Aller au contenu principal

Premiers impacts de l’embargo russe : le lait le plus touché

Les ministres de l’Agriculture réunis à Bruxelles le 5 septembre pour traiter des conséquences sur les filières.

© AAP

Le lait, qui bénéficiait depuis un an d’une embellie en partie grâce à la demande russe, a vu ses cours se retourner à la baisse depuis l’annonce de l’embargo, a expliqué à l’AFP Gérard Calbrix, directeur des affaires économiques à l’Association française de la transformation laitière. Le lait utilisé pour les 250 000 tonnes de fromages auparavant exportées vers la Russie a été en partie détourné vers d’autres usages, comme la fabrication de poudre de lait. Le cours de cette dernière s’est ainsi effondré, passant de 2 880 euros début août à 2400 euros aujourd’hui.
Les éleveurs s’attendent à une baisse des prix de vente de leur lait d’ici deux mois, le temps que les variations se répercutent sur la matière première. Une situation d’autant plus inquiétante qu’elle se produit quelques mois à peine avant la fin des quotas.
Autre production qui suscite l’inquiétude, la pomme, dont la récolte abondante sera difficile à écouler, en particulier avec l’afflux des pommes polonaises : la Pologne qui exportait 500 000 tonnes de ces fruits vers la Russie risque fortement d’engorger le marché de l’UE avec sa production et de concurrencer la France sur ses marchés d'exportation.

Une aide aux produits laitiers mais pas à la viande porcine
Un conseil exceptionnel des ministres de l’Agriculture européens se tient à Bruxelles ce vendredi 5 septembre pour traiter des conséquences de l’embargo sur les différentes filières. La Commission européenne a déjà décidé de soutenir les produits laitiers qui bénéficieront d’une aide au stockage privé pour le lait écrémé en poudre et le beurre. Elle pourrait être étendue à certains fromages.
En revanche, rien n’est prévu pour les viandes qui, selon Bruxelles, «ne sont pas affectées par la crise avec la Russie». Alors que les ventes de porc à la Russie portent sur 750 000 tonnes par an et représentent 20 % des exportations totales de viandes porcines, dont 75 000 tonnes pour la France. Selon le Sniv/Sncp, les cours ont chuté de 15 cts/kg depuis janvier dernier, soit un manque à gagner de 15 €/porc.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Produire des pulpes de betteraves en abaissant la facture énergétique,  c’est le défi dans lequel s’est lancé le groupe coopératif Cristal Union.
Sainte-Émilie lauréate d’un prix pour la décarbonation
La sucrerie Sainte-Émilie du groupe coopératif Cristal Union figure parmi les 16 lauréats du plan de relance gouvernemental en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde