Aller au contenu principal

Préparer son taureau à la saison de reproduction

On a souvent tendance à attribuer les problèmes de fertilité aux femelles, mais il ne faut pas négliger le pouvoir fécondant des taureaux. 

Il ne faut pas sous-estimer la préparation du mâle reproducteur, qui doit se faire bien en amont. En effet, la spermatogenèse chez le taureau est de cinquante-six jours et il faut encore compter huit jours de transit à la semence dans le canal de l’épididyme. Ce qui correspond à presque trois cycles de femelles… Il faut donc commencer à s’occuper d’eux dès que les vêlages commencent. On parle régulièrement de flushing sur les femelles pour améliorer les résultats de reproduction. Les taureaux ont les mêmes besoins.

 

Un nombre de femelles limité

Comme les génisses, un jeune taureau a une précocité sexuelle, atteinte vers 290 jours avec un poids d’environ 400 kg, variable selon la race. Vient ensuite la libido, au sens d’instinct de reproduction et le réflexe d’accouplement. Ces deux facteurs sont liés à un apprentissage des jeunes en voyant les adultes faire et au nombre de femelles mises avec eux.
Le taureau d’un à deux ans peut avoir au pâturage de quinze à vingt vaches avec lui. S’il n’a pas assez de femelles, il n’est pas stimulé. Au contraire, s’il en a trop, il s’épuise et risque de saillir la même vache alors que d’autres sont en chaleur le même jour. De deux à trois ans, on peut lui augmenter son harem et passer à trente femelles et à plus de trois ans jusque quarante. Au-delà de ces recommandations, l’objectif d’avoir les vêlages groupés sur deux à trois mois devient risqué. 

 

Des critères sanitaires à surveiller

Le bon état sanitaire et fonctionnel des organes reproducteurs est primordial. Les verrues, fractures, cicatrices, tiques… sont des signes extérieurs visibles auxquels il faut prêter attention. La qualité de semence et la capacité d’accouplement sont aussi impactés par les problèmes sanitaires comme la chlamydiose, la fièvre Q, la néosporose, la mycoplasmose... 

 

Température et condition physique

L’état d’engraissement du reproducteur joue un rôle prépondérant. Si le taureau est trop en état, le scrotum s’engraisse et empêche les testicules de remonter correctement et de rester à une température adéquate pour les spermatozoïdes. En revanche, par températures élevées (à partir de 25°C), l’animal transpire et évacue des oligo-éléments. Son immunité est donc mise à rude épreuve. Pour ce qui est de la condition physique, les problèmes de locomotion sont une cause de réforme importante. 

 

L’alimentation, pilier de la réussite

Une alimentation équilibrée en énergie, protéines, minéraux et vitamines assurera une bonne production de semence en quantité et en qualité ainsi qu’une condition physique optimum. En période de pré-reproduction, il faut compter un objectif de 450 g de GMQ. Ce qui va permettre d’assurer des réserves correctes sur les soixante jours avant la période de reproduction. Dans tous les cas, il a besoin d’un apport adapté pour utiliser ses réserves au moment venu.

Si l’on veut assurer une bonne fertilité dans son troupeau en monte naturelle, les aspects sanitaires et de locomotion sont à vérifier. Faire des lots de femelles en fonction de l’âge du taureau, apporter une ration adaptée, ne pas prendre un taurillon prêt à partir à l’abattoir sont aussi des éléments clés. Malgré tout ça, il faut garder un œil sur les probables retours en chaleur de ses femelles et faire constater la gestation dès que possible. 

 

Vendeurs et utilisateurs de taureaux reproducteurs : une nouvelle obligation

Une nouvelle obligation concerne les éleveurs adhérents à la CPB (certification de parenté bovine) : en plus de l’obligation déjà en vigueur de faire un ADN sur les taureaux, les éleveurs doivent désormais réaliser une VCG (Vérification de compatibilité génétique) entre le taureau et ses deux parents. Cette nouvelle disposition qui concerne les taureaux nés à compter du 1er juillet 2020, vise à améliorer les pratiques des éleveurs car l’Institut de l’élevage a noté de nombreuses incompatibilités sur les pères. La règle a été décidée avec l’ensemble des organismes de sélection et Races de France au niveau national pour l’amélioration des performances génétiques. Un courrier explicatif a été envoyé par le service identification.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Pour être juste, le prix d’un maïs sur pied s’établit en fonction du rendement  en grain, de la cotation sur le marché et de la culture qui sera implantée  par la suite.
Quel prix pour le maïs sur pied en 2021 ?
L’achat et la vente de maïs sur pied sont une pratique courante dans le département. Pour calculer le juste prix, deux méthodes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde