Aller au contenu principal

Aménagement du territoire
Pour mieux manger, Amiens métropole veut préserver le foncier agricole

Pour avancer dans son projet alimentaire territorial (PAT), Amiens Métropole conviait les acteurs du projet à une journée de travail ce 27 septembre, à Saveuse. Un des ateliers était dédié à la question de la préservation du foncier agricole.

Une étude foncière est menée aux hortillonnages et à l’île Sainte-Aragone,  «pour maintenir la douzaine de maraîchers en place, voire développer l’activité».
Une étude foncière est menée aux hortillonnages et à l’île Sainte-Aragone, «pour maintenir la douzaine de maraîchers en place, voire développer l’activité».
© A. P.

Sans terres agricoles, pas d’agriculteurs, et donc pas d’agriculture de proximité. Or, les produits locaux sont au centre du projet alimentaire territorial que mène Amiens Métropole depuis 2018, relancé très activement l’année dernière. Ce 27 septembre à Saveuse, les acteurs de ce PAT étaient conviés à une journée de travail animée autour de quatre axes : l’innovation au service de l’agriculture, utiliser plus de produits locaux en restauration collective, la logistique pour structurer les circuits agroalimentaire locaux, et la préservation du foncier agricole, donc.

«Nous avons engagé un premier diagnostic foncier. Bien connaître le territoire est une étape essentielle», note Philippine Fiess, de la Chambre d’agriculture de la Somme, partenaire du PAT. Sur les 350 km2 du territoire, la surface agricole utile s’étend sur 21 137 ha. «C’est 60 % du territoire, avec une baisse de 3,2 % par rapport à 2010.» 210 exploitations y vivent. C’est presque 30 % de moins qu’en 2010, mais celles-ci sont plus grosse, avec 100 ha de surface moyenne. «C’est le constat que l’on fait partout en France. Mais on peut noter que les fermes d’Amiens Métropole font en moyenne 10 ha de plus que les autres de la région, et 31 ha de plus que la moyenne française.»

Les exploitations de grande culture sont les plus nombreuses, alors que l’élevage est de moins en moins présent sur le territoire. Celles en polyculture-élevage ne représentent que 10 % des fermes, soit 23 de moins qu’en 2010. Les élevages spécialisés, eux, sont presque inexistants. «En dix ans, Amiens métropole a perdu un tiers de ses élevages. On compte – 20 % du cheptel bovin et – 28 % du cheptel volaille. Seul le cheptel ovin a augmenté», précise Philippine Fiess. Mais le plus inquiétant est le vieillissement des agriculteurs, avec un âge moyen de cinquante et un ans. «Un tiers des chefs d’exploitation ont plus de cinquante-cinq ans. D’ici dix ans, ces entreprises devront trouver repreneur. Or, les jeunes sont de moins en moins nombreux.»

 

Le nerf de la guerre

Il faut dire qu’en dehors d’une reprise familiale, l’accès au foncier est un vrai combat. L’histoire de Gaëtan Vallée, maraîcher installé depuis 2013 au sein du Gaec des Franches terres sur 12 ha à Pont-de-Metz, fait figure d’exception. «L’association Terre de liens nous épaulait, mon associé et moi, dans notre recherche. Nous avons été mis au courant de la possibilité de signer un bail rural pour ce terrain un peu par hasard. Il est situé à proximité de la plus grosse zone de captage d’eau d’Amiens métropole, donc notre projet de maraîchage bio extensif s’y prêtait bien. Il aura tout de même fallu attendre trois ans d’études administratives pour pouvoir entrer dans les terres», raconte-t-il. Lui sait qu’il a eu «une chance folle» que tout le monde n’a pas. Pourtant, «le premier frein à l’installation, c’est l’accès au foncier», assure Alexandre Platerier, de Terre de liens Picardie. 

Amiens Métropole tente d’apporter des solutions. «Nous avons un partenariat avec la Safer pour constituer une réserve foncière. Aujourd’hui, nous disposons de 7,60 ha à Camon, destinés à la compensation et éventuellement une installation», note Juliette Dingeon, du service urbanisme d’Amiens Métropole. Une goutte d’eau parmi les 21 000 ha de SAU, mais qui a le mérite d’exister, et qui pourrait s’étendre dans les années à venir. Une étude foncière est aussi menée aux hortillonnages et à l’île Sainte-Aragone, «pour maintenir la douzaine de maraîchers en place, voire développer l’activité.» L’enjeu est de recenser les difficultés d’exploitation pour anticiper la transmission. «L’enjeu patrimonial est indéniable, mais ce n’est pas avec les hortillonnages et l’île Sainte-Aragone qu’on va nourrir les plus de 180 000 habitants. Il faudra pouvoir travailler avec les agriculteurs proches de la retraire qui n’ont pas de repreneur», émet Alexandre Platerier. Il y a du pain sur la planche. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
De gauche à droite, Rémi Chombart et Laurent Degenne, associés à l’origine  du projet, et Pierre Chombart, responsable du site : «l’idée est de maximiser les capacités de production qu’offre la méthanisation.»
Un méthaniseur véritable pôle de production d’énergies vertes
À Vraignes-en-Vermandois (80), dix-huit agriculteurs se sont associés autour d’une unité de méthanisation bien particulière. En…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde