Aller au contenu principal

Positiver l’image de l’agriculture

Echo de l'assemblée générale cantonale de Boves.

Les participants à l’assemblée cantonale de Boves.
Les participants à l’assemblée cantonale de Boves.
© AAP

Mardi 8 janvier s’est tenue l’assemblée générale cantonale de Boves au Paraclet, sous la présidence de Jean-Luc Duban, et avec la participation de Françoise Crété, secrétaire générale de la Fdsea. Après avoir fait un tour d’horizon de l’année écoulée, Jean-Luc Duban a laissé la parole à Françoise Crété qui a présenté le programme défendu par la liste Fdsea/JA pour les élections à la chambre d’agriculture. Un participant a souligné l’importance que les productions céréalières prennent dans le département et le repli de l’élevage. Françoise Crété a d’emblée répondu : «il faut garder la diversité des productions dans la Somme, elle apporte une vraie valeur ajoutée au département».
Il existe notamment le service de remplacement pour se dégager du temps, prendre des responsabilités. Il faut y faire appel régulièrement afin de pérenniser des emplois, cela permettra également d’accroitre les compétences des agents de remplacement, et aussi de pouvoir leur offrir un emploi à temps complet, ce qui n’est pas toujours possible sur une seule exploitation.
La mauvaise image que dégage la profession a également été soulignée : «nous sommes vus comme des pollueurs et cette image est accentuée par les médias». Il est important que les exploitants mettent en valeur les bon côtés de leur profession : travail à proximité de chez soi, pas de transports, plutôt que les points négatifs. Pour que l’image s’améliore, il faut en premier lieu que le discours des exploitants se positive, en faisant apparaître les avantages du métier, explique Françoise Crété. Elle a également rappelé que la Fnsea a mis en place une campagne de publicité «Les métiers de l’agriculture. Ils font tourner la terre» pour attirer des jeunes dans le monde agricole au sens large.
Enfin, Odile Dalle, juriste à la Fdsea, est intervenue pour sensibiliser les exploitants au Sage (schéma d’aménagement et de gestion des eaux) Somme-Aval. Ce Sage est élaboré par l’Ameva (Dury), un syndicat mixte qui regroupe les principales collectivités gestionnaires des cours d’eau et des milieux aquatiques. Il doit conduire à partir de l’analyse de l’existant à restaurer l’état fonctionnel des cours d’eau et des zones humides, réduire les pollutions de toutes origines, lutter contre les risques d’inondations…
«Il est primordial que les exploitants participent aux réunions organisées par la commission locale de l’eau», souligne Odile Dalle, «car des actions et règlements y seront décidés dans le périmètre du Sage et ils auront des conséquences sur l’activité agricole».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde