Aller au contenu principal

Prairies : comment installer une prairie de longue durée

Comment optimiser l’exploitation des surfaces prairiales.

Des légumineuses sont également incorporables au mélange : trèfle blanc, luzerne et trèfle violet.
Des légumineuses sont également incorporables au mélange : trèfle blanc, luzerne et trèfle violet.
© AAP

Face à des contrastes climatiques de plus en plus forts, les mélanges d’espèces prairiales apparaissent comme un facteur de sécurité pour les éleveurs. Rappelons que les meilleurs mélanges sont obtenus à partir des meilleures variétés. Toutes les informations sur celles-ci sont publiées sur le site www.herbe-book.fr, ce qui permet de les identifier très facilement.
Pour créer un mélange de longue durée, il faut bien sûr que les constituants aient une pérennité suffisante. Cinq graminées sont utilisables (fétuque élevée, fétuque des près, dactyle, ray-grass anglais et fléole), auxquelles on peut ajouter le ray-grass hybride. Toutefois, la pérennité de ce dernier n’est que de trois ans, mais il assurera une productivité rapide après le semis. Les autres espèces sont plus lentes d’installation (hormis le ray-grass anglais). Le ray-grass hybride servira ainsi de couvert de protection pour ces espèces lentes d’installation, puis leur cédera progressivement la place.
Des légumineuses sont également incorporables au mélange : trèfle blanc, luzerne et trèfle violet. Ces deux dernières s’estompent au bout de trois ou quatre ans alors que le trèfle blanc est très vivace s’il a facilement accès à la lumière, sans excès d’eau ou de conditions trop séchantes.
En cas de sol léger et séchant, le lotier corniculé, qui possède des vertus «condimentaires» (tanins et vermifuge), peut être ajouté. Dans le cas d’une zone humide, le trèfle hybride sera privilégié.

Trouver le bon équilibre
Pour chacune de ces espèces, il convient de connaître leur comportement, non seulement lors de l’implantation, mais aussi face aux diverses conditions climatiques probables pendant toute la durée de vie de la prairie. Pour une bonne rentabilité, la prairie restera en place pendant cinq ans.
Il faut composer son mélange en imaginant la proportion de chaque espèce souhaitée. Il est préconisé une dose totale comprise entre 25 et 30 kg de semences à l’hectare. Pour aider à la composition de mélanges, des outils existent comme, par exemple, une application sur smartphone qui offre un calculateur pour mélanges prairiaux ou bien encore un tableur sur le site www.herbe-actifs.org . Le principe est de traduire un peuplement de plantes souhaité en kg de semences par hectare.
Le poids est important à connaître en cas de sollicitation de la prime protéine. En effet, cette prime est accordée à condition que 50 % des graines soient des légumineuses (et non pas 50 % du poids).
L’utilisation en mélange atténue les limites des espèces avec un effet relais d’une espèce sur l’autre.

Les atouts d’un mélange tout fait
Il est désormais facile de trouver chez votre distributeur des mélanges de semences déjà élaborés. Il est parfois difficile de les comparer et de s’assurer qu’ils répondent bien aux besoins recherchés et soient bien composés de variétés performantes.
C’est pourquoi l’association française pour la production fourragère (AFPF) a créé le label France prairie. Il permet à l’utilisateur de bénéficier d’une expertise agronomique reconnue, puisque le cahier des charges a été élaboré à travers un travail collectif d’organismes comme Arvalis, l’Inra, l’Idele… Il permet aussi de connaître à quel usage (fauche, pâturage ou mixte) et à quel type de sol le mélange est adapté via le site www.franceprairie.fr.
Il est donc possible pour l’éleveur de concevoir lui-même son mélange en achetant des espèces pures. Mais, encore mieux, il peut acheter un mélange déjà préparé. En préférant un mélange labélisé «France prairie», reconnaissable par son logo, il s’assure d’une bonne composition adaptée à sa situation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde