Aller au contenu principal

Pourquoi la Russie peut devenir une superpuissance agricole

Pour l’ancien conseiller agricole près de l’Ambassade de France à Moscou, Jacques Hervé, les régions les plus septentrionales du pays verraient leurs rendements s’accroître et des terres, aujourd’hui en friches, deviendraient productives.

Grâce à une politique agricole ambitieuse, la Russie a obtenu des résultats spectaculaires, dont un doublement de sa production de blé en cinq ans.
Grâce à une politique agricole ambitieuse, la Russie a obtenu des résultats spectaculaires, dont un doublement de sa production de blé en cinq ans.
© Pixabay




Qui peut se targuer de connaître l’agriculture de la Russie et de l’Ukraine aussi bien que Jean-Jacques Hervé ? Ingénieur général des ponts, des eaux et des forêts, membre de l’Académie d’Agriculture de France, il fut durant sept ans conseiller agricole près de l’Ambassade de France en Russie et quatre ans conseiller du gouvernement ukrainien pour l’Agriculture et l’Alimentation. Ce fin connaisseur des pays de la Mer Noire était l’invité, le 3 décembre, de l’Association des amis de l’académie d’agriculture de France (4AF) pour parler des conséquences du changement climatique sur l’agriculture russe. Son analyse est sans appel : la Russie devrait profiter économiquement de l’augmentation prévue des températures. Déjà premier exportateur mondial de blé, le réchauffement climatique couplé au progrès technologique pourrait transformer le pays en superpuissance agricole. «C’est moins l’augmentation des surfaces permise par le réchauffement climatique qui devrait jouer, de l’ordre de 5 à 10 %, que l’amélioration substantielle des rendements, a-t-il expliqué. Dans certaines régions frontalières avec la Chine, la production de blé pourrait doubler grâce à l’irrigation et le supplément de température.»

Redressement de la production céréalière
La Russie est le plus vaste pays de la planète, avec près de 17 millions de km2. Doté de terres noires arables très fertiles, le pays exploite 220 millions d’ha, soit autant que l’Union européenne et l’Ukraine réunis. Après une forte baisse de la production agricole consécutive au démantèlement de l’ex-URSS en 1991, la production céréalière de la Russie s’est fortement redressée à partir du milieu des années 2000 suite à d’importants investissements productifs privés et à la réorganisation des exploitations. «C’est une agriculture de firmes, financiarisée, qui s’est mise en place», a indiqué Jean-Jacques Hervé.
En 2017, la Russie a moissonné 84 millions de tonnes (Mt) de blé tendre confirmant sa place de quatrième producteur mondial et s’imposant surtout comme le premier exportateur de la planète avec environ 35 Mt expédiées un peu partout dans le monde. Avec ce nouveau record, la Russie renouait ainsi avec le passé glorieux de l’ère soviétique durant laquelle le pays était «le grenier à grains de la planète».
Depuis 2014, la crise ukrainienne et l’annexion de la Crimée par les forces armées russes, à l’origine de l’embargo sur les importations européennes, ont renforcé cette ambition russe pour son agriculture. Le Kremlin a budgétisé plus de 50 milliards d’euros pour sa politique agricole, en soutenant la modernisation des matériels agricoles et le développement des nouvelles technologies. Le résultat a été spectaculaire : la production de blé a doublé en seulement cinq ans. Et c’est loin d’être fini. «Au regard du potentiel permis par le réchauffement climatique et de l’ambition portée par les autorités moscovites, il semble acquis que la Russie pourra produire dans un horizon proche, autour de 120 Mt de blé», a précisé Jean-Jacques Hervé. Et d’ajouter : «La consommation domestique devrait rester relativement stable, c’est le secteur export qui absorbera ces suppléments de production.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les deux dernières minutes de la conférence de presse de rentrée de la ministre de la Transition écologique ont d’abord jeté un froid dans la filière betteraves avant de déchaîner les passions sur les réseaux sociaux.
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s’est exprimée contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde