Aller au contenu principal

Porc : un pacte contre la PPA se dessine en Hauts-de-France

La Région Hauts-de-France veut réunir l’ensemble de la filière porcine et, au-delà, pour imaginer un plan de lutte contre la peste porcine africaine (PPA).

Rencontre entre la Région et les réprésentants de la filière porcine régionale sur l’exploitation de Sébastien Ley, à Socx, dans Nord, le 12 juin dernier.
Rencontre entre la Région et les réprésentants de la filière porcine régionale sur l’exploitation de Sébastien Ley, à Socx, dans Nord, le 12 juin dernier.
© V. F.

La Région Hauts-de-France peut-elle faire figure de pionnière vis-à-vis des autres régions françaises dans la lutte contre la peste porcine africaine en apportant son soutien à la mise en œuvre d’une aide aux éleveurs ? Demandée par ces derniers à plusieurs reprises, elle leur permettrait d’accélérer la mise en place de mesures de biosécurité dans leurs élevages, comme l’impose le décret ministériel du 16 octobre 2018.
Milieu de semaine dernière, la vice-présidente du Conseil régional des Hauts-de-France, en charge de l’agriculture, Marie-Sophie Lesne, et le président de la commission agriculture, Jean-Michel Serres, ont rencontré, chez Sébastien Ley, à Socx (59), des représentants de la filière porcine régionale pour évoquer une prise en charge d’une partie des mesures de biosécurité nécessaires à la protection des élevages porcins régionaux contre la peste porcine africaine.

Des situations diverses en élevage
Alors que des formations ont d’ores et déjà eu lieu auprès des éleveurs, et que la sensibilisation au respect des mesures de biosécurité pour protéger les élevages a déjà été réalisée, leur mise en place reste synonyme d’investissements parfois lourds. Sur l’élevage de Sébastien Ley, où certains aménagements ont déjà été réalisés, la mise en œuvre de nouvelles mesures de biosécurité lui permettant d’être dans les clous de l’arrêté ministériel a été chiffrée à 20 000 e. Néanmoins, estime l’éleveur, «tous les élevages sont différents et les aménagements à réaliser peuvent être divers».
Directeur du Groupement des producteurs de porcs des monts de Flandre, Jean-Michel Heuel retrace, quant à lui, les conséquences de la découverte d’un cas de peste porcine pour la filière : «Ce n’est pas compliqué, assure-t-il. Si demain nous sommes affectés, tout s’effondre parce que nous ne saurons plus quoi faire de nos cochons…»

D’autres discussions à venir
En n’écartant pas l’éventualité d’une aide régionale, Marie-Sophie Lesne souhaite «la conditionner à la présence autour de la table d’autres acteurs de la filière que les seuls éleveurs et leurs groupements. Il ne faut pas de trou dans la raquette». La forme que pourrait revêtir ce coup de pouce reste également «à définir».
Les échanges qui se sont tenus jusqu’à présent entre élus et services administratifs de la Région et les représentants des éleveurs laissent supposer qu’il pourrait s’agir d’un soutien à l’investissement, celui-ci pouvant se traduire par une aide directe à l’investissement ou par une avance remboursable. Dans l’hypothèse où c’est l’avance remboursable qui serait retenue, la Région se dit prête à abaisser le seuil d’intervention permettant de solliciter ce dispositif.
Une délibération encadrant la mise en œuvre de cette aide exceptionnelle devra également être adoptée en séance plénière par l’assemblée régionale - on parle de la date du 24 septembre - avant que les éleveurs puissent la solliciter. En attendant la confirmation de ce rendez-vous, «il reste un peu de travail», a déclaré Marie-Sophie Lesne. Représentants de l’interprofession porcine, de la Région Hauts-de-France, de l’administration (Draaf, DDPP), mais aussi des chasseurs, de l’Office national des forêts ou encore de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage pourraient donc se retrouver à nouveau dans les premiers jours du mois de septembre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde