Aller au contenu principal

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale 2018 : la baisse des cotisations Amexa est entre les mains des députés

Les agriculteurs du Nord et du Pas-de-Calais se sont mobilisés lundi 27 novembre contre le projet de loi de financement de la Sécurité sociale 2018 (PLFSS) qui vise à supprimer la réduction de sept points de cotisations Amexa obtenue en 2015.

Actions de la FNSEA et des JA devant les permanences des parlementaires de La République en marche et de la mairie de Tourcoing.
Actions de la FNSEA et des JA devant les permanences des parlementaires de La République en marche et de la mairie de Tourcoing.
© Nicolas Georget


«Darmanin, innochin, on n’a purin» ou «tous dans le bren à cause de Darmanin». C’est avec ces messages que les adhérents des FDSEA et JA du Nord et du Pas-de-Calais ont interpellé, lundi 27 novembre, le ministre de l’Action et des comptes publics Gérald Darmanin. En cause : son projet de loi de financement de la Sécurité sociale (LFSS) pour 2018, qui prévoit la suppression de l’allégement de sept points de la cotisation Amexa (assurance maladie et maternité) des exploitants, obtenu auprès du gouvernement précédent en 2015.
Dans le Pas-de-Calais, une centaine d’agriculteurs se sont réunis devant les six permanences des parlementaires de La République en marche (LREM) pour leur exposer la situation. Ils ont exprimé leur refus de «cette mesure qui annule un acquis de 2016 et va mettre à mal notre compétitivité». La quasi-totalité des parlementaires a pu être rencontrée. Parallèlement, dans le Nord, près de 50 tracteurs et 100 agriculteurs se sont rassemblés à Tourcoing devant la mairie, ancien fief du ministre des Comptes publics. Deux députés, Anne-Laure Cattelot (LREM) et Vincent Ledoux (LR), se sont présentés devant les agriculteurs présents : ils les ont entendus et se sont engagés à ne pas voter l’article «en l’état».

Une mesure pour la compétitivité
Selon Gérald Darmanin, cette mesure n’a plus lieu d’être puisqu’elle répondait à une crise ponctuelle. Si la mesure a été obtenue à l’occasion de la crise de 2015, la réponse juridique apportée s’est traduite par la publication d’un décret en mars 2016 dont la rédaction de son article 2, «le présent décret s’applique aux cotisations sociales dues au titre de la période courant à compter du 1er janvier 2016», ne signifie pas que son application serait limitée dans le temps. Par ailleurs, le courrier adressé en février 2016 au président de la MSA ne mentionne pas le caractère ponctuel de cette mesure. Si cela avait été le cas, le décret aurait été rédigé dans ce sens. De plus, la mesure a peu d’effet en période de crise, du fait des faibles revenus des exploitants. Elle prend toute son importance dans une année «normale».

Une prise de conscience des députés
Pour rappel également, cette mesure de baisse de sept points de la cotisation Amexa avait aussi pour objectif de redonner de la compétitivité aux exploitations agricoles. Elle visait à rapprocher le niveau de cotisation des agriculteurs français de leurs collègues européens.
La loi de financement de la Sécurité sociale a été adoptée en deuxième lecture à l’Assemblée nationale le 28 novembre. Les débats ont été longs et houleux. De nombreux députés ont pris la parole en faveur des agriculteurs. Plusieurs références ont été faites aux courriers que la FNSEA et les FDSEA ont transmis aux élus. Le rapporteur, Olivier Véran (LREM), a dû revoir son argumentaire. L’Assemblée nationale semble désormais consciente que cette mesure est défavorable aux agriculteurs et vient toucher un secteur déjà fragile. Quatre députés de LREM ont pris la défense des agriculteurs et n’ont pas voté l’article 7 relatif à la baisse de la cotisation Amexa, dont les députés qui ont été rencontrés lundi à Tourcoing.
En l’état, il semble difficile qu’un changement s’opère d’ici lundi prochain (date de l’adoption définitive du texte à l’Assemblée nationale, après passage au Sénat jeudi). Cependant, le changement de posture des députés ouvre de nouvelles perspectives pour les textes à venir.



Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde