Aller au contenu principal

Préparer l’arrêt de la castration avant 2022

Le Comité régional porcin (CRP) de Bretagne va ouvrir trois chantiers afin d’orienter massivement la production française vers le mâle entier. Règles de marché, contrôle des odeurs, adaptation du cahier des charges sont au programme.

© Pixabay

Dans la perspective de l’interdiction de la castration à vif au 1er janvier 2022, les éleveurs du Comité régional porcin (CRP) de Bretagne estiment que le mâle entier sera demain la règle, et le porc castré l’exception. Ils ont donc décidé d’ouvrir trois chantiers pour orienter massivement la production française vers le mâle entier, ont-ils fait savoir le 18 décembre. Le premier chantier du CRP concerne la redéfinition des règles de mise en marché à partir du 1er janvier 2022. Le mâle entier devenant la règle et le porc castré l’exception, le prix de base fixé au Marché du Porc Breton ne devra plus concerner que les mâles entiers. Les porcs castrés soumis à dérogation «devront être valorisés par des plus-values dédiées et définies dans la grille de paiement». Une nouvelle grille de paiement sera donc nécessaire.

Le contrôle des odeurs de carcasses de mâles entiers, essentiel dans la production de mâles entiers «doit être réalisé sous la responsabilité d’Uniporc Ouest (...) par la mise en œuvre d’une méthode éprouvée et certifiée», ajoute le CRP. L’organisme professionnel de classement des carcasses dispose d’agents dans une bonne partie des abattoirs français. Cooperl, première coopérative porcine française massivement engagée dans le mâle entier, emploie des agents pour sentir les carcasses. Ailleurs, en Europe, il existe des systèmes automatiques.

 

Accords professionnels sur la castration

En parallèle, le CRP propose la création de «références collectives pour mettre en place des démarches de progrès en élevage (génétique, alimentation ndlr) pour limiter la fréquence de carcasses odorantes». Toutes ces orientations devront être intégrées dans le cahier des charges du Porc Français, souligne le CRP. Certains marchés, notamment en salaisons, auront toujours besoin de porc non castré, dont la viande est un peu plus grasse que celle des mâles entiers, estime le CRP. Dans son arrêté publié le 24 février 2020, le gouvernement stipule que la castration des porcelets ne pourra être réalisée qu’après «anesthésie et analgésie» pratiquées par les seuls vétérinaires, sauf dérogation accordée aux éleveurs pour les animaux de «sept jours ou moins». Les éleveurs du CRP veulent continuer de castrer eux-mêmes avec l’accord des vétérinaires et réclament de subordonner cette dérogation «à la signature d’accords professionnels (...) associant les parties prenantes : vétérinaires, éleveurs et abatteurs».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
La crise qui secoue la gouvernance de Tereos a-t-elle trouvé une issue ce soir ? Réponse dans les prochaines heures.
Gouvernance de Tereos : Xavier Laude, Jérôme Hary et Gérard Clay confortés dans leur mandat
Saisi en référé, le Tribunal de Senlis a rendu sa décision aujourd'hui sur la capacité de trois membres du conseil de…
Tom Vilsack
Aux Etats-Unis, Biden devrait finalement choisir Tom Vilsack pour l’agriculture
Le président américain élu, Joe Biden, prévoit de nommer l'ancien gouverneur de l'Iowa, Tom Vilsack, au poste de secrétaire…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde