Aller au contenu principal

Lin
Pourquoi attendre de bonnes conditions pour semer le lin

Les conditions de semis sont essentielles pour réussir l’implantation du lin et obtenir des linières qui soient le plus homogènes possible. Le point avec Arvalis. 

Pour limiter le tassement du sol, il est recommandé de limiter le nombre de passages. L’utilisation d’un combiné de semis  est alors préférable.
Pour limiter le tassement du sol, il est recommandé de limiter le nombre de passages. L’utilisation d’un combiné de semis est alors préférable.
© Stéphane LEITENBERGER

L’hiver 2022-2023 se caractérise par des températures froides mais également par une faible pluviométrie. Si ces conditions ont favorisé une bonne structuration du sol, la bonne implantation et levée des linières dépendra fortement des conditions de travail du sol et du semis. 

 

Des conditions de semis à ne pas négliger 

La préparation du sol représente une étape essentielle de la conduite de la culture. Le lin présente une racine pivot pouvant descendre jusqu’à 1 m de profondeur. Un bon enracinement conditionne la capacité de la plante à puiser l’eau et les nutriments nécessaires à son développement. Pour limiter le tassement du sol, il est recommandé de limiter le nombre de passages. L’utilisation d’un combiné de semis est alors préférable. 

Un lit de semence de 3 à 5 cm de profondeur suffit pour permettre une bonne implantation 

Pour éviter de créer des zones de lissage pénalisant l’enracinement, la reprise du labour doit être réalisée sur un sol réessuyé sur une profondeur de 40 cm (humidité < 18 %). Aucune pluie ne doit être annoncée dans les 48 heures suivant cette étape. 

 

Assurer une levée rapide et homogène 

Les semences représentent un poste de dépense important pour les liniculteurs. Sa réussite est d’autant plus importante qu’une mauvaise implantation peut entraîner une double-levée et créer des complications techniques pénalisant la rentabilité de la culture. Les conditions optimales de semis se caractérisent d’abord par un sol réchauffé (température supérieure à 10°C). La culture se développant à partir de 5°C, des températures atmosphériques douces favoriseront une levée rapide. La graine de lin disposant de peu de réserve, elle doit être semée à une profondeur comprise entre 1 et 2 cm. Semer en vitesse réduite (6 km/h) favorise une levée homogène. Après le semis, les terres doivent blanchir pendant au moins 48 heures afin de favoriser la cohésion du sol en surface et limiter le risque de battance en cas de forte pluies. Il est alors nécessaire d’évaluer les risques de précipitations. 

 

Viser un peuplement de 1 500 à 1 600 plantes viables/m2 

Le lin compense mal une hétérogénéité, la régularité du peuplement prime alors sur la densité. Le liniculteur doit viser un peuplement de 1 500 à 1 600 plantes viables/m2. Une densité trop importante génère des lins petits et sensibles aux bioagresseurs. Le nombre de graine semée varie selon la date de semis et du type de sol. Dans les sols «difficiles», avec une forte teneur en argile, une préparation grossière, il est conseillé d’augmenter la dose de semences de l’ordre de 20 % afin de palier des éventuels problèmes de levée. Pour les semis précoces, attention à ne pas les réaliser dans des sols encore froids, mal ressuyés et avec des préparations de sol grossières. Il convient par conséquent de majorer la densité de semis d’environ 10 %. Les semis plus tardifs sont, quant à eux, favorables à une bonne germination des plantes car les conditions sont meilleures. Il n’est généralement pas nécessaire d’augmenter la dose de semences. 

 

Le semis, un premier levier de lutte contre les altises 

L’intensité des dégâts d’altises est fortement influencée par l’abondance d’altises dans la parcelle mais également par la vitesse de croissance du lin et l’état de la parcelle. Une croissance rapide réduit la période de sensibilité des lins vis-à-vis des altises. De même, des dégâts plus importants sont observés dans les parcelles présentant plus de mottes et de résidus. De plus, il est intéressant de noter que davantage d’altises ont été capturées dans les parcelles semées en mars par rapport à celles semées en avril. Ainsi, le respect des bonnes conditions et le décalage de la date de semis représentent des leviers agronomiques efficaces pour lutter contre les altises. 

Dates de semis et préparation du sol conditionnent la bonne implantation du lin.

 

Valeurs indicatives des doses de semences en fonction du poids de mille graines (PMG).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

dossier PAC dépôt dossier aides PAC
La date limite de dépôt des demandes d’aides de la PAC repoussée

Les demandes d’aides de la PAC liées à la surface au titre de la campagne 2024 pourront être déposées jusqu’au vendredi 24 mai…

RN 25 Beauval
RN 25 : un accord unanime présenté à Beauval

Les exploitants et propriétaires concernés par les expropriations du chantier de rénovation de la RN25 étaient conviés à une…

Élaboré et servi par Martin Ebersbach, le vin de la Ferme des Vœux est blanc (rosé) pétillant, élaboré selon une méthode champenoise.
Au Vignoble des Vœux, une longue attente bientôt récompensée

La diversification vers la viticulture engagée par Martin Ebersbach à la Ferme des Vœux enthousiasme le Conseil départemental…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

En visite à l’EARL des enclos, la ministre Pannier-Runacher a assuré que «quand on met en place des réglementations,  ce n’est pas pour le plaisir mais parce qu’il y a urgence à répondre au dérèglement climatique».
Dans la Somme, Agnès Pannier-Runacher prend la défense d’Egalim

La ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire s’est rendue le 17 avril au Crotoy…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde