Aller au contenu principal

Agriculture bio
Pour Bio en Hauts-de-France, «les engagements doivent être tenus»

Le groupement régional de l'agriculture biologique appelle à «la mobilisation de tous, élus, acteurs économiques, société civile», et à ce «que les engagements pris soient tenus» pour permettre à la filière bio de retrouver une certaine dynamique. 

Depuis que la vie a repris un cours à peu près normal, les clients ne sont plus aussi nombreux chez Nicolas Thirard, à Devise. L’agriculteur et maraîcher bio s’était habitué à voir «des files de clients», mais aujourd’hui, «ce n’est plus pareil…» Sur certains circuits de distribution, il dit avoir perdu jusqu’à «50 %» de chiffre d’affaires. «En ce moment, on sent que cela repart un peu, mais ce n’est pas l’euphorie», détaillait-il la semaine dernière. Comme d’autres acteurs de la filière bio, il subit donc la perte d’engouement pour le bio ; une situation à laquelle l’organisation Bio en Hauts-de-France a tenté d’alerter, le 23 septembre dernier, déclarée «journée européenne du bio». 

 

Le constat d’une perte de vitesse

D’après Bio en Hauts-de-France, la filière bio nationale comme régionale serait actuellement dans le brouillard, confrontée à une série d’événements : tempête Eunice, sécheresse estivale, baisse brutale de la consommation bio, crise énergétique ou encore guerre en Ukraine… Mis bout à bout, chacun de ces aléas participerait à «un processus de standardisation de l’agriculture», selon Bio en Hauts-de-France qui évoque «un contre-sens historique de voir l’agriculture biologique stagner, voire reculer, au regard des enjeux environnementaux et économiques actuels». Si on ajoute à cela un désengagement de certains pouvoirs publics «à tenir leurs engagements», à en croire Mickael Poillion, éleveur à Héricourt (62) et administrateur de Bio en Hauts-de-France, «c’est compliqué…»

Pour Bio en Hauts-de-France et ses élus, «il faut la mobilisation de tous, élus, acteurs économiques, société civile», et «que les engagements pris soient tenus». En termes de solutions, Jean-Baptiste Pertriaux, le co-directeur de Bio en Hauts-de-France avance «l’application de la Loi Egalim», «la rémunération des services rendus par l’agriculture bio avec des financements issus du deuxième pilier de la Pac» ou encore un chèque alimentaire «ciblé vers l’alimentation bio». Pour Mickael Poillion, «les outils, on les a, mais il faut juste vouloir les utiliser».  En outre, parmi les sujets qui restent des plaies ouvertes, celui de la disparition de l’aide au maintien de l’agriculture bio dans la nouvelle Pac (2023). «En matière de signal de la part du gouvernement et du ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, on ne peut dire que cela ait vraiment été positif…», soupire M. Poillion. 

 

Des raisons d’espérer ?

Si le constat est amer, les responsables de Bio en Hauts-de-France estiment que «tout n’est pas perdu pour le bio». «Il y a quand même un mouvement de fond en faveur du bio», constate Sophie Tabary, éleveuse en Thiérache et administratrice de Bio en Hauts-de-France. Et tant pis pour ceux qui choisissent d’arrêter.

Dans les Hauts-de-France, tous types d’acteurs confondus, ils ont été 152 contre 278 nouveaux engagés dans une démarche de conversion. C’est chez les grandes et moyennes et surfaces, puis chez les transformateurs et les producteurs avec vente à la ferme ou transformation que l’on retrouve la progression de conversion la plus importante. 

L’annonce par l’Agence régionale de santé d’une «mise sous surveillance renforcée» de la qualité de l’eau dans une centaine de communes des Hauts-de-France le 15 septembre dernier est presque une aubaine : «On sait qu’il y a un lien entre certains modes de production agricole et l’état de la ressource en eau… Le bio est une solution», estime M. Poillion. Pour Sophie Tabary, «il faut rappeler que le soutien à l’agriculture bio coûte moins cher que les traitements nécessaires à la dépollution de l’eau». Et quand bien même l’alimentation bio coûte plus cher que des produits issus de l’agriculture conventionnelle, «ce n’est pas mal que de vouloir augmenter la valeur des produits alimentaires. Il faut arrêter de faire croire aux gens que l’on peut s’alimenter pour pas cher», conclut Mickael Poillion.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde