Aller au contenu principal

Énergies
Pompili annonce des mesures pour faire baisser les tensions autour de l’éolien

La ministre de la Transition continue d’apporter son soutien à l’installation de nouveaux mâts et tente d’apaiser les tensions.

© D.R.

Alors que plusieurs propositions de loi ont été portées ces derniers mois par le parti Les Républicains (LR) pour encadrer davantage le développement de l'éolien et répondre notamment à la montée des contestations locales, la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a présenté, lors d'une conférence de presse le 5 octobre, « dix mesures » - dont certaines déjà prévues par la loi Climat - qui visent à apaiser ces tensions. Parmi les nouveautés, l'ancienne députée LREM de la Somme a décidé de créer un « médiateur de l'éolien », qui pourra être saisi par les préfets dans des « cas particulièrement difficiles » sur le plan juridique.

Un fonds de protection du patrimoine rural public d'environ 30 à 40 M€ va être créé, qui sera abondé par les ventes d'électricité éolienne. Cogéré par les professionnels et les collectivités, le fonds viserait par exemple à rénover de vieux lavoirs, ont expliqué les professionnels lors de la conférence de presse. Enfin, concernant la pollution lumineuse, la ministre a annoncé la réorientation vers le ciel de l'ensemble des signaux lumineux d'éoliennes au cours des prochains mois. Un test va être mené en parallèle pour ne déclencher les signaux qu'à l'approche d'avions/engins aériens, qui pourrait être généralisé en 2022.

Du côté des opposants à la course au développement de l’éolien, ces annonces ont du mal à passer. Vice-président du Conseil régional des Hauts-de-France en charge de la ruralité et de la sécurité, Christophe Coulon est de ceux-là. Dans un message publié sur sa page Facebook, il dénonce une « opération de communication » de la part du ministère de la Transition écologique. « On nous promet ici et là un peu d'écoute. Mais rien ne changera pour les habitants des Hauts-de-France », regrette-t-il.  C'est à désespérer alors continuons ce combat pour le respect de nos communes, de nos paysages et des familles ».

Comme un clin d’œil à sa tournée auprès des maires de la région, l’axonais demande enfin à ce que « les maires obtiennent par la loi un droit de de véto pour refuser tout projet éolien si les habitants le décident ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
De gauche à droite, Rémi Chombart et Laurent Degenne, associés à l’origine  du projet, et Pierre Chombart, responsable du site : «l’idée est de maximiser les capacités de production qu’offre la méthanisation.»
Un méthaniseur véritable pôle de production d’énergies vertes
À Vraignes-en-Vermandois (80), dix-huit agriculteurs se sont associés autour d’une unité de méthanisation bien particulière. En…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde