Aller au contenu principal

Prairies : diagnostiquer avant d’agir

La végétation d’une prairie évolue. Réaliser régulièrement un diagnostic de ses parcelles permet d’évaluer leur état avant toute intervention au printemps. 

Pour conserver le plus longtemps possible une prairie de qualité, il faut commencer par identifier et éliminer les causes de dégradation.
Pour conserver le plus longtemps possible une prairie de qualité, il faut commencer par identifier et éliminer les causes de dégradation.
© V. Rychembusch

Au fil du temps, certaines prairies peuvent ne plus se montrer aussi productives qu’on le souhaiterait. Il est donc important pour les éleveurs de suivre régulièrement leurs parcelles afin d’établir un diagnostic. Bruno Osson, technicien Semae (ex-Gnis), aborde ce sujet lors de formations. Ils proposent aux éleveurs de réaliser un état des lieux précis et de mettre en place des techniques simples, à moindre coût, lesquelles amélioreront sensiblement la productivité de l’herbe. «Dans un contexte de hausse des prix des concentrés, de l’énergie, c’est vraiment la prairie de bonne qualité, le plus longtemps possible durant la saison, qui peut permettre de passer le cap», insiste-t-il. 

La valeur fourragère 

Ainsi, la discussion avec l’éleveur s’oriente d’abord sur son niveau de satisfaction. «Je l’interroge sur la productivité de la parcelle par rapport aux autres parcelles de l’exploitation, à celles de ses voisins, explique Bruno Osson. Par rapport aux années précédentes, cette prairie s’est-elle améliorée ou au contraire dégradée ?» Il est ensuite essentiel d’identifier les plantes présentes, d’estimer leurs valeurs fourragères sous différents aspects : productivité, appétence, valeurs alimentaires et saisonnalité. Cette flore est-elle adaptée aux objectifs de l’éleveur ? Est-ce que la parcelle sera pâturée ou fauchée ? Prévoit-il de faire de l’ensilage ou plutôt du foin ? 

S’en suit une approche foncière et agronomique de la parcelle. Est-elle en pente ? Y observe-t-on la présence de taupinières, de trous de pieds de vaches ? «Dès qu’il y a des trous ou des bosses, la morphologie de la végétation va être différente. Il y aura des touffes, ce qui pénalise à la fois le rendement et l’appétence.» Le technicien liste également la présence de cours d’eau, de points humides, la portance du sol, mais aussi la nature du sous-sol. «Il y a deux indicateurs positifs pour estimer la qualité d’une prairie : le trèfle blanc et le ver de terre», rappelle-t-il. 

Identifier les espèces

Pour ce qui est de l’étude de la végétation. Celle-ci va d’abord être raisonnée de façon globale. On observe la densité, la morphologie du couvert. Est-ce que j’ai quelque chose de très gazonnant, homogène ou plutôt en touffe ?  On regarde les espèces, la présence éventuelle de plantes bio indicatrices. «Il faut pouvoir identifier les espèces. Pour cela, si on est tôt en saison, il existe un outil disponible sur le site de Semae, une clef de détermination qui permet d’identifier les graminées au stade herbacé», précise Bruno Osson. 

Il est aussi bon de regarder la manière dont ces espèces sont réparties, en mosaïques ou, au contraire, bien mélangées les unes aux autres, ce qui est préférable. La présence de mousse sera, quant à elle, le signe d’une mauvaise activité biologique. 

D’autre part, l’observation du marquage des bousas peut-être le signe d’un problème de fertilité ou de surpâturage à l’automne. 

 

Les possibilités d’amélioration

Une fois l’évaluation réalisée, l’éleveur peut prendre la décision d’améliorer, de regarnir ou, en dernier recours, de rénover complètement sa prairie. 

Avant de s’engager dans des actions trop coûteuses, mieux vaut privilégier les techniques simples. 

Il convient tout d’abord d’éliminer la cause de la possible dégradation (cf. encadré). Ensuite, il s’agit de raisonner la fertilité et le pH. Cela peut aussi être l’introduction de nouvelles plantes, par du sursemis, puis l’adaptation de son mode d’exploitation : alterner fauche/pâture, alterner des dates de récoltes, faire du pâturage tournant… Et enfin, se soucier de l’aménagement foncier : «avoir de bons chemins, bien disposer les points d’eau. Penser au confort des animaux avec des haies coupe-vent, leur apporter de l’ombre. C’est l’occasion peut-être de replanter quelques arbres, ajoute Bruno Osson. Ce sont autant d’astuces toutes simples que les éleveurs connaissent bien, mais sur lesquelles il est bon d’insister».

Pour en savoir plus, Semae met des outils à disposition des éleveurs une multitude d’informations sur son site internet www.semae-pedagogie.org, sur le site www.herbe-actifs.org ainsi que le site herbe-book.org pour le choix des variétés. 

 

 

Dix causes possibles

L’expert de Semae dresse une liste de dix causes possibles à la dégradation d’une prairie :  surpâturage, sous pâturage, absence de déprimage, fertilisation mal raisonnée, mauvaise activité biologique du sol (pH, asphyxie, tassement, sol noyé, ombre, mulch), une flore mal adaptée à l’usage, des accidents (inondation, gelée, sécheresse exceptionnelles, sangliers, taupes, rongeurs), un piétinement en mauvaises conditions de portance, de la sénescence simultanée, ou encore des négligences (rouler sur l’herbe gelée, un fumier mal émietté, des râteliers). 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Pour Frédéric Thomas, «le couvert est presque la culture la plus difficile à réussir».
Devenir un carbon farmer grâce à la couverture permanente des sols
Comment injecter plus de carbone dans les sols et d’azote pour la culture ? En intensifiant la photosynthèse, et donc, en misant…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde