Aller au contenu principal

Pour Gérard Larcher, « un territoire rural sans agriculture n'a pas de sens »

Le président du Sénat Gérard Larcher est en déplacement privé aujourd'hui dans le département de la Somme. Une visite pour soutenir la candidature de Laurent Somon dans la course aux élections sénatoriales, mais également un moment de rencontre avec des élus locaux.

Fin de semaine dernière, le président du Sénat était déjà en Picardie, dans le département de l'Aisne. Venu soutenir les candidats Antoine Lefèvre et Pascale Gruny pour les élections sénatoriales, il s'est également rendu chez Philippe Meurs, agriculteur à Oulchy-le-Château.
Fin de semaine dernière, le président du Sénat était déjà en Picardie, dans le département de l'Aisne. Venu soutenir les candidats Antoine Lefèvre et Pascale Gruny pour les élections sénatoriales, il s'est également rendu chez Philippe Meurs, agriculteur à Oulchy-le-Château.
© L'Agriculteur de l'Aisne

A quelques jours des élections sénatoriales - elles ont lieu le dimanche 27 septembre - les différentes listes candidates fourbissent leurs armes dans le département de la Somme et affichent leurs soutiens. Pour Laurent Somon, l'actuel président du Conseil départemental, c'est un soutien de poids qui est attendu ce mercredi 16 septembre, puisque c'est le président du Sénat, Gérard Larcher qui vient lui témoigner une marque de sympathie.

Gérard Larcher est attendu dans le milieu de matinée dans la Somme pour participer à une réunion avec les grands électeurs de l'est du département à Chaulnes, puis à un déjeuner à Amiens avec les conseillers départementaux, régionaux, présidents des communautés de communes, parlementaires et responsables politiques de droite et du centre. En fin d'après-midi, une réunion avec les délégués de la ville d'Abbeville, dont Pascal Demarthe, son maire, est également prévue.

Avancer à partir d'exemples concrets

Fin de semaine dernière, le président du Sénat était déjà en Picardie, dans le département de l'Aisne. Venu soutenir les candidats Antoine Lefèvre et Pascale Gruny pour les élections sénatoriales, il s'est également rendu chez Philippe Meurs, agriculteur à Oulchy-le-Château. Une dizaine d'agriculteurs et responsables professionnels ont partagé leurs inquiétudes sur différents sujets : néonicotinoïdes, agribashing, irrigation, crise de la filière champagne, financement des chambres d'agriculture...

Gérard Larcher, qui s'est dit « proche de la ruralité », a assuré avoir compris les messages envoyés par les différents intervenants. Il a ainsi expliqué que l'arme de la souveraineté alimentaire est aussi une arme de la souveraineté globale. Par ailleurs, il estime que la PAC doit rester européenne et qu'elle ne doit pas être renationalisée. « Je crois que les agriculteurs peuvent nous apporter des propositions que je ferai remonter. C'est à partir d'exemples très concrets que l'on avancera » a-t'il conclu, insistant que le fait qu'« un territoire rural sans agriculture vivante, cela n'a pas de sens ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde