Aller au contenu principal

PPA : des mesures sanitaires en France et chez les voisins

Après l'annonce la veille des premières mesures sanitaires pour empêcher la peste porcine africaine (PPA) de franchir la frontière franco-belge, les syndicats minoritaires estiment, par voie de communiqué, que le ministère de l'Agriculture ne va pas assez loin. Pour la Coordination rurale, «ce plan ne propose pas suffisamment de mesures sur la faune sauvage». Pour la CR, «il faut agir en amont sur la faune sauvage en réduisant immédiatement et drastiquement la population de sangliers dans la zone frontalière, notamment par des tirs à l’affût pour limiter les déplacements d’animaux qui interviennent lors des chasses en battue.» Pour la Confédération paysanne, «la propagation de la maladie n'est pas due aux pratiques d'élevage mais en premier lieu à la multiplication incontrôlée des populations de sangliers et aux transports routiers». Elle regrette de son côté que le plan du ministère « ne semble contenir aucune mesure concernant le contrôle des transports routiers» et demande à la fédération des chasseurs «de mettre en place des prélèvements beaucoup plus importants !»

La Belgique s'apprête à interdire la chasse sur 63 000 ha autour des foyers

Suite à la confirmation de deux cas de peste porcine africaine (PPA) en Belgique, les autorités sanitaires fédérales et l'administration wallonne annoncent, à la suite d'une réunion d'urgence le 14 septembre, qu'il sera «proposé au Gouvernement wallon d'interdire toute forme de chasse jusqu'au 15 octobre pour la zone de 63 000 ha infectés afin d'éviter la dispersion du gibier». Ce communiqué rappelle qu'en Belgique, une «task force» a été mise en place fin mars 2018 pour «implanter des mesures de lutte» contre la PPA au sein de la faune sauvage et des «mesures de prévention» dans les élevages porcins. Selon le communiqué, «ce sont ces mesures de veille de terrain qui ont permis la mise en évidence dernièrement de cas suspects pour quelques sangliers morts

La Pologne, un « véritable réservoir viral »

La lutte contre la peste porcine africaine (PPA) en Pologne est un « échec », a déclaré Jean-Louis Büer, conseiller agricole à l’ambassade de France à Varsovie, le 14 septembre au Space. La maladie, « apparue en 2014, s’est emballée à l’été 2017, surtout dans les petits élevages de l’est du pays ». La sensibilisation des éleveurs n’a vraiment démarré que « fin 2016-début 2017 ». A ce jour, 207 cas de PPA ont été recensés en élevages et plus de 2 000 dans le milieu sauvage. Le foyer situé le plus à l’ouest se trouve à 380 km de la frontière avec l’Allemagne, laquelle « coopère étroitement avec la Pologne » et conduit des « battues cynégétiques intenses ». En Pologne, « les mesures de biosécurité sont bien appliquées uniquement dans les grands élevages » alors que les « petits élevages » et les « sangliers » constituent un « véritable réservoir viral ». « La Pologne aura du mal à contenir la propagation du virus même si celle-ci ralentit », estime Jean-Louis Büer ; elle « n’a pas les moyens de contrôler tous les élevages ». Le ministre polonais de l’agriculture nommé en juillet 2018, Jan Krzysztof Ardanowski, éleveur de porcs de profession, semble « plus sensible » à l’épizootie que son prédécesseur, Krzysztof Jurgiel. Les chasseurs polonais peuvent bénéficier de cinq jours de congés payés pour traquer le sanglier, payé 50 € pièce – une somme conséquente au regard du salaire moyen : 1 000 €.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde