Aller au contenu principal

PPL Descrozaille : les parlementaires trouvent un consensus

Députés et sénateurs ont trouvé un accord en commission mixte paritaire, le 15 mars, sur la proposition de loi portant sur l’équilibre dans les relations commerciales entre industriels et distributeurs dite Descrozaille. La version finale reprend largement les ajouts du Sénat. 

Le texte de proposition de loi sur l’équilibre dans les relations commerciales a été adopté.
Le texte de proposition de loi sur l’équilibre dans les relations commerciales a été adopté.
© Ania

«Le Parlement a une fois encore démontré sa capacité de dégager un consensus transpartisan au service de l’intérêt général, loin des effets de manche et des anathèmes lancés dans le débat public», s’est félicitée la présidente de la commission des Affaires économiques du Sénat, Sophie Primas, dans un communiqué du 15 mars. La sénatrice LR des Yvelines présidait, le matin même, la commission mixte paritaire (CMP) chargée de trouver un accord sur la proposition de loi (PPL) dite Descrozaille portant sur l’équilibre dans les relations commerciales. Un consensus s’est rapidement dégagé en fin de matinée et le texte a été adopté. 

La nouvelle version de la loi tient largement compte des apports du Sénat. Elle conserve notamment la non-négociabilité des matières premières agricoles (MPA) dans les produits vendus sous marque de distributeur. Cette disposition avait été saluée par les principaux syndicats agricoles, FNSEA et JA. «Nous avons repris les gros apports du Sénat parce que nous avons considéré qu’il s’agissait d’enrichissements et qu’il n’y avait pas lieu d’en reparler», explique le député à l’initiative de la PPL, Frédéric Descrozaille, élu Renaissance du Val-de-Marne. 

 

Les apports du Sénat conservés 

Pour faire avancer ces pions sur l’article 3, portant sur les modalités applicables en cas de non-accord au 1er mars, le rapporteur du texte à l’Assemblée a fait plusieurs concessions au Sénat. Ainsi, l’expérimentation du relèvement du seuil de revente à perte (SRP + 10) est prolongée jusqu’en 2025 et non jusqu’en 2026 comme le souhaitait l’Assemblée. Dans un premier temps, les sénateurs avaient souhaité supprimer cette disposition, dont les retombées pour le monde agricole sont encore débattues. Pour en avoir une idée plus précise, le texte prévoit l’obligation pour les distributeurs de communiquer aux pouvoirs publics des informations sur l’usage du «surcroît de revenu» dégagé grâce au SRP + 10, estimé à 600 M€ par an. Comme le souhaitaient les sénateurs, la filière des fruits et légumes est exclue du champ d’application de l’expérimentation du SRP + 10. 

Autre compromis : l’expérimentation de l’encadrement des promotions est étendue à tous les produits de grande consommation, y compris d’hygiène et d’entretien. Enfin, la certification par le tiers de confiance en cas de recours à l’option 3 de transparence sur la MPA se fera avant et après la négociation commerciale, conformément à la volonté du Sénat. «La version du Sénat nous allait, elle a juste été modifiée pour qu’il n’y ait pas communication aux distributeurs de la méthode de calcul», commente Frédéric Descrozaille. 

 

Sécuriser les fournisseurs en cas de non-accord 

En contrepartie de ces concessions, le député Descrozaille a obtenu que l’article 3 soit une nouvelle fois considérablement modifié. En l’absence d’accord au 1er mars, un fournisseur pourra choisir d’interrompre les livraisons «sans que (le distributeur) ne puisse invoquer la rupture brutale» ou d’appliquer un préavis de rupture classique à condition qu’il tienne compte «des conditions économiques du marché». «Les industriels pourront arrêter de livrer en étant sécurisés juridiquement, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui», assure le député Frédéric Descrozaille. 

En cas de désaccord, l’une des deux parties pourra saisir le médiateur des relations commerciales agricole pour définir les conditions d’un préavis avant le 1er avril, avec rétroactivité du tarif. «Nous avons précisé que le médiateur ne pouvait être saisi que pour un préavis, et pas pour relancer les affaires. C’était important pour le Sénat qui craignait que les distributeurs ne s’en servent pour avoir un mois de négociation supplémentaire», explique le rapporteur. Cependant, il n’est plus prévu que le médiateur puisse produire une recommandation sur le tarif applicable dans le cas où le litige arriverait devant le juge. La rédaction de l’article introduit également un principe de «bonne foi» dans le Code du commerce. Par conséquent, ne pas avoir négocié de «bonne foi» pourra constituer une pratique restrictive de la concurrence et donc entraîner des sanctions. 

Les sénateurs ayant émis des réserves sur les effets de bords potentiels de ce nouveau système, celui-ci sera testé pendant trois ans. L’introduction d’un critère de «dépendance économique» pour distinguer les entreprises pouvant bénéficier des dispositions prévues dans l’article 3 a été évoquée dans les discussions préalables à la CMP. Il n’a finalement pas été retenu. «Personne n’en voulait et ce n’était pas évident à mettre en place juridiquement», explique Frédéric Descrozaille. La Feef, qui représente les PME et ETI (entreprises de taille intermédiaire) fournisseurs de la grande distribution, s’y est notamment opposée. Le texte doit désormais être ratifié à l’Assemblée nationale et au Sénat. 

Un texte «irresponsable» pour les distributeurs, l’Ania satisfaite 

Après l’adoption du texte en commission mixte paritaire, la fédération du commerce et de la distribution (FCD) fustige un texte «irresponsable pour le pouvoir d’achat des consommateurs, allant à l’encontre de toute démarche “anti-inflation”». La fédération, qui représente une grande partie des enseignes de la grande distribution (Casino, Carrefour, Système U, Auchan...), dénonce un texte «fait sur mesure pour les grands industriels, sans aucune considération pour les consommateurs, ni, en réalité, pour les PME». Dans le viseur de la grande distribution, il y a notamment l’extension du plafonnement des promotions aux produits de DPH (droguerie, parfumerie, hygiène), réservé jusqu’ici aux produits alimentaires. Dans un communiqué du même jour, l’Ania (industries alimentaires) se réjouit des mesures retenues par la CMP. Pour l’organisation, ce texte permettra d’assurer une «plus juste rémunération des agriculteurs», de «combler des vides juridiques sources d’instabilité économique pour les entreprises» et de «rééquilibrer une relation fournisseurs-distributeurs». 

Après le vote en commission mixte paritaire (CMP), FNSEA et JA satisfaits

Dans un communiqué de presse commun du 16 mars, la FNSEA et Jeunes agriculteurs (JA) ont exprimé «leur satisfaction» à propos du résultat de la Commission mixte paritaire qui a examiné, le 15 mars, la proposition de loi du député Frédéric Descrozaille relative à la «sécurisation de l’approvisionnement des Français en produits de grande consommation». Ils y retrouvent une grande partie de leurs demandes sur la prolongation de l'expérimentation relative au relèvement du Seuil de revente à perte de 10 % et à l'encadrement des promotions ; sur l’extension de la non-négociabilité de la matière première agricole aux marques de distributeurs et, naturellement, sur le fait que le texte impose «aux distributeurs de se conformer à EGAlim 1 et 2 pour leurs achats délocalisés en dehors de la France». Les deux syndicats agricoles se disent «convaincus que seule la “peur du gendarme” permettra une application pleine et entière du dispositif», conclut le communiqué.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

dossier PAC dépôt dossier aides PAC
La date limite de dépôt des demandes d’aides de la PAC repoussée

Les demandes d’aides de la PAC liées à la surface au titre de la campagne 2024 pourront être déposées jusqu’au vendredi 24 mai…

RN 25 Beauval
RN 25 : un accord unanime présenté à Beauval

Les exploitants et propriétaires concernés par les expropriations du chantier de rénovation de la RN25 étaient conviés à une…

Élaboré et servi par Martin Ebersbach, le vin de la Ferme des Vœux est blanc (rosé) pétillant, élaboré selon une méthode champenoise.
Au Vignoble des Vœux, une longue attente bientôt récompensée

La diversification vers la viticulture engagée par Martin Ebersbach à la Ferme des Vœux enthousiasme le Conseil départemental…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

En visite à l’EARL des enclos, la ministre Pannier-Runacher a assuré que «quand on met en place des réglementations,  ce n’est pas pour le plaisir mais parce qu’il y a urgence à répondre au dérèglement climatique».
Dans la Somme, Agnès Pannier-Runacher prend la défense d’Egalim

La ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire s’est rendue le 17 avril au Crotoy…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde