécheresse», explique l’agriculteur. Aujourd’hui, les conditions se compliquent à causes des pluies abondantes. «L’année dernière, nous étions tellement sous l’eau que nous avions investi dans un tracteur à chenilles. Il nous a permis de gagner deux semaines d’arrachage en janvier. Mais certaines parcelles sont vraiment gorgées d’eau…» Le calendrier est néanmoins à peu près respecté. La Sica a aussi trouvé son rythme au centre de conditionnement. Une équipe de treize personnes (contre deux équipes l’année dernière) y travaille désormais. «Nous pouvons réaliser l’entretien de la machine plus sereinement.» Côté prix, «ça se tient». Les poireaux, de bonne qualité malgré un calibre un peu petit, devraient donc être correctement valorisés. 

 

4 994 ha en France

Au niveau national, selon les estimations d’Agreste pour la campagne 2020-2021, les surfaces implantées en poireaux atteignent les 4 994 ha et seraient en retrait de 1 % sur un an, mais progressent de 1 % sur la moyenne 2015-2019. La production est revue à la hausse à 149 638 tonnes mais reste en recul de 2 % sur un an. Les rendements sont stables, mais sont en progression dans les Hauts-de-France. Les arrachages ont progressé de 10 % par rapport à la moyenne 2015-2019 avant de chuter de - 5 % en décembre. 

En commercialisation, le poireau primeur a été marqué par une fermeté des cours en sortie de confinement. Après un été de baisse, les cours se sont ressaisis en septembre avec le retour d’une météo plus fraîche. Les prix restent élevés en octobre et le retour du confinement accompagné d’un emballement du commerce en GMS notamment a contribué à la hausse des cours. En novembre, la consommation faiblit et les prix baissent, puis en décembre elle a décliné à l’approche des fêtes avant de se ressaisir après Noël avec une anticipation des commandes en prévision des achats en janvier 2021. En clair, les prix reculent de 3 % par rapport à la saison précédente. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Les productions ne manquent pas dans le territoire de la CC2SO. Les équipes (ici Alain Defosse, président,  et Delphine Damay, en charge du PAT), misent sur le plan alimentaire pour booster la consommation de produits locaux, levier du «bien manger». 
Plan alimentaire à la CC2SO : belle opportunité pour les agriculteurs
Le plan alimentaire territorial qu’a initié la CC2SO prend forme. L’objectif principal est le «bien manger», indispensable à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde