Aller au contenu principal

Pommes de terre : les surfaces sont à déclarer à l’Unpt pour le 30 juin

Une condition impérative pour être indemnisé en cas de maladie de quarantaine.

Les producteurs de pommes sont invités à déclarer leurs surfaces.
Les producteurs de pommes sont invités à déclarer leurs surfaces.
© V. Marmuse / CAIA

Les producteurs de pommes de terre sont invités, comme tous les ans, à renvoyer leurs déclarations de surface. Pourquoi ? Pour être indemnisés en cas d’apparition de maladie de quarantaine sur leur propre exploitation.
Les bactéries Clavibacter et Ralstonia sont responsables de deux maladies de quarantaine : la pourriture brune et la pourriture annulaire. Le Cnipt et le Gipt (interprofessions) ont signé une convention qui permet, avec notamment la participation de l’Etat, d’indemniser les producteurs et les entreprises victimes de ces parasites.
Sont éligibles au mécanisme les producteurs, négociants, coopératives et industriels cotisant auprès du Cnipt ou du Gipt : soit directement, soit par le biais d’un opérateur industriel ou commercial - dans la stricte condition que le producteur déclare ses surfaces avant le 30 juin 2013.

Déclaration en ligne
Facile et rapide : la déclaration peut s’effectuer en ligne sur l’extranet de l’Unpt, réservé aux producteurs (onglet «Fonds d’indemnisation») : 
http://www.producteursdepommesdeterre.org/ext_prod_login
Vous pouvez obtenir tous les renseignements sur la convention d’indemnisation de maladies de quarantaine, et le formulaire à télécharger et à compléter, sur le site de l’Unpt www.producteursdepommesdeterre.org ou par téléphone au 01 44 69 42 40.

Pas de déclaration pas d’indemnisation
L'Unpt insiste sur le fait que, faute de déclaration et donc d'indemnisation, en cas de découverte d’un parasite de quarantaine sur l'exploitation le risque de pertes financières peut s’élever jusqu’à 200 000 € pour une exploitation de taille moyenne à cause des obligations suivantes : destruction de la totalité des lots contaminés, interdiction de cultiver pendant quatre ans des pommes de terre et des plantes sarclées sur les parcelles contaminées, éliminer toutes les repousses, désinfecter les bâtiments et le matériel.
L’Unpt garantit la confidentialité totale des informations.

Plants importés

Si vous achetez des plants importés des Pays-Bas, d’Allemagne, du Danemark, ou de Pologne, votre vendeur doit obligatoirement vous remettre une attestation certifiant des contrôles négatifs «maladies de quarantaine» effectués par un laboratoire lors de l’introduction des plants en France. Exigez-la ou faites vous-même analyser votre lot.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde