Aller au contenu principal

Protection du blé : ça sent le souffre !

Les évolutions réglementaires vont bouleverser les programmes fongicides. Le retrait possible ou confirmé de certaines triazoles et du chlorothalonil poussent à revoir la protection fongicide du blé, tout particulièrement le T1.

La septoriose est particulièrement à surveiller.
La septoriose est particulièrement à surveiller.
© CA HDF



En parallèle du retrait possible ou confirmé de certaines triazoles et du chlorothalonil, la tolérance aux maladies foliaires des nouvelles variétés a énormément progressé. En utilisant une variété tolérante à la septoriose et aux rouilles, il semble possible de fortement diminuer les doses du T1, voire d’en faire complètement l’impasse. Cependant, le T1 permet souvent d’intégrer une molécule à action fongicide multi-site (en général du Chlorothalonil), ce qui est important pour la gestion des résistances aux fongicides.
Pour résumer, de moins en moins de solutions fongicides chimiques disponibles, des variétés de plus en plus résistantes, mais la nécessité d’intégrer des molécules à action multi-site dans les programmes.
Ce contexte nous pousse à tester de manière plus approfondie les solutions de biocontrôle, en particulier sur le T1. Le soufre fait son grand retour dans les programmes fongicides, y compris contre la septoriose. Des résultats d’essais, notamment issus d’Arvalis, tendent à montrer une efficacité sur septoriose, ce que n’ont pas confirmé nos essais de 2018. Plusieurs formes sont disponibles, en particulier la forme classique micronisée (Thiovit, Jubile) et l’Heliosoufre, qui est une solution de soufre liquide associée à un adjuvant, l’Heliosol. Le surcoût de l’Heliosoufre est-il valable ?

D’autres solutions de biocontrôle
D’autres solutions de biocontrôle sont en cours d’homologation et pourraient apporter des compléments intéressants. Cette année, nous testons le phosphanate de potassium, qui présente une action fongicide, mais aussi une action de stimulation des défenses des plantes. Les résultats d’efficacité sont prometteurs.
Le protocole mis en place pour la campagne 2019 a pour objectif de tester de manière approfondie les solutions de biocontrôle disponibles. Cette année seront testés des programmes avec T1 100 % biocontrôle, ainsi qu’un programme entièrement à base de biocontrôle. Le faible impact des maladies en 2018 ainsi que le fait d’avoir testé les biocontrôles associés avec des demi-doses de fongicides n’a pas permis de conclure sur l’intérêt des solutions testées. Cette année, les programmes 100 % biocontrôle et l’arrivée du phosphanate de potassium doivent nous permettre d’aller plus loin.
Les résultats seront à observer le 11 juin, à Catenoy (60), lors de la visite de la plateforme d’essais des Chambres d’agriculture des Hauts-de-France.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde