Aller au contenu principal

Poulehouse se grille avec ses partenaires

Partageant largement sur les réseaux sociaux son différend avec le groupe coopératif Noriap, sa filiale Cocorette et Œufs Nord Europe (ONE), et laissant les internautes s’en donner à cœur joie, Poulehouse est en revanche fermée à tout échange pour tenter de comprendre la situation. 

Habile sur les réseaux sociaux pour faire parler d’elle, la startup PouleHouse est en revanche plus discète quand il s’agit d’apporter des explications sur le différend qui l’oppose avec plusieurs de ses prestataires.
© Poulehouse

Poulehouse, la start-up française qui commercialise depuis 2017 des œufs dont les poules ne sont pas envoyées à l’abattoir, s’est déclarée en «grand péril», après une décision «unilatérale et illégale» du groupe Œufs Nord Europe (ONE, marque Cocorette) affilié à la coopérative Noriap, de «mettre fin à ses prestations» (production, logistique), fin octobre sur la plateforme de financement participatif Leetchi. Poulehouse y a lancé une collecte de fonds (30 000 €) intitulée «Je soutiens Poulehouse contre ceux qui veulent sa perte». Cette cagnotte est destinée à «faire face aux frais futurs de procédure que ce contentieux va engendrer», et à «financer les surcoûts opérationnels que la société va rencontrer (augmentation des coûts de transport, dépenses dans les bâtiments...)». La start-up précise qu’elle se trouve par ailleurs incapable de «réussir sa levée de fonds participative» entamée depuis plusieurs semaines.

Poulehouse se pose en victime
«Depuis 2019, Poulehouse n’avait pourtant qu’à se féliciter de ce partenariat. Le management visionnaire de la direction de Cocorette lui avait permis d’accéder à des outils de production et logistiques adaptés. Mais un récent changement à la tête de l’entreprise est venu compliquer les choses et depuis plusieurs semaines Poulehouse n’a tout simplement plus accès aux prestations, en contradiction totale avec les contrats signés», détaille Poulehouse.
Sûre d’elle, l’entreprise n’hésite pas à se poser en victime, en affirmant dans ses publications en ligne que «le concept novateur et audacieux même de Poulehouse – arrêt du broyage des poussins mâles et de l’abattage précoce des poules pondeuses à dix-huit mois – dérange la filière depuis le premier jour». Elle rappelle en outre que «plus de 10 millions d’œufs ont été vendus par Poulehouse depuis quatre ans, ce qui prouve l’adhésion du consommateur à la démarche de Poulehouse, malgré un prix de vente au détail plus élevé que la moyenne».

Des défaillances ?
Œufs Nord Europe et ses actionnaires ont réagi au travers d’un courrier envoyé à la presse le 28 octobre, en annonçant qu’ils se réservent le droit de porter plainte pour «diffamation publique» envers Poulehouse. Le groupe rapporte qu’il «a joué le rôle de vecteur de celui-ci auprès des éleveurs qui ont sa confiance, et a mis à disposition ses capacités de production et de logistique». Et qu’il «s’est régulièrement trouvé confronté à des défauts de paiement de la part de Poulehouse, l’amenant à devoir rediscuter des modalités de poursuite du partenariat, sans rester fermé à aucune solution de sortie, pourvu que Poulehouse soit en mesure de remédier à ses défaillances.» À aucun moment, ni aucun aucun endroit, Poulehouse ne fait mention de ces difficultés. Sollicitée par Agra Presse comme par L’Action agricole picarde, Poulehouse n’a pas répondu.
Pour le groupe ONE basé à Doullens, les accusations de la start-up «portent incontestablement atteinte à l’honneur et à la considération des intéressés, alors que les contrats n’ont pas été rompus». Et elles «contribuent par ailleurs à décrédibiliser le travail réalisé depuis des décennies par le groupe ONE au bénéfice des éleveurs, à l’égard desquels Poulehouse est en défaut, et au-delà d’eux de toute la filière avicole». Le 3 novembre, à cinquante-sept jours de la fin de la collecte lancée par Poulehouse, celle-ci avait récolté 4 261 € sur les 30 000 € attendus.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L214
Une pétition demande la dissolution de L214
Des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour dénoncer les agissements de l’association de protection…
«Soulagement» pour les agriculteurs futurs méthaniseurs d’Ailly-sur-Somme
Après une consultation publique houleuse, et plusieurs modifications pour tenter de contenter tout le monde, le projet d’unité de…
Poulehouse se grille avec ses partenaires
Partageant largement sur les réseaux sociaux son différend avec le groupe coopératif Noriap, sa filiale Cocorette et Œufs Nord…
Yann Joly espère que le Tribunal de grande instance de Paris reconnaîtra le «trouble anormal de voisinage» causé par  les éoliennes. Il pourrait ainsi réclamer une indemnisation financière des pertes liées à l’arrêt de son élevage laitier. 
Yann Joly devant le TGI : « Je n’ai plus rien à perdre »
Yann Joly, ancien éleveur laitier du Boisle, a vu son troupeau dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013.…
Le méthaniseur de Fabien et Anne-Sophie Niquet assure une complémentarité à leur activité d’élevage laitier. 
Une diversification méthanisation réussie : ils partagent leur expérience
Ces 26 et 27 octobre, Fabien et Anne-Sophie Niquet ouvrent leurs portes aux professionnels de l’agriculture puis au grand public…
Pour le sénateur Demilly, Mousline est « essentielle pour l'est de la Somme »
Le 28 octobre, le groupe Nestlé, propriétaire de la marque Mousline, a annoncé que les activités de production et de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde