Aller au contenu principal

Porc : une enveloppe financière pour prévenir la PPA

Le Conseil régional des Hauts-de-France accorde un budget de 1 650 000 € pour accompagner et soutenir les éleveurs porcins de la région dans la mise en place de mesures de biosécurité dans leurs élevages.

Plusieurs types d’aménagements dans les bâtiments d’élevage peuvent être subventionnés par la Région Hauts-de-France, sous conditions.
Plusieurs types d’aménagements dans les bâtiments d’élevage peuvent être subventionnés par la Région Hauts-de-France, sous conditions.
© Claudine Gérard



En juin 2019, lorsque les représentants de la filière porcine des Hauts-de-France et le Conseil régional s’étaient rencontrés dans les Flandres pour évoquer la mise en œuvre d’un «pacte» contre la peste porcine africaine (PPA), l’une des demandes des éleveurs était de pouvoir bénéficier d’un coup de pouce. Il y a quelques jours, leur souhait a été exaucé avec l’annonce par l’Union régionale des groupements de producteurs de porcs (URGPP) du lancement d’un dispositif financier par le Conseil régional des Hauts-de-France pour accompagner les éleveurs porcins de la région dans leurs investissements en matière de biosécurité.

Une subvention d’environ 20 %
Le Conseil régional des Hauts-de-France accorde en effet un budget de 1 650 000 € pour accompagner et soutenir les éleveurs porcins de la région. Les investissements éligibles sont les suivants : l’aménagement, la modernisation ou la relocalisation d’un sas sanitaire et d’une quarantaine, l’aménagement des quais d’embarquement et des aires de stockage, l’aménagement et/ou la relocalisation d’une aire d’équarrissage ainsi que les systèmes de protection des élevages (clôtures, grillages, murets, portail, etc.). Les dépenses éligibles sont comprises entre 5 000 € et 20 000 €. Le taux de subvention est de l’ordre de 20 %,
soit une subvention comprise entre 1 000 € et 4 000 € par exploitation. L’URGPP est le guichet unique pour la réception et la présélection des dossiers. Le dossier est également téléchargeable sur le site internet de la Région Hauts-de-France, avec une date limite de dépôt des dossiers fixée au 29 février 2020.

Organisation et formation
Depuis la parution d’un arrêté ministériel du 16 octobre 2018 relatif aux mesures de biosécurité applicables dans les exploitations détenant des suidés – il peut s’agir soit de porcs, soit de sangliers -, tout détenteur a l’obligation de définir un plan de biosécurité détaillant l’organisation des bâtiments où sont élevés et où circulent les suidés. Celui-ci doit être écrit avant le 1er janvier 2020. Un référent en charge de la biosécurité doit également être nommé sur chaque exploitation. Ce référent devra avoir suivi une formation obligatoire relative à la gestion de ce plan de biosécurité ainsi qu’aux bonnes pratiques d’hygiène. Le dispositif d’aide proposé par la Région Hauts-de-France sera, quant à lui, présenté et détaillé lors des assemblées générales de l’URGPP et de l’interprofession porcine, le mercredi 27 novembre à Arras.

La peste porcine africaine frappe le Timor oriental, à 500 km au large de l’Australie

Le Timor oriental a confirmé le 3 octobre l’arrivée de la peste porcine africaine (PPA) sur son territoire. Le 27 septembre, les autorités de cette petite île d’Asie du Sud-Est, située à plus de 3 000 km au sud de la Chine, avaient notifié une centaine de cas de PPA à l’OIE (organisation mondiale de la santé animale). Les pertes s’élèvent pour l’instant à 405 porcs, issus d’élevages familiaux situés près de la capitale Dili. Avec ces nouveaux cas, le virus se rapproche à environ 500 km de l’Australie, 14e producteur mondial de porcs et structurellement importateur net (215 000 t en 2016). Le virus responsable de la PPA est désormais présent dans vingt et un pays en Asie, en Afrique et en Europe.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde