Aller au contenu principal

Porc : rebond des cours à travers le monde

De la Bretagne aux Etats-Unis, les cours du porc ont rebondi, après plusieurs mois de stagnation, sur fond de demande chinoise en hausse, ou présumée comme telle.

Les besoins chinois se précisent et se concrétisent par des hausses de cours partout dans le monde.
Les besoins chinois se précisent et se concrétisent par des hausses de cours partout dans le monde.
© Actuagri



La cotation du marché du porc breton (MPB) a rebondi de cinq cents lors de la séance du 14 mars, soit la hausse maximale permise, ce qui ne s’était plus produit depuis le début de l’année 2015, rapporte le cadran de Plérin dans sa note de conjoncture le 18 mars. Après plusieurs mois de stagnation entre 1,16 et 1,2 € le kilo, ce rebond, qui porte la cotation à 1,233 € le kilo, «exprime une amélioration de la demande intérieure et extérieure puisque de nombreux abattoirs français doivent également répondre à une demande chinoise en croissance». Pour rappel, la Chine est fortement touchée par la peste porcine africaine, et ses achats sont annoncés en forte hausse sur le second semestre. L’échéance se rapproche. «Les besoins chinois se précisent et se concrétisent par des hausses de cours partout dans le monde», constate le MPB.

Rumeurs aux Etats-Unis
Par exemple, aux Etats-Unis, les prix ont augmenté durant toute la semaine passée, constatent les Bretons. Outre-Atlantique, ce n’est pas une hausse des importations chinoises qui serait la cause du rebond des prix, mais «une rumeur selon laquelle la Chine s’apprêterait à acheter davantage de porc américain», rapportent les analystes canadiens du CDPQ. «Selon le ministère chinois de l’Agriculture, entre novembre et janvier, le cheptel de truies chinois aurait décliné de 7 %, l’équivalent de 2,8 millions de truies. Par comparaison, le cheptel américain se chiffre à un peu plus de six millions de truies
Plusieurs incertitudes planent autour de ces estimations de Pékin. Tout d’abord, selon le CDPQ, «la plupart des analystes estiment que la Chine ne dévoile pas tous les foyers» de peste porcine africaine (PPA). Ensuite, les analystes américains estiment que «le gouvernement chinois pourrait être réticent envers l’achat de grandes quantités de porc étranger, encore davantage des Etats-Unis», rapporte le CDPQ.

Ottawa investit dans les «chiens détecteurs»
Les prochains mois s’annoncent porteurs pour les élevages des grands exportateurs mondiaux (Union européenne, Etats-Unis, Canada, Brésil...). Encore faut-il qu’ils restent eux-mêmes indemnes de peste porcine africaine. Pour ce faire, la France, toujours sous la menace, parfait sa clôture (cf. notre édition du 22 mars 2019). Au Canada, la ministre de l’Agriculture, Marie-Claude Bibeau, a annoncé, le 14 mars, un budget «pouvant aller jusqu’à trente et un millions de dollars» canadiens (environ vingt millions d’euros), pour prévenir une arrivée de la maladie, rapporte la presse locale.
Selon les analystes québecois du CDPQ, ces sommes serviront à «accroître le nombre de chiens détecteurs dans les aéroports canadiens afin de prévenir l’importation de produits de viande illégaux au Canada». Selon leurs informations, vingt-quatre équipes cynophiles seront ajoutées au cours des cinq prochaines années, portant à trente-neuf le nombre des équipes spécialisées dans l’analyse des produits alimentaires, végétaux et animaux.

PPA : la République tchèque indemne

La République tchèque a annoncé, le 13 mars, qu’elle est le premier pays auparavant touché officiellement exempt de peste porcine africaine, et ne sera plus soumise aux restrictions de l’Union européenne en place pour combattre l’épizootie. La Commission européenne a formellement décidé, le 12 mars, de lever «toutes les restrictions relatives à la peste porcine africaine en République tchèque où aucun cas n’a été déclaré depuis avril 2018», selon un document parvenu à l’autorité vétérinaire tchèque (SVS).
La décision a été transmise à la SVS par Bernard Van Goethem, directeur général à la santé et à la sécurité alimentaire de la Commission européenne. «La République tchèque est à l’heure actuelle le seul pays à avoir réussi à éradiquer complètement la peste porcine africaine sur son territoire», a affirmé la SVS, dans un communiqué.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
La crise qui secoue la gouvernance de Tereos a-t-elle trouvé une issue ce soir ? Réponse dans les prochaines heures.
Gouvernance de Tereos : Xavier Laude, Jérôme Hary et Gérard Clay confortés dans leur mandat
Saisi en référé, le Tribunal de Senlis a rendu sa décision aujourd'hui sur la capacité de trois membres du conseil de…
Tom Vilsack
Aux Etats-Unis, Biden devrait finalement choisir Tom Vilsack pour l’agriculture
Le président américain élu, Joe Biden, prévoit de nommer l'ancien gouverneur de l'Iowa, Tom Vilsack, au poste de secrétaire…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde