Aller au contenu principal

Près de trois cents jeunes réunis

Le 16 mars dernier, tous les participants du challenge «Graine d’éleveur» étaient réunis sur le site de l’hippodrome de La Capelle.

Près de trois cents jeunes ont participé au challenge.
Près de trois cents jeunes ont participé au challenge.
© AAP


A l’heure de la remise des résultats, Régis Tricoteaux, éleveur engagé dans la formation des jeunes et membre du comité d’organisation de «Graine d’éleveur», souligne le défi que représente l’organisation d’une telle opération. «Depuis la création de «Graine d’éleveur», quel chemin parcouru ! Organisée d’abord sur le département de la Somme uniquement, l’Oise a rejoint l’action, puis l’Aisne, le Nord et, désormais, avec le Pas-de-Calais, ce sont tous les Hauts-de-France qui sont réunis. C’était un pari audacieux. «Graine d’Eleveur» mé­rite cette stature. En vous voyant tous réunis aujourd’hui, je crois que nous pouvons dire que le pari est gagné !»
Le principe du challenge est toujours le même : les élèves des classes engagées ont visité un élevage à proximité de leur établissement pour ensuite travailler en classe à la réalisation d’un exposé. Le 16 mars, les meilleurs groupes ont présenté leur travail à des jurys composés d’éleveurs, de techniciens et de professeurs. Pour la plupart d’entre eux, c’est la première fois qu’ils défendent leur travail devant un jury. C’est forcément formateur, et cela ne s’oublie pas !
En parallèle, les jeunes ont visité le Gaec Vallier, à Englancourt, où ils ont également pu découvrir un panel des métiers s’offrant à eux. Des professionnels de Gènes Diffusion, de CerFrance, de la laiterie Laitnaa, du Service de remplacement, de Néolait et d’Avenir conseil élevage ont expliqué concrètement en quoi consiste leur métier. Finalement, un mot résume assez bien l’ensemble des messages transmis : «envie». En effet, chacun des professionnels présents a insisté sur l’importance d’être passionné par son métier et d’avoir la volonté d’accompagner les éleveurs.


Les résultats

Section Seconde et Capa : MFR de Samer (1er), Institut de Bapaume (2e), Legta Vervins
Section Bac Pro : MFR Campagne-les-Boulonnais (1er), MFR Le Cateau (2e), Institut de Genech (3e)
Section BTS : MFR de Flixecourt (1er), Lycée de Chauny 1 (2e), Lycée de Chauny 2 (3e)

Le Gaec de Céline et Ludovic Vallier

«Je ne suis pas issu du monde agricole. Je me suis donc installé «hors cadre familial» en 1994, en Gaec, avec Benoît, sur 80 ha, et avec 500 000 litres de lait. En 2002, Céline rejoint le Gaec avec la reprise d’une exploitation. Un an avant, il y avait eu la mise aux normes avec la construction d’un bâtiment sur un nouveau site. Nous avions donc des bâtiments vides. Tout de suite, nous nous sommes demandé ce que nous allions en faire. Quatre-vingt brebis sont arrivées. L’objectif a vite été d’augmenter le cheptel», raconte Ludovic Vallier, éleveur à Eglancourt.
Mais, en 2008, le décès de l’associé chamboule les éleveurs et remet en cause leurs activités. «Nous avons décidé d’arrêter les moutons, et nous avons embauché un salarié. A partir de ce moment-là, nous nous sommes centrés sur la production laitière, notre vraie passion. En 2014, nous avons arrêté l’atelier taurillons pour laisser toute la place au lait», poursuit-il. La volonté d’entreprendre du couple est forte. Ce qui les anime ?
«Nous sommes éleveurs avant tout. Il n’est pas question d’arrêter de produire du lait. Mais ce que vous devrez faire, si vous voulez être éleveur, c’est faire attention à vous, en vous donnant plus de temps libre ou plus de temps de formation et, surtout, ne pas avoir d’½illères. Vous devrez également savoir vous entourer de partenaires qui vous aident vraiment. Ce sera peut-être parfois difficile, mais si vous êtes passionné et volontaire, vous arriverez à votre objectif.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Lors de la campagne 2021-2022, 1,8 million de tonnes de betteraves ont été transformées par l'usine Sainte-Émilie durant une campagne de 115 jours.
Cristal Union revient sur son prix de 30 € pour 2022-2023
Contrairement à ce que le groupe coopératif avait annoncé en décembre dernier, le prix de la tonne de la prochaine campagne ne…
Drive Lact'Union
Les Abbevillois peuvent acheter du lait « vraiment d’ici »
Sur son site d’Abbeville, le groupe coopératif Lact’Union a ouvert le 27 avril un drive au grand public pour lui permettre d’…
Marc Fesneau
Marc Fesneau pour remplacer Julien Denormandie à l'Agriculture au gouvernement ?
Les discussions pour la constitution du premier gouvernement de la Première ministre Elisabeth Borne se poursuivent.
Festival agriculture picardie maritime
Abbeville prépare aussi son édition des « retrouvailles »
D’ici vendredi soir, les installations pour l’accueil du dixième Festival de l’agriculture en Picardie maritime devraient être…
L’augmentation mécanique du Smic impactera les minima conventionnels de la production agricole et des Cuma présentés ci-dessous à compter du 1er mai. 
Nouvelle grille des salaires au 1er avril 2022
Une nouvelle grille des salaires est parue au 1er avril 2022 (IDCC 7024). Une prochaine augmentation du Smic est aussi…
Aurélie Thaureau et Nicolas Portois (FDC 80) entourant Jean-Philippe Hermant, l’un des utilisateurs réguliers de la barre d’effarouchement en dépôt dans le canton d’Ailly-sur-Noye.
Faire place nette de gibier avant la fauche
Les cinq fédérations des chasseurs des Hauts-de-France ont investi l’an dernier dans l’achat de barres d’effarouchement qu’elles…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde