Aller au contenu principal

Pommes de terre fécule : les attentes sur le prix restent très fortes

Les adhérents de la coopérative féculière de Vecquemont se sont réunis en assemblée générale à Bernaville.

Antoine Hauchart, président de la coopérative féculière : "nous souhaitons que l'industriel éclaircisse rapidement sa position sur le prix".
Antoine Hauchart, président de la coopérative féculière : "nous souhaitons que l'industriel éclaircisse rapidement sa position sur le prix".
© AAP


Près de deux cents producteurs de pommes de terre féculières adhérents ont participé à l’assemblée générale de leur coopérative qui s’est tenue le 5 décembre à Bernaville (80) sous la présidence d’Antoine Hauchart. Lors du compte-rendu de l’activité 2012 (exercice du 1er août 2012 au 31 juillet 2013), Bruno Poutrain, directeur de la coopérative, a indiqué que le tonnage contracté à 17 % avait été de 616 190 tonnes en augmentation de 60 000 tonnes environ par rapport à 2011. Cette progression du tonnage contracté fait suite à la décision de Roquette de revenir à son tonnage initial après la baisse de 20 % appliquée aux récoltes 2010 et 2011. Au final, le tonnage livré a été de 98,7 % du contracté soit 609 729 tonnes. En cause, un rendement de 52 T par hectare alors qu’il avait été de 55,7 T par hectare l’année précédente. La richesse moyenne à 21,3 % a été certainement l’une des plus élevées jamais atteinte. Elle était de 19,3 % l’année précédente.

Pas de tare supérieure à 30%
Pour tenir compte des conditions météorologiques particulières, on se souvient que plusieurs dizaines d’hectares n’ont pas pu être arrachés en 2012, aucun camion n’a été ni refusé ni pénalisé pour une tare totale supérieure à 30 %. Ce qui a représenté plus de 200 000 euros de pénalités supprimées. La tare moyenne de l’usine s’est située à 13,1 %. Ce qui a généré 892 500 euros de bonus distribués à près de trois livreurs sur quatre. A l’inverse, le malus n’a représenté que 96 085 euros. Enfin, plus de 25 000 tonnes non contractualisées en longue conservation ont quand même bénéficié de la prime de stockage par le jeu de la compensation entre les planteurs, Roquette ayant choisi de fonctionner par enveloppe financière.

Un fonctionnement à moindre coût
Le résultat net de la coopérative s’est élevé au 31 juillet 2013 à 74 228 euros. Il permet de consolider le fonds de roulement très faible au vu du chiffre d’affaire généré par la coopérative. Le conseil d’administration appelé à statuer sur ces comptes a maintenu la ligne de gestion définie dès la création de la coopérative à savoir gérer au moindre coût. De ce fait 0,15 € de frais de fonctionnement non utilisés ont été reversés avec le complément de prix de fin juillet.
Néanmoins, Antoine Hauchart a justifié les frais de fonctionnement par la volonté d’indépendance de la coopérative. Elle peut décider des actions qu’elle souhaite mener aussi bien dans les domaines techniques qu’économiques. Sur ce point, «Nous avons opté pour la transparence», a souligné Antoine Hauchart en réponse aux questions soulevées dans la salle.
A l’horizon de deux ou trois ans, un certain nombre d’actions menées par la coopérative pourront être financées par les réserves du groupement des producteurs de fécules. L’assemblée générale ordinaire du groupement qui s’est tenue le même jour sous la présidence de Didier Lombart juste avant celle de la coopérative, a approuvé les comptes et a constaté le montant des réserves qui résulte, en grande partie, de la fusion des cinq syndicats départementaux en 2006. Ce sont ces réserves qui seront rendues disponibles quand l’assemblée de dissolution aura lieu.

Manque de lisibilité sur le prix
Sur la question du prix des pommes de terre féculières, les responsables de la coopérative et les adhérents sont en phase. Tous regrettent que l’industriel ne soit pas plus clair dans ses prises de position.
Pour la récolte 2013, le complément de prix de fin de campagne reste aléatoire. De son côté, la coopérative reste ferme sur l’objectif d’un prix de base à 61 euros pour la récolte 2014.
Ce manque de lisibilité génère une impatience certaine de la part des adhérents. Pourtant, les responsables de la coopérative n’ont pas cessé lors des nombreuses rencontres avec les responsables locaux du site de Vecquemont de mettre en avant la position de leurs mandants. Faute d’avoir été entendus plus tôt, cent mille tonnes de pommes de terre ne seront pas produites en 2014 suite aux arrêts en fin de période des trois ans.
De son côté, l’Unpt (Union nationale des producteurs de pommes de terre) n’est pas restée impassible en défendant auprès du ministre de l’Agriculture, l’intérêt de garder une aide couplée à la production de fécule. La réponse sera donnée le 17 décembre. Il sera l’heure pour Roquette de se positionner.

L’assemblée générale extraordinaire remise à plus tard
Une assemblée générale extraordinaire était prévue également ce 5 décembre pour proposer au vote, une modification des statuts visant à permettre l’approvisionnement de l’usine par des tiers non associés. «Il faut se préparer à un éventuel besoin de la féculerie en tonnage de pommes de terre que les seuls adhérents de la coopérative n’auront pas été à même de fournir», a expliqué Antoine Hauchart. Le conseil d’administration considère que ces volumes possibles doivent passer par la coopérative féculière de Vecquemont. Faute de quorum suffisant, il a fallu annuler cette assemblée générale extraordinaire. Elle est remise à une date ultérieure, probablement à l’occasion d’une réunion technique au cours de l’hiver.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Les productions ne manquent pas dans le territoire de la CC2SO. Les équipes (ici Alain Defosse, président,  et Delphine Damay, en charge du PAT), misent sur le plan alimentaire pour booster la consommation de produits locaux, levier du «bien manger». 
Plan alimentaire à la CC2SO : belle opportunité pour les agriculteurs
Le plan alimentaire territorial qu’a initié la CC2SO prend forme. L’objectif principal est le «bien manger», indispensable à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde