Aller au contenu principal

Social
Prévention santé : quand l’agriculture se met en scène !

A l’initiative du Famexa une pièce de théâtre mettant en scène la vie des agriculteurs a été jouée en Picardie.

© AAP

Pour aborder la question de la santé en agriculture en général et de la prévention santé en particulier, le Famexa (voir encadré) de la MSA de Picardie avait choisi en 2012 de présenter un spectacle théâtral vivant et interactif. Il semblait, en effet, intéressant, d’évoquer des sujets sérieux parfois même tabou de manière très ludique.
Trois représentations de la pièce de théâtre «Il y a un os» a ainsi eu lieu à Guise dans l’Aisne, à Crisolles dans l’Oise et à Hallecourt dans la Somme. 450 adhérents de la MSA y ont assisté. A l’issue de chaque représentation un débat a été organisé entre la salle, le metteur en scène et des représentants de la MSA de Picardie.
La pièce a été créée par une troupe de théâtre des Alpes de Haute Provence «la Compagnie des Oliviers» à partir de témoignages d’exploitants agricoles du Nord-Pas-de-Calais. Très réaliste, elle parle du vécu et du quotidien des agriculteurs, mais aussi des problèmes de santé qu’ils peuvent rencontrer. Pour faire passer les messages, le ton est souvent humoristique, l’émotion est également palpable. Le jeu d’acteurs est basé sur la présence sur scène de deux comédiennes et en voix off d’un comédien ; le tout ponctué par des interventions filmées d’un directeur de la santé de MSA permet de balayer des décennies de vie d’agriculteurs : la transmission, la reprise et le développement de l’exploitation ; la place et le rôle de la femme dans l’exploitation ; le poids grandissant des démarches administratives, des contraintes ; les aléas climatiques ; la santé parfois mise à rude épreuve ; le métier qui souffre de l’isolement et d’un manque de reconnaissance…
«En proposant cette pièce, nous avons souhaité nous appuyer sur un outil innovant pour répondre à trois grands objectifs, explique Emmanuel Deplanque, administrateur de la MSA de Picardie et président du Famexa. Tout d’abord, communiquer sur notre métier, sa réalité, sa complexité, sa richesse mais aussi ses contraintes. Ensuite, amener chez les spectateurs, une première réflexion sur l’idée de prendre soins de soi, de faire attention à sa santé, à ses limites physiques ou psychologiques dans une activité à forte pression. Enfin, nous baser sur les réactions des spectateurs, exprimées à l’issue de la représentation ou au travers d’un questionnaire, pour construire et proposer des actions en faveur de la prévention et de l’amélioration de la santé des agriculteurs. Le premier objectif a d’ores et déjà été atteint, au regard des réactions unanimes de la salle que l’on pourrait résumer ainsi : "C’est l’histoire de ma vie qui a été jouée ce soir cette scène».

Le Famexa

Le Famexa (fonds de l’assurance maladie des exploitants agricoles) est le fonds d’action sociale de l’Amexa, l’assurance maladie des exploitants agricoles qui a la particularité d’être gérée par la MSA et un groupement d’assureur le Gamex.
En plus des prestations «légales» versées, l’Amexa dispose grâce au Famexa de fonds qui lui permettent d’accompagner les exploitants agricoles confrontés à des problèmes de santé physiques ou d’autres natures.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Le marché aux bestiaux, installé sur 4 ha à Tilloy-les-Mofflaines, serait trop coûteux pour la Communauté urbaine  d’Arras (CUA).
Sans marché aux bestiaux d’Arras, l’élevage régional sera affaibli
La Communauté urbaine d’Arras (CUA), propriétaire du marché aux bestiaux, va cesser cette activité jugée trop onéreuse fin 2021.…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde