Aller au contenu principal

Pour tripler le volume de déchets recyclés, Veolia compte sur les agriculteurs

La Secode de Boves, plus grand site de gestion des déchets de Veolia au nord de Paris, compte tripler le volume de déchets valorisés d’ici à 2030. Le monde agricole, via la fertilisation des sols et la méthanisation, est un précieux partenaire pour cela. 

Veolia veut «épuiser les capacités de valorisation de chaque objet». Pour cela, les agriculteurs méthaniseurs sont des alliés de taille.
Veolia veut «épuiser les capacités de valorisation de chaque objet». Pour cela, les agriculteurs méthaniseurs sont des alliés de taille.
© A. P.

La montagne de déchets qui s’étend sur un hectare, qu’un compacteur œuvre à réduire en blocs bien denses, donne le tournis. Pourtant, une grande partie des matières qui entrent à la Secode de Boves, site de gestion des déchets de Veolia, ont une seconde vie. «Nous fêtons aujourd’hui ses cinquante ans. Depuis sa création en 1972, nous sommes passés d’un objectif d’évitement de la pollution à une volonté de transformer les déchets en matière ou en énergie», annonce Anne Le Guennec, directrice générale de Veolia recyclage et valorisation des déchets, ce 9 septembre, lors d’une visite. 

Aujourd’hui, le site de 55 ha reçoit chaque année 200 000 t de déchets générés par plus de 700 000 habitants et 300 entreprises des environs. 17 % de ce volume est valorisé en «matière» et 6,3 % sert de fertilisant pour les sols cultivés. Les 76,7 % restants servent à fabriquer du biogaz et sont surtout stockés, faute de savoir en faire autre chose. «Demain, on veut réduire cette part à 40 %», annonce Guillaume Cossez, directeur des services aux entreprises Hauts-de-France. Autrement dit, La Secode veut tripler le volume de déchets recyclés d’ici à 2030. 50 000 t de moins seraient stockés chaque année. «On va épuiser les capacités de valorisation de chaque objet», ajoute Patrick Hasbroucq, directeur des unités industrielles de Veolia. 

Pour atteindre cet objectif, l’entreprise s’engage dans le projet Valopôle. «C’est un nouvel outil industriel de transformation écologique, pensé en hub industriel», présente Guillaume Cossez. Quatre filières seront renforcées : tri, bio déchets, énergie et stockage. 50 M€ seront investis d’ici 2026, et quarante à cinquante emplois seront créés. Il en faudra, des petites mains, pour désemballer les produits alimentaires et trier ce qui est valorisable. Le démarrage prévisionnel de l’activité est prévu en 2026. 

 

Biodéchets cherchent méthaniseur

Les citoyens devront mettre la main à la pâte avec, en plus du tri des papiers et des plastiques, le tri des biodéchets (déchets alimentaires). Veolia compte surtout sur les partenariats avec le monde agricole. Car les méthaniseurs sont ceux des agriculteurs. Une précision tout de même, pour pouvoir intégrer des produits carnés au méthaniseur, celui-ci doit être doté d’un outil d’hygiénisation à l’entrée du système, et doit disposer de l’autorisation d’exploiter adéquat. 

Du compost, réalisé à partir de déchets verts broyés, est aussi utilisé en fertilisant naturel pour les terres agricoles. «On produit 15 000 t de compost qui amendent 1 500 ha», précise-t-on à la Secode. Les échanges devraient aller plus loin. «Notre station d’épuration nous permet de récupérer une eau parfaitement propre, que la réglementation nous empêche de valoriser. Mais celle-ci devrait s’assouplir.» L’eau pourrait, par exemple, servir à l’irrigation. Veolia travaille aussi avec la Chambre d’agriculture de la Somme pour une consommation raisonnée du foncier. «Nous avons des projets de réhabilitation de certaines surfaces, pour restituer au monde agricole ce que l’on a pu consommer.»

 

Du compost au marc de café, what else ? 

Le site de Boves est le seul en France à recycler les capsules Nespresso.
Le site de Boves est le seul en France à recycler les capsules Nespresso.
© A. P.

Les 15 000 t de compost de la Secode de Boves ont quelque chose de plus qu’un simple compost. Voilà un an qu’il est complété par du marc de café des capsules Nespresso. Jusqu’alors, ces capsules en aluminium étaient acheminées aux Pays-Bas pour y être valorisées. Mais une solution de valorisation par déconditionnement a été développée au site de Boves, permettant de séparer de manière effective l’aluminium du marc de café des capsules. Le marc de café, qui représente 90 % du poids de la capsule, retourne donc au sol au service des agriculteurs. L'aluminium, lui, sert à fabriquer de nouveaux objets du quotidien, comme des cadres de vélo, des canettes ou encore des moteurs de voiture. Les buveurs de café Nespresso sont invités à les déposer dans près de cinq mille points de collecte dédiés que sont les points relais, les déchetteries et les grandes surfaces partenaires. En parallèle, il existe une autre solution pour valoriser les capsules en aluminium : dans les collectivités équipées, 50 % des Français peuvent déposer leurs capsules dans leur bac de tri, avec tous les autres petits emballages métalliques.

 

Une biodiversité… Parfois envahissante

Centre de tri des déchets n’irait pas de pair avec épanouissement de la biodiversité ? Bien sûr que si, se targue Veolia. La présence de la gentiane croisette et du sisymbre en sont la preuve. La première plante de 40 cm aux feuilles décussées et aux fleurs bleu violacé habite les prairies sèches. Le développement du papillon azuré de la croisette en est dépendant : il dépose ses œufs uniquement sur cette plante et les chenilles s’en nourrissent. «Un partenariat est en place avec le conservatoire d’espaces naturels.» Mais cette biodiversité est parfois un fléau. La présence des mouettes rieuses et des goélands argentés est particulièrement néfaste. «Ils causent des dégâts sur les équipements du site, et emportent les déchets à l’extérieur. Ils sont parfois des milliers.» Le moyen de lutte le plus efficace est la fauconnerie. Rien de tel qu’un rapace pour faire fuir les autres oiseaux.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
L’offre alléchante de Milcobel aux éleveurs régionaux attise le feu
Avec 555 €/1 000 l (42/43) payés en juin 2022, la coopérative belge Milcobel espère séduire les éleveurs laitiers des Hauts-de…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde