Aller au contenu principal

Prix à la consommation : hausse pour les légumes, baisse pour les fruits

Le 13e Observatoire des prix des fruits et légumes frais, réalisé par Familles rurales, fait état d’une hausse du prix des légumes et d’une baisse du prix des fruits entre 2018 et 2019, en conventionnel comme en agriculture biologique.

Selon la surface de vente, les disparités peuvent être importantes pour le même panier de produits, avec un prix moyen allant de 42,34 € en hard-discount à 90,79 € en magasin spécialisé bio.
Selon la surface de vente, les disparités peuvent être importantes pour le même panier de produits, avec un prix moyen allant de 42,34 € en hard-discount à 90,79 € en magasin spécialisé bio.
© D. R.

Entre 2018 et 2019, le prix des légumes a augmenté de 10 % en conventionnel et de 2 % pour le bio, celui des fruits a baissé de 4 % en conventionnel et de 8 % en bio, indique le dernier Observatoire des prix des fruits et légumes frais diffusé le 26 août par l’association de consommateurs Familles Rurales.
Réalisée tous les ans depuis treize ans, cette étude porte sur un panier de huit fruits et huit légumes dans quatre surfaces de vente (hard-discount, supermarchés/hypermarchés, marchés et magasins spécialisés bio). L’enquête a été réalisée entre le 3 et le 9 juin 2019, puis entre le 1er et le 7 juillet 2019 par soixante-quatre «veilleurs consommation» qui ont réalisé 116 relevés dans 26 départements.
Entre l’été 2018 et l’été 2019, le prix d’un panier moyen d’1 kg de chaque fruit est passé de 31,25 € à 30 € en conventionnel, et de 61,40 € à 56,70 € en bio. En conventionnel, ce sont la pomme et la pêche qui enregistrent la plus forte baisse (- 16 %) suivis par la nectarine (- 14 %), alors que les prix de la cerise progressent de 27 %. En bio, la cerise augmente de 13 %, et c’est la poire qui progresse de 20 %, les prix des autres fruits observés (pomme, melon, abricot, fraise, pêche, nectarine) marquant tous une baisse.
Côté légumes, le panier passe de 18 € à 19,80 € en conventionnel et de 33,45 € à 34,10 € en bio. Les hausses les plus notables concernent la tomate (+ 30 %) et la pomme de terre (+ 40 %) en conventionnel, et la courgette (+ 16 %), la tomate et la salade (+ 11 %) en bio.

Conventionnel, bio : du simple au double
Selon la surface de vente, les disparités peuvent être importantes pour le même panier de produits (1 kg de chaque fruit et de chaque légume), avec un prix moyen allant de 42,34 € en hard-discount à 90,79 € en magasin spécialisé bio. Pour les familles qui veulent respecter les recommandations du plan national nutrition santé, à savoir manger cinq fruits et légumes frais par jour, le coût mensuel varie de 117 € à 222 € en fonction du lieu de vente, soit entre 10 et 18 % d’un Smic mensuel net (1 202,92 E). Les produits les moins chers sont, sans surprise, en hard discount, mais le choix y reste limité, note Familles rurales.
Pour le «cultivé en France», c’est sur les marchés que l’offre est la plus abondante, avec 70 % des fruits et légumes qui viennent de l’hexagone, contre 65 % dans les super/hypermarchés et hard-discount. Enfin, l’offre la plus abondante en bio française se trouve dans les magasins spécialisés bio (69 %). Ces magasins ont aussi l’avantage de ne pas présenter des produits bio suremballés, à la différence des super/hypermarchés qui ont généralisé la pratique (pommes en barquettes, fruits et légumes vendus à l’unité sous plastique…), ce qui facilite la traçabilité et la séparation d’avec les produits conventionnels, mais va à l’inverse du cahier des charges de l’agriculture biologique visant à respecter davantage l’environnement, relève Familles rurales. L’association rappelle par ailleurs que pour consommer responsable, l’important est avant tout de manger des fruits et légumes de saison.

Les «sur-marges» en grande distribution pointées

La différence dans les marges appliquées par la grande distribution représenterait 41 % de l’écart tarifaire pour le consommateur entre fruits et légumes bio et conventionnels, selon une étude de l’UFC-Que Choisir sur les «sur-marges» de la grande distribution publiée le 22 août. L’association de consommateurs s’est notamment basée sur des relevés de prix et sur les cotations de vingt-quatre produits publiées entre mai 2018 et mai 2019. La marge brute des distributeurs en bio est «en moyenne 75 % plus élevée qu’en conventionnel», indique-t-elle. «Si le niveau de marge en bio est équivalent au conventionnel pour l’oignon, l’ail ou la carotte, sur les trois fruits et légumes les plus consommés (la pomme de terre, la tomate et la pomme), les marges brutes sont respectivement 83 %, 109 % et 149 % supérieures au conventionnel», relève l’UFC-Que Choisir. Des différences «d’autant moins acceptables» pour l’association qu’elles ne sont pas justifiées par «une différence dans les frais de distribution». Elle demande à l’observatoire de la formation des prix et des marges de publier «les niveaux de marge par enseigne et par rayon» dans ses prochains travaux sur le bio et incite les consommateurs à «faire jouer la concurrence» avec les magasins spécialisés.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde