Aller au contenu principal

Prairies : retour au régime d’autorisation

Après une année en dessous du seuil de 2,5 %, le ratio prairies en région Hauts-de-France est repassé au-dessus du seuil d’autorisation, limitant les possibilités de retournement à trois types de cas.

Dans le cadre de la Pac, tout retournement effectué à partir du 16 mai 2020 doit faire l’objet d’une autorisation 
de la DDT(M).
Dans le cadre de la Pac, tout retournement effectué à partir du 16 mai 2020 doit faire l’objet d’une autorisation
de la DDT(M).
© Emilie Durand



Le maintien des prairies permanentes est l’un des critères de verdissement de la Pac, avec la diversité des cultures et la mise en place de surfaces d’intérêt écologique. Calculé chaque année à l’échelle régionale, le ratio permet de constater l’évolution de la part de surfaces en prairies permanentes par rapport à la surface agricole totale entre l’année de référence (2012) et l’année en cours. Un ratio compris entre 2,5 % et 5 % entraîne la mise en place d’un régime d’autorisation de retournement de prairies permanentes qui limite les possibilités de retournement à quelques cas précis. Au-delà de 5 %, le retournement de prairies permanentes est purement et simplement interdit.

Un ratio de 3,04 % en 2020
Le ministère vient de confirmer que le taux de dégradation constaté en 2020 par rapport au ratio de référence 2012 est de 3,04 %, au vu des données des déclarations Pac 2020 des agriculteurs ayant des surfaces dans la région Hauts-de-France.  Cela signifie que, dans le cadre de la Pac, tout retournement effectué à partir du 16 mai 2020 doit faire l’objet d’une autorisation de la DDT(M). Une telle autorisation ne peut être accordée que pour certains cas bien précis, fixés par arrêté national : les agriculteurs reconnus en difficulté (Agridiff avec plan de redressement arrêté), les éleveurs ayant plus de 75 % de prairies permanentes sur leur exploitation et souhaitant en retourner une partie pour gagner en autonomie fourragère (sans toutefois passer en dessous des 75 %) et les nouveaux installés et jeunes agriculteurs (dans la limite maximum de 25 % des prairies présentes sur l’exploitation au moment de leur installation).
Ces éléments seront traduits dans un arrêté ministériel et d’un arrêté préfectoral régional. Néanmoins, les dispositions sont d’ores et déjà en vigueur : tout retournement doit faire l’objet d’une autorisation et se limite aux trois cas cités ci-dessus.
Le formulaire de demande à destination des agriculteurs sera mis à disposition dans TelePac dans les prochaines semaines.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les deux dernières minutes de la conférence de presse de rentrée de la ministre de la Transition écologique ont d’abord jeté un froid dans la filière betteraves avant de déchaîner les passions sur les réseaux sociaux.
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s’est exprimée contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde