Aller au contenu principal

Bâtiment
Quand et comment choisir un racleur à corde pour les effluents ?

Pour le spécialiste de la gestion des effluents à la ferme, Renson Elevage, il n’existe pas de meilleure solution qu’un système de raclage à corde pour évacuer le lisier d’un bâtiment d’élevage. Ses conseils pour bien le choisir.

Le racleur à corde présente la caractéristique d'être un système simple.
© Renson Élevage

Le nettoyage efficient des allées d’une stabulation contribue au bien-être des animaux, améliore la productivité et le quotidien de l’éleveur tout en favorisant la soutenabilité environnementale. La solution : le racleur. Mais comment et lequel choisir ? À corde, hydraulique, à chaîne ou à câble..., il existe de nombreuses solutions. Parmi elles, celle proposée par Renson Élevage qui se présente comme un système de raclage à corde.

Partant du principe selon lequel les fumiers et lisiers issus des bâtiments d’élevage constituent des engrais de ferme, riches en éléments fertilisants, Renson Élevage propose un accompagnement des éleveurs et différentes solutions, « quelle que soit la taille et le type d’exploitation : collecte, homogénéisation, transfert, traitement et épandage », assure l’entreprise. Celle-ci équipe aussi bien des élevages de « porc, de bovin ou de lapin », détaille le directeur marché élevage de Renson, Laurent Yvergniaux.

L’Institut de l’Élevage rappelle que les couloirs de circulation représentent près de 70 % de la surface de l’aire de vie des animaux dans une stabulation. Leur entretien est capital. Pour la collecte et le nettoyage efficient des allées, le choix du racleur dépend de l’installation (neuve ou existante) et de la volonté de l’éleveur. Chaque système a ses avantages et ses inconvénients. Mais pour Laurent Yvergniaux, « dès qu’une exploitation rassemble plus de 40 animaux, l’utilisation d’un racleur automatisé est vitale. C’est la solution pour une bonne propreté du bâtiment, une meilleure hygiène des animaux et un confort pour l’éleveur. Sans oublier que le racleur permet un gain de productivité et favorise la soutenabilité environnementale ».

Son conseil s’oriente vers un racleur à corde, pour de multiples raisons : « C’est la solution la plus facile à installer avec de nombreux avantages pour l’éleveur : faible coût de mise en œuvre, peu énergivore, longévité inégalable et adaptée aux bâtiments tout lisier ou peu pailleux. Cette solution est également la moins dangereuse pour les animaux ».

Le modèle de Renson Élevage, qui équipe plus d’une centaine de fermes en France a été conçu « pour générer le moins d’entretien possible et répondre aux besoins de l’éleveur ». Autrement dit, il est garanti pour générer peu d’usure au niveau des pièces en contact avec le sol, celles-ci étant réalisées en Ardox. Il est également monté d’un caoutchouc intégré entre le racleur et le sol pour l’étanchéité, dispose d’une largeur ajustable à la dimension du couloir (jusqu’à 5,10 m) et d’un système d’enroulement « le plus large du marché ».

En matière de fiabilité, le constructeur revendique un taux de SAV « de moins de 0,5% » et propose un accompagnement de A à Z pour bien s’équiper.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
De gauche à droite, Rémi Chombart et Laurent Degenne, associés à l’origine  du projet, et Pierre Chombart, responsable du site : «l’idée est de maximiser les capacités de production qu’offre la méthanisation.»
Un méthaniseur véritable pôle de production d’énergies vertes
À Vraignes-en-Vermandois (80), dix-huit agriculteurs se sont associés autour d’une unité de méthanisation bien particulière. En…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde