Aller au contenu principal

Filière oeufs
Poulehouse boit définitivement le bouillon

L’entreprise de commercialisation d’œufs « qui ne tuent pas la poule » a annoncé mettre un terme à son activité « dès la semaine prochaine » suite à l’échec d’une procédure de redressement judiciaire.

Poulehouse
© Poulehouse

« Il paraît que les oiseaux se cachent pour mourir, chez Poulehouse on préfère la lumière ». C’est par ces mots que la start-up Poulehouse a annoncé le vendredi 28 janvier mettre un terme définitif à son activité. Les mots sont choisis et la mise en scène quasi-théâtrale, suscitant une certaine émotion chez les clients ou fans de la marque. 

« On a tout essayé pour sauver le projet avec notamment une offre de reprise mais l’ultime décision est tombée cette semaine et nous ne pourrons plus continuer l’activité dès la semaine prochaine », annoncent ainsi les responsables de Poulehouse dans un message posté sur Facebook. Après des déboires financiers, une collecte participative de fonds en ligne et une procédure de redressement judiciaire, l’entreprise ne s’en est finalement pas tirée. « Les trois derniers mois n’ont été qu’une longue glissade vers cette inéluctable issue », soulignent ses dirigeants.

Poulehouse
© Capture d'écran - Facebook

Mise en lumière de sujets "tabous"

Poulehouse, c’est une startup française qui s’est fait un nom en se vantant de commercialiser depuis 2017 « des œufs dont les poules ne sont pas envoyées à l’abattoir ». Dans un texte aux accents d’éloge funèbre, les dirigeants de PouleHouse évoquent le fait d’avoir « su convaincre des dizaines de distributeurs, des milliers de magasins, des dizaines de milliers de clients d’acheter des millions d”oeufs qui ne tuent par la poule » mais aussi d’avoir « introduit » dans la société un certain nombre de sujets : fin de vie des poules pondeuses, broyage des poussins mâles, épointage des becs… L’entreprise l’assure, il s’agit « d’autant de sujets que la filière ne voulait pas que nous abordions publiquement ».

Évoquant ensuite les « acteurs de premier plan » qui lui ont apporté publiquement leur soutien, la start-up continue de régler ses comptes avec ses ex-partenaires, sans cette fois les citer : « Pour ceux qui ont raté les épisodes précédents, nous avions reçu un coup fatal en octobre (2021) par un grand acteur de la filière qui nous a volontairement et illégalement bloqué et a ainsi fait échouer notre levée de fond », indique Poulehouse.

Poulehouse
© Poulehouse

Fin octobre 2021, faisant face à ces accusations, le groupe coopératif Noriap et sa filiale ONE (Oeuf Nord Europe, marque Cocorette) – c’est cette dernière qui réalisait des prestations d’emballage et de logistique pour le compte de Poulehouse – ont réagi en racontant « s’être régulièrement trouvé confronté à des défauts de paiement de la part de Poulehouse, amenant à devoir rediscuter des modalités de poursuite du partenariat, sans rester fermé à aucune solution de sortie, pourvu que Poulehouse soit en mesure de remédier à ses défaillances. »

Très commenté sur les réseaux sociaux, le conflit avait conduit ONE et sa maison-mère à engager une procédure judiciaire contre Poulehouse pour « diffamation » tandis que la startup continuait de crier à l’injustice, et à se répandre jusqu’au clap de fin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Tereos paiera ses betteraves 2022-23 «au moins autant que les concurrents»
Ce 9 juin, comme chaque année, la coopérative sucrière Tereos conviait les journalistes à une conférence de presse annuelle,…
Cristal Union avance un prix de betteraves très en hausse
En conférence de presse ce 13 juin, les dirigeants de la coopérative Cristal Union ont annoncé que les betteraves 2022 (en terre…
Compte tenu des annonces de prix pour les deux prochaines campagnes, l’usine  de Vecquemont devrait être approvisionnée en pommes de terre fécule sans trop de difficultés, même si des surfaces restent à trouver chez les producteurs  du grand nord de la France.
La Coopérative féculière de Vecquemont sauve «son» usine
Face à un industriel (Roquette) qui n’entendait pas revaloriser le prix d’achat de pommes de terre destinées à la transformation…
Dany, le bouilleur ambulant, est à cheval sur la paperasse : la législation est stricte.
L’alambic des établissements Charpentier sillonne encore la campagne
Il y a bien longtemps que le bouilleur ne fait plus bouillir la marmite des établissements Charpentier, basés à Beauquesne.…
Une partie de la Somme en vigilance sécheresse
Ce 16 juin, la préfecture de la Somme a annoncé le placement en vigilance sécheresse des bassins-versants de l’Avre et de la…
Groupe Carré
Le Groupe Carré gagne un peu plus la Somme
Le négociant en grains historiquement installé en Nord-Pas de Calais a inauguré le 21 juin une plateforme dédiée à la collecte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde