Aller au contenu principal

POMMES DE TERRE de consommation
Potato Europe 2012 : le salon européen de la pomme de terre

Mercredi 12 et jeudi 13 septembre, les producteurs et tous les intervenants de la filière pomme de terre ont rendez-vous à Villers-Saint-Christophe.

Quatorze arracheuses présentées par six constructeurs seront cette année en démonstration.
Quatorze arracheuses présentées par six constructeurs seront cette année en démonstration.
© AAP

Potato Europe, le salon européen de la pomme de terre, revient cette année en France, comme tous les quatre ans, après les Pays-Bas, l’Allemagne et la Belgique. L’ensemble des acteurs de la filière pomme de terre, depuis la création variétale jusqu'à la commercialisation seront réunis le mercredi 12 et le jeudi 13 septembre sur le site Arvalis de Villers Saint Christophe dans l’Aisne, à quelques encablures de Ham. On pourra donc y faire des rencontres, s’informer, échanger sur toutes les questions intéressant la pomme de terre. «C’est un rendez-vous à ne pas manquer pour tous ceux qui pensent que l’innovation technique est indispensable pour permettre aux producteurs de relever les défis conjugués de la productivité, de la qualité, de la compétitivité et du respect environnemental», souligne Didier Lombart, président du comité professionnel pommes de terre d’Arvalis.

Six constructeurs d’arracheuses présents
Les démonstrations dynamiques sont toujours appréciées des visiteurs de ce genre de manifestation. Cette année, pas moins de 22 ha, quatre de plus qu’en 2008, sont consacrés aux chantiers d’arrachage et de réception. Six constructeurs feront tourner au total quatorze arracheuses. Aux côtés, des Allemands Grimme et WM Kartoffeltechnik, des Belges AVR et Dewulf, de l’anglais Standen Pearson, figure un Français, la société Pouchain implantée dans le Pas-de-Calais. Connue pour ses automotrices en endives, celle-ci s’est lancée dans la pomme de terre et présentera une arracheuse automotrice simplifiée quatre rangs.
La tendance est à l’élargissement des gammes, indique Michel Martin, ingénieur Arvalis. Cela va des arracheuses tractées à un ou deux rangs, la plupart combinées, jusqu’aux grosses automotrices quatre rangs adaptées aux grandes surfaces. A noter l’apparition d’arracheuses trois rangs tractées ou automotrices, simplifiées ou combinées, pour des surfaces moyennes.
A voir également en dynamique les matériels de réception et stockage, notamment les trieurs optiques, ainsi que les démonstrations de défanage combiné mécanique et chimique.

Quatre espaces techniques
La technique est bien entendu présente à Potato Europe. Quatre espaces lui sont consacrés.

• Le premier est axé sur tout ce qui touche à la gestion de l’eau et de la fertilisation.
On y parlera donc d’irrigation : comment l’optimiser grâce aux outils d’aide à la décision comme Irré-LIS et Irrinov. On y réexposera la méthode de détermination des besoins en azote de la pomme de terre en tenant compte de l’impact de la variété. On y traitera aussi de l’interculture : quels sont les principaux critères de choix des couverts ?

• Le deuxième espace s’intéresse au stockage et à la conservation.
C’est une nouveauté pour cette manifestation. On y parlera des nouveaux inhibiteurs de germination, des précautions à prendre pour limiter les pertes de poids et de l’impact des équipements de ventilation et réfrigération sur l’environnement.

• Le troisième espace porte sur les variétés.
Celles-ci sont nombreuses, plus de quatre cents. Les organisateurs feront un zoom sur les trente deux nouveautés inscrites au catalogue depuis 2008, sans oublier les principales références du marché. On verra que les sélectionneurs cherchent à répondre aux spécificités des différents marchés, et à mettre au point des pommes de terre résistantes aux maladies, en particulier le mildiou. La tolérance à la sécheresse est un autre axe de la recherche.

• Le quatrième espace est consacré à la protection des cultures, avec un grand principe : prévenir plutôt que guérir.
On y expliquera que des stratégies efficaces de prophylaxie peuvent permettre de diviser par deux l’utilisation de solutions chimiques, sous réserve d’utiliser tous les leviers à disposition (gestion des déchets, rotation, lutte contre les repousses, outils d’aide à la décision de traitement…) et de les combiner au mieux.

De nombreux exposants
Potato Europe, c’est encore le commerce avec son village qui va regrouper une quarantaine de négociants et de coopératives. Et également quelque deux cent cinquante exposants de matériels, d’agrofourniture et de la transformation. Sans oublier les organismes professionnels : Unpt, Cnipt, Gipt. Bref de quoi faire le tour de tout ce qui se dit et se fait en matière de pomme de terre.

Cinq conférences

Mercredi 12 septembre

10 h
Comparaison des coûts de production de la pomme de terre en France et en Europe (Arvalis).

11 h
Les opportunités et perspectives de développement du plant français sur les pays du Proche et Moyen Orient (importateur saoudien, CBPQ et CRSC – Egypte, France Obtention, FN3PT).

11h30
Le marché français des produits transformés à base de pommes de terre (Gipt).

Jeudi 13 septembre

10h
Plants certifiés, plants d’avenir (Gnis).

11h
L’export, des succès à consolider (Ubifrance, Cnipt).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les 54 saisonniers retenus ont participé à une journée d’essais sous l’œil attentif de Fabien Deguehegny, un des associés de la SCEA Biosources.  Premiers «vrais» désherbages prévus mi-mai. 
Recruter 52 saisonniers locaux pour le désherbage : pari gagné
La SCEA Biosources, à Méharicourt, a converti 163 ha en bio, dont 80 ha de légumes. Un des enjeux était de recruter une…
Aujourd’hui, il n’est pas possible de planter les pommes de terre en direct dans la pré-butte. Un travail sur le couvert est encore à mener pour y parvenir. 
Le pré-buttage d’été pour limiter l’érosion : rêve ou réalité ?
Jean-Paul Dallene, installé à Oppy (62), pratique le pré-buttage d’été pour ses pommes de terre depuis trois ans. Même si la…
Douze-mille personnes avaient participé à l’édition 2019 d’Ailly-le-Haut-Clocher.
Plaine en fête 2021 ? Oui !
Covid ou pas, les Jeunes agriculteurs de la Somme ont décidé d’organiser Plaine en fête cette année. L’édition devra certainement…
Pulvé
Dans le Nord, une commune de Flandre fait de l'anti-agribashing
Dans une publication sur le réseau social Facebook, une élue de la commune d'Hondeghem, dans les flandres, tente d'expliquer à…
450 hectares de betteraves à ressemer dans la Somme
Au 20 avril, la CGB estime autour de 4 500 hectares la surface de betteraves sucrières endommagées par l’épisode de gel dans les…
Hugues d’Hautefeuille a testé plusieurs itinéraires culturaux dans ses micro-parcelles, à Monsures. 
Une filière orties émerge en Hauts-de-France
L’ortie est une plante qui pousse partout où on ne la souhaite pas. Pourquoi ne pas la cultiver pour en tirer des bénéfices ? C’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde