Aller au contenu principal

Elevage porcin
Préparer l’arrêt de la castration des porcs avant 2022

Le Comité régional porcin (CRP) de Bretagne va ouvrir trois chantiers afin d’orienter massivement la production française vers le mâle entier. Règles de marché, contrôle des odeurs, adaptation du cahier des charges sont au programme.

© Pixabay

Dans la perspective de l’interdiction de la castration à vif au 1er janvier 2022, les éleveurs du Comité régional porcin (CRP) de Bretagne estiment que le mâle entier sera demain la règle, et le porc castré l’exception. Ils ont donc décidé d’ouvrir trois chantiers pour orienter massivement la production française vers le mâle entier, ont-ils fait savoir le 18 décembre. Le premier chantier du CRP concerne la redéfinition des règles de mise en marché à partir du 1er janvier 2022. Le mâle entier devenant la règle et le porc castré l’exception, le prix de base fixé au Marché du Porc Breton ne devra plus concerner que les mâles entiers. Les porcs castrés soumis à dérogation «devront être valorisés par des plus-values dédiées et définies dans la grille de paiement». Une nouvelle grille de paiement sera donc nécessaire.

Le contrôle des odeurs de carcasses de mâles entiers, essentiel dans la production de mâles entiers «doit être réalisé sous la responsabilité d’Uniporc Ouest (...) par la mise en œuvre d’une méthode éprouvée et certifiée», ajoute le CRP. L’organisme professionnel de classement des carcasses dispose d’agents dans une bonne partie des abattoirs français. Cooperl, première coopérative porcine française massivement engagée dans le mâle entier, emploie des agents pour sentir les carcasses. Ailleurs, en Europe, il existe des systèmes automatiques.

 

Accords professionnels sur la castration

En parallèle, le CRP propose la création de «références collectives pour mettre en place des démarches de progrès en élevage (génétique, alimentation ndlr) pour limiter la fréquence de carcasses odorantes». Toutes ces orientations devront être intégrées dans le cahier des charges du Porc Français, souligne le CRP. Certains marchés, notamment en salaisons, auront toujours besoin de porc non castré, dont la viande est un peu plus grasse que celle des mâles entiers, estime le CRP. Dans son arrêté publié le 24 février 2020, le gouvernement stipule que la castration des porcelets ne pourra être réalisée qu’après «anesthésie et analgésie» pratiquées par les seuls vétérinaires, sauf dérogation accordée aux éleveurs pour les animaux de «sept jours ou moins». Les éleveurs du CRP veulent continuer de castrer eux-mêmes avec l’accord des vétérinaires et réclament de subordonner cette dérogation «à la signature d’accords professionnels (...) associant les parties prenantes : vétérinaires, éleveurs et abatteurs».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde