Aller au contenu principal

Portrait de l’enseignement agricole en 2021

Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation vient d’actualiser les données et chiffres de l’enseignement agricole dans un fascicule intitulé «Portrait de l’enseignement agricole en 2021». Regard sur ses principales caractéristiques.

Présent sur l’ensemble du territoire national, l’enseignement agricole compte, en 2021, 806 établissements agricoles dont 217 lycées agricoles publics ; 368 Maisons familiales rurales ; 210 lycées agricoles privés et 11 centres médico-éducatifs. Il comprend également 18 établissements d’enseignement supérieur agronomique, vétérinaire et de paysage ainsi que 2 établissements d’enseignement à distance. L’une des particularités des établissements de l’enseignement agricole est de disposer d’une large offre de formation par alternance. L’apprentissage est majoritairement proposé par les établissements publics. Des formations par alternance sous statut scolaire, caractérisées par d’importantes périodes de stage en entreprise, sont dispensées par les Maisons familiales rurales et quelques établissements affiliés à l’Union nationale rurale d’éducation et promotion (Unrep). L’enseignement agricole «permet à chacun de trouver sa voie, quels que soient son origine et son projet», écrit Julien Denormandie dans la préface du fascicule «Portrait de l’enseignement agricole».

 

Des personnels enseignants engagés

Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation emploie plus de 18 800 agents dans le secteur de l’enseignement agricole. 59 % exercent dans les établissements publics locaux d’enseignement et de formation professionnelle agricoles (EPLEFPA), 26 % dans les établissements privés et 15 % dans les établissements publics d’enseignement supérieur agronomique, vétérinaire et de paysage. Dans l’enseignement agricole, les matières techniques représentent une part importante des enseignements dispensés. Pour ce qui est des lycées agricoles publics, la biologie-écologie, les sciences et techniques agronomiques en productions végétales et en productions animales ainsi que les sciences et technologies des agroéquipements sont les matières techniques qui comptent le plus grand nombre d’enseignants.

 

Des élèves, étudiants et apprentis aux profils variés

Plus de 190 000 élèves, étudiants et apprentis sont scolarisés dans un établissement de l’enseignement agricole technique. À ceux-ci s’ajoutent plus de 16 000 étudiants de l’enseignement supérieur long. Depuis 1975, l’enseignement agricole a vu ses effectifs progresser de plus de 65 %. Les établissements d’enseignement supérieur agronomique, vétérinaire et de paysage ont aussi connu une forte croissance de leurs effectifs (le nombre d’étudiants accueillis a presque triplé depuis 1975) et le nombre d’apprentis dans l’enseignement agricole a plus que doublé entre 1995 et 2019, passant de 17 395 à 37 425. Depuis douze ans, Isabelle Mezières dirige le centre de formation par apprentissage du Jura et le Centre de formation professionnel pour adultes (CFPPA) de Montmorot. «Je trouve particulièrement intéressante la mixité des formations et des publics possible dans notre système de formation. Aujourd’hui, l’apprentissage est de plus en plus un vrai choix des apprenants. Ils savent que c’est une réelle valeur ajoutée à la fois dans leur parcours scolaire et professionnel», témoigne-t-elle. Une des caractéristiques de l’enseignement agricole est la présence quasi-systématique d’internats dans les établissements ; 56 % des élèves sont internes. Les filles représentent 45 % des élèves, étudiants et apprentis de l’enseignement agricole. Elles sont désormais majoritaires parmi les étudiants des établissements de l’enseignement supérieur agronomique, vétérinaire et de paysage (20 % des effectifs en 1975). En outre, les établissements de l’enseignement agricole ont participé, en 2019, à l’inclusion scolaire de 8 899 élèves à besoins éducatifs particuliers. Parmi eux, 4 914 disposent d’un projet personnalisé de scolarisation. Pour accompagner certains de ces jeunes en situation de handicap, 1 181 auxiliaires de vie scolaire (AVS) étaient en poste dans les établissements.

 

Un large éventail de formations

Les établissements de l’enseignement agricole proposent des formations de la 4e au doctorat, accessibles par la voie scolaire et/ou par l’apprentissage.

L’alternance constitue une voie de formation importante dans l’enseignement agricole, que ce soit par apprentissage ou par alternance sous statut scolaire. En 2019-2020, 111 312 élèves et apprentis (jusqu’au niveau bac) ont suivi une formation de la filière professionnelle. 39,4 % d’entre eux se forment dans le secteur des services en milieu rural, 36,8 % dans celui de la production agricole, 21,4 % dans celui de l’aménagement des espaces et de la protection de l’environnement et 2,4 % dans celui de la transformation alimentaire et 1 % dans d’autres secteurs non agricoles.

À côté de la filière professionnelle, les établissements de l’enseignement agricole proposent des formations générales et technologiques. 22 777 élèves préparent un baccalauréat général ou un baccalauréat technologique sciences et technologies de l’agronomie et du vivant. Certains établissements accueillent également des élèves dès la classe de quatrième ou de troisième. L’offre de formation de l’enseignement supérieur agricole est elle aussi diversifiée avec des classes préparatoires aux grandes écoles, le brevet de technicien supérieur agricole (BTSA), des diplômes d’ingénieur, de vétérinaire et de paysagiste ainsi que des licences professionnelles, des masters et des doctorats.

 

Une insertion professionnelle rapide

En 2019, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a délivré près de 80 000 diplômes, allant du Capa au brevet de technicien supérieur agricole. Pour la quasi-totalité des diplômes délivrés, le taux de réussite à l’examen est supérieur à 80 %. Trois ans après l’obtention de leur diplôme, 56 % des diplômés du CAP agricole, 68 % des bacheliers et 55 % des titulaires du BTSA sont entrés dans la vie active.

 

Des exploitations et des ateliers technologiques 

Les exploitations agricoles et ateliers technologiques sont des lieux privilégiés pour l’acquisition de compétences professionnelles, l’apprentissage du travail en équipe et le développement personnel. Mini-stages, travaux pratiques, suivi d’expérimentations et mise en œuvre de projets sont autant d’activités qui permettent la construction des savoirs et savoir-faire. 4,5 millions d’heures de formation sont délivrées chaque année en lien avec les exploitations agricoles et ateliers technologiques.
Les établissements de l’enseignement agricole regroupent 19 exploitations agricoles, 24 ateliers technologiques agroalimentaires et 10 centres équestres qui s’étendent sur 18 600 ha utiles. La moitié des exploitations agricoles est orientée vers la polyculture-élevage, 16 % sont spécialisées dans l’horticulture et le maraîchage, 10 % dans les grandes cultures et autant en vigne. Depuis la rentrée scolaire 2020, un nouveau dispositif a été mis en place. 19 correspondants RMT (réseau mixte technologique) ont pour mission de faciliter la participation de l’enseignement agricole technique à des concertations thématiques, en s’associant aux partenaires de la recherche et du développement. 
Source : portrait de l’enseignement agricole en 2021
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Pour Frédéric Thomas, «le couvert est presque la culture la plus difficile à réussir».
Devenir un carbon farmer grâce à la couverture permanente des sols
Comment injecter plus de carbone dans les sols et d’azote pour la culture ? En intensifiant la photosynthèse, et donc, en misant…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde