Aller au contenu principal

Bâtiment
Quand et comment choisir un racleur à corde pour les effluents ?

Pour le spécialiste de la gestion des effluents à la ferme, Renson Elevage, il n’existe pas de meilleure solution qu’un système de raclage à corde pour évacuer le lisier d’un bâtiment d’élevage. Ses conseils pour bien le choisir.

Le racleur à corde présente la caractéristique d'être un système simple.
© Renson Élevage

Le nettoyage efficient des allées d’une stabulation contribue au bien-être des animaux, améliore la productivité et le quotidien de l’éleveur tout en favorisant la soutenabilité environnementale. La solution : le racleur. Mais comment et lequel choisir ? À corde, hydraulique, à chaîne ou à câble..., il existe de nombreuses solutions. Parmi elles, celle proposée par Renson Élevage qui se présente comme un système de raclage à corde.

Partant du principe selon lequel les fumiers et lisiers issus des bâtiments d’élevage constituent des engrais de ferme, riches en éléments fertilisants, Renson Élevage propose un accompagnement des éleveurs et différentes solutions, « quelle que soit la taille et le type d’exploitation : collecte, homogénéisation, transfert, traitement et épandage », assure l’entreprise. Celle-ci équipe aussi bien des élevages de « porc, de bovin ou de lapin », détaille le directeur marché élevage de Renson, Laurent Yvergniaux.

L’Institut de l’Élevage rappelle que les couloirs de circulation représentent près de 70 % de la surface de l’aire de vie des animaux dans une stabulation. Leur entretien est capital. Pour la collecte et le nettoyage efficient des allées, le choix du racleur dépend de l’installation (neuve ou existante) et de la volonté de l’éleveur. Chaque système a ses avantages et ses inconvénients. Mais pour Laurent Yvergniaux, « dès qu’une exploitation rassemble plus de 40 animaux, l’utilisation d’un racleur automatisé est vitale. C’est la solution pour une bonne propreté du bâtiment, une meilleure hygiène des animaux et un confort pour l’éleveur. Sans oublier que le racleur permet un gain de productivité et favorise la soutenabilité environnementale ».

Son conseil s’oriente vers un racleur à corde, pour de multiples raisons : « C’est la solution la plus facile à installer avec de nombreux avantages pour l’éleveur : faible coût de mise en œuvre, peu énergivore, longévité inégalable et adaptée aux bâtiments tout lisier ou peu pailleux. Cette solution est également la moins dangereuse pour les animaux ».

Le modèle de Renson Élevage, qui équipe plus d’une centaine de fermes en France a été conçu « pour générer le moins d’entretien possible et répondre aux besoins de l’éleveur ». Autrement dit, il est garanti pour générer peu d’usure au niveau des pièces en contact avec le sol, celles-ci étant réalisées en Ardox. Il est également monté d’un caoutchouc intégré entre le racleur et le sol pour l’étanchéité, dispose d’une largeur ajustable à la dimension du couloir (jusqu’à 5,10 m) et d’un système d’enroulement « le plus large du marché ».

En matière de fiabilité, le constructeur revendique un taux de SAV « de moins de 0,5% » et propose un accompagnement de A à Z pour bien s’équiper.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Pour ses premières vendanges, Martin Ebersbach a pu compter sur l’aide de sa famille et de ses amis. Reste tout le travail de vinification à réaliser.  Dégustation de la première coupe de vin effervescent bio d’Ailly-sur-Noye début 2023. 
Une première vendange au Vignoble des Vœux
Pour pouvoir s’installer à la ferme familiale des Vœux, à Ailly-sur-Noye, Martin Ebersbach a planté un vignoble pour y produire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde