Aller au contenu principal

Promouvoir les dons agricoles dans la durée

Interface des dons d’origine agricole, l’association Solaal a profité du salon de l’agriculture pour faire le bilan de l’année écoulée.

1 200 tonnes, soit 2,4 millions de repas, ont été distribuées aux associations alimentaires via Solaal en 2014.
1 200 tonnes, soit 2,4 millions de repas, ont été distribuées aux associations alimentaires via Solaal en 2014.
© Dr A. Favre, BA 14

Avec l’embargo russe qui a plombé les exportations en 2014, les filières agricoles et notamment celles des fruits et légumes se sont tournées vers les associations caritatives pour écouler leurs surplus. Fin 2014, 1 200 tonnes (soit 2,4 millions de repas) ont été distribuées aux associations alimentaires via Solaal, interface entre les donateurs des filières agricoles et les associations. Un chiffre qui pour sa présidente, Angélique Delahaye, n’est qu’une «goutte d’eau dans l’océan des besoins» et incite l’association à poursuivre son action pour faciliter et amplifier l’élan solidaire du milieu agricole au-delà des crises conjoncturelles.

Défiscalisation et contreparties
L’une des conditions nécessaires à la continuité de ces dons, c’est la défiscalisation pour les produits non transformés. En novembre 2013, les dons de lait ont été défiscalisés en prévision des quantités supplémentaires qui pourraient résulter de la fin des quotas, puis en décembre dernier, les œufs ont également bénéficié de la mesure. L’abandon de recettes est par ailleurs possible pour les céréales depuis fin 2014.
Conscient de l’importance de ces avantages fiscaux pour inciter au don, Guillaume Garot, ancien ministre de l’Agroalimentaire, parlementaire en mission sur le gaspillage alimentaire, a affirmé que dans son rapport qui sera remis d’ici un mois, «la défiscalisation doit rester un levier fondamental de lutte contre le gaspillage», même en période d’économie budgétaire. Cependant, «cette défiscalisation doit être assortie de contreparties», a-t-il ajouté, notamment en termes de mesure de ce qui est gaspillé, pour avoir un point de départ et constater l’effectivité de la réduction.

Lever les blocages
Le don doit pouvoir être mesuré en valeur mais aussi en volume, et la défiscalisation doit être selon lui conditionnée à des garanties de qualité, notamment en ce qui concerne les dons de la grande distribution.
Au-delà de la fiscalité, la réduction du gaspillage doit également passer par la levée de certains freins techniques, financiers et logistiques. Guillaume Garot cite ainsi l’exemple de restaurateurs qui pourraient s’inquiéter de leur responsabilité quand ils donnent des doggy bags à leurs clients : en clarifiant la réglementation, «on pourrait facilement les rassurer», s’exclame le député.
Un gros travail reste en effet à fournir pour faciliter et généraliser le don agricole. Arnaud Delacour, président de l’Union nationale des producteurs de pommes de terre (Unpt) explique ainsi les difficultés qu’il y a à donner des pommes de terre aux entreprises qui les transforme en chips, par exemple, puisque que ces produits bruts ne représentent que 20 % du coût du produit final pour l’entreprise qui n’est pas toujours disposée à payer de sa poche les 80 % manquants. La profession avance pour trouver des solutions à ce problème complexe.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les 54 saisonniers retenus ont participé à une journée d’essais sous l’œil attentif de Fabien Deguehegny, un des associés de la SCEA Biosources.  Premiers «vrais» désherbages prévus mi-mai. 
Recruter 52 saisonniers locaux pour le désherbage : pari gagné
La SCEA Biosources, à Méharicourt, a converti 163 ha en bio, dont 80 ha de légumes. Un des enjeux était de recruter une…
Aujourd’hui, il n’est pas possible de planter les pommes de terre en direct dans la pré-butte. Un travail sur le couvert est encore à mener pour y parvenir. 
Le pré-buttage d’été pour limiter l’érosion : rêve ou réalité ?
Jean-Paul Dallene, installé à Oppy (62), pratique le pré-buttage d’été pour ses pommes de terre depuis trois ans. Même si la…
Douze-mille personnes avaient participé à l’édition 2019 d’Ailly-le-Haut-Clocher.
Plaine en fête 2021 ? Oui !
Covid ou pas, les Jeunes agriculteurs de la Somme ont décidé d’organiser Plaine en fête cette année. L’édition devra certainement…
Pulvé
Dans le Nord, une commune de Flandre fait de l'anti-agribashing
Dans une publication sur le réseau social Facebook, une élue de la commune d'Hondeghem, dans les flandres, tente d'expliquer à…
450 hectares de betteraves à ressemer dans la Somme
Au 20 avril, la CGB estime autour de 4 500 hectares la surface de betteraves sucrières endommagées par l’épisode de gel dans les…
Hugues d’Hautefeuille a testé plusieurs itinéraires culturaux dans ses micro-parcelles, à Monsures. 
Une filière orties émerge en Hauts-de-France
L’ortie est une plante qui pousse partout où on ne la souhaite pas. Pourquoi ne pas la cultiver pour en tirer des bénéfices ? C’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde