Aller au contenu principal

Prévenir les départs de feu durant la moisson

Différents paramètres peuvent accentuer le risque de départs de feu durant les moissons. L’année 2019 aura été une année noire, avec 12 000 hectares brûlés. Un point sur la prévention des risques d’incendie est toujours de bon augure avant de démarrer les moissons.

Prévenir les départs de feu et savoir réagir en cas d’incendie est primordial pour moissonner sereinement.
Prévenir les départs de feu et savoir réagir en cas d’incendie est primordial pour moissonner sereinement.
© J. L.

Un certain nombre de facteurs peuvent occasionner des départs de feu durant les moissons : sécheresse, vent, pierres, pièces métalliques… Les trois derniers été secs ont accru les risques d’incendie. On garde en mémoire l’année 2019 où 12 000 hectares ont été ravagés en France, dont 6 500 pour la seule journée du 25 juillet 2019, le «jeudi noir». Ce jour-là, les températures dépassaient les 40 °C. La vigilance liée aux incendies est de mise lors des moissons. Capitaine et cheffe du centre de secours principal de Pithiviers (Loiret), Sandie Cheval livre son éclairage quant aux risques et conduites à tenir en cas d’incendie.

 

Jours et heures à risques

«Il y a plusieurs causes pouvant provoquer des départs de feu. Il s’agit généralement d’une addition de facteurs comme la sécheresse, le degré hydrométrique du sol et de la plante, le stress hydrique, la météo du jour (chaleur et vent). Le vent y est pour beaucoup dans la propagation des feux», explique Sandie Cheval. Certaines journées sont à risque, en particulier les journées noires. «Elles sont calculées par rapport au stress hydrique des végétaux, la sécheresse du sol, la température du jour et le nombre de jours successifs durant lesquels ces conditions sont rassemblées. Nous analysons ces paramètres durant les trois jours. Plus ils perdurent dans le temps, plus le risque de départs de feu s’aggrave», pointe la capitaine. Selon elle, il y a aussi une période de la journée plus propice aux départs de feu : entre 13 heures et 18 heures, appelée période noire. «Nous ne pouvons pas dire aux agriculteurs de travailler ou non. Cependant, nous pouvons travailler en bonne entente en leur fournissant nos indices de risques», précise-t-elle.

Déchaumeuse et cuve à proximité

«Nous savons que c’est délicat de respecter certaines précautions. Quand toutes les conditions sont réunies pour l’agriculteur, pour la qualité de son grain et de sa culture, s’il faut qu’il ait une action, nous le comprenons», souligne Sandie Cheval. 

Pour éviter les départs de feu (lire aussi encadré), il est fortement conseillé aux agriculteurs de tra-vailler en présence d’une déchaumeuse et/ou d’une cuve. «Cela leur permettra d’avoir une action rapide et en sécurité. Ces outils leur permettront également de limiter la propagation du feu dans les champs voisins», poursuit-elle.

 

Les bons gestes 

Que faire en cas de départ de feu ? «L’agriculteur doit nous appeler le plus rapidement possible. Si nous sommes déjà engagés sur d’autres interventions, les secours viennent de plus loin. Le temps joue alors en la défaveur de l’agriculteur car le feu se propage très vite et va mettre en péril les récoltes. Même si l’agriculteur pense avoir éteint le feu, il est préférable qu’il nous alerte afin de contrôler qu’il n’y a plus aucun risque pour la zone», souligne-t-elle.

En plus de prévenir les pompiers, l’agriculteur doit prévenir les riverains et/ou promeneurs pour éviter qu’ils ne soient intoxiqués par la fumée ou brûlés. Si l’agriculteur le peut, il doit retirer son véhicule de la parcelle. «Mais il ne doit pas se mettre en danger. Il peut agir, mais de manière sécurisée», conclut la capitaine. 

 

Précautions à prendre 

Disposer d’un téléphone pour composer le 18 ou le 112 en cas de départ de feu ; s’équiper d’extincteurs à poudre pour le matériel et à eau pour les cultures ; avoir une tonne à eau et un outil de travail du sol à proximité de la parcelle ; faire un repérage dans la parcelle pour éviter le choc avec des pierres ou des matériaux ferreux pouvant provoquer des étincelles ; s’assurer du bon fonctionnement de la machine (absence de fuite, filtres nettoyés régulièrement) ; maintenir une vigilance aux heures les plus chaudes de la journée. 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde