Aller au contenu principal

Couverts végétaux
Quand le respect de la réglementation sur les couverts se heurte au bon sens

La sécheresse qui touche depuis plusieurs semaines le département de la Somme ne favorise pas l’implantation des couverts végétaux (Cipan) et autres SIE pourtant obligatoires après la moisson et la récolte des légumes d’industrie.

Semer des couverts dans une terre sèche est une aberration agronomique et un gâchis économique pour les agriculteurs rencontrés.
© V. F.

«J’ai semé un couvert pour être dans les clous, mais honnêtement, c’est jeter de l’argent par la fenêtre…» Milieu de semaine, Patrice*, agriculteur à l’est de la Somme, était dubitatif devant sa parcelle de 5 hectares dans laquelle il a semé des graines de moutarde, fin de semaine dernière. «Sur ce champ où j’ai récolté des légumes pour l’industrie, explique-t-il, j’avais prévu de semer un mélange d’espèces mais compte tenu des conditions, ce n’est pas la peine. Je suis convaincu que rien ne va lever, mais au moins, on ne pourra pas me reprocher de ne pas l’avoir fait». Il estime le coût de cette opération à environ «60 € par hectare», pour un retour sur investissement «nul». «En tant que chef d’entreprise, quand on fait quelque chose, c’est avec l’espoir d’en tirer un bénéfice. Aujourd’hui, je sais que ce sera une perte nette. On n’arrête pas de nous bassiner avec l’empreinte carbone de nos activités et là, pour une obligation réglementaire, j’ai cramé du carburant pour rien», détaillait l’agriculteur le 10 août.

Des bonnes volontés contrariées

La moisson précoce donnait pourtant quelques perspectives et des marges de manœuvre. En conditions «normales», Patrice est convaincu de l’intérêt des couverts et privilégie les mélanges. Sauf que l’année 2022 est particulière : «On est tous convaincu de l’utilité des couverts, mais cette année, malgré de la bonne volonté, ce n’est pas possible». Sur une autre parcelle, où un couvert a été semé, l’agriculteur est confronté à un autre problème : la présence de chardons. «Il faut que l’on m’explique comment faire, peste-t-il. Étant donné que j’ai semé un couvert, je n’ai pas le droit d’intervenir dans la parcelle avant le 15 septembre. Et dans le même temps, j’ai l’obligation de lutter contre la prolifération du chardon…»
A l’ouest d’Amiens, dans la commune d’Hallivillers, chez Emmanuel Blanckaert, le constat sur la pertinence de semer des couverts est partagé : «On a déchaumé une partie des surfaces et on est encore en route à le faire, mais on n’a encore rien semé, expliquait-il mercredi. On ne voit pas le tracteur dans la poussière tellement c’est sec, et on use les dents». Techniquement, selon cet agriculteur, «rien n’empêche de semer. On a le matériel pour le faire, mais agronomiquement, ça ne donnera rien. Le couvert ne lèvera, sauf s’il pleut la semaine prochaine pendant trois jours». En l’état, Emmanuel Blanckaert dit «ne pas pouvoir assurer le résultat» de ses futurs couverts. Éleveur, il est également confronté à d’autres difficultés : celle de ne pas pouvoir semer un ray-grass dont la récolte en novembre prochain est hypothéquée, et l’attente avant de pouvoir réaliser ses semis de colza.

Pour déroger, des démarches «complexes»

Au sujet de la réglementation, Patrice évoque une «aberration administrative». Et les mots ne sont pas tendres : «C’est ce qui arrive quand on fait de l’agriculture depuis un bureau… Heureusement, personne ne nous impose des dates de semis pour le blé ou les betteraves ! Parce que même s’il y a des dates optimales, il m’est déjà arrivé de semer du blé en décembre…» S’il existe des possibilités de déroger, Patrice regrette une certaine complexité des démarches à effectuer : «Dès que l’on veut demander une dérogation, c’est tout un tas de documents Cerfa à remplir… On n’a pas vraiment le choix si on ne veut pas être dans l’illégalité». Enfin, pour Patrice, «ce ne devrait pas être une demande de la profession, mais une proposition de l’administration».

*Prénom d’emprunt


Marie-Françoise Lepers, secrétaire générale de la FDSEA 80 : "Travaillons avec bon sens !"

© AAP
La réaction de Marie-Françoise Lepers, secrétaire générale de la FDSEA
Entre 5 et 10 millions de litres de carburants brulés inutilement ; 15 millions d’euros de semence jetés par la fenêtre ; des engins broyés ou anormalement usés ; voilà ce que risque le monde agricole samarien si les obligations de semis en interculture sont maintenues. Nous savons tous que c’est inutile. Alors travaillons avec bons sens, et ne faisons pas ce qui ne sert à rien. Attendons la pluie, regardons ce qui viendra et ce qui sera encore possible ou pertinent pour nos champs, nos fermes, ce qui est toujours en phase avec la cohérence environnementale.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
L’offre alléchante de Milcobel aux éleveurs régionaux attise le feu
Avec 555 €/1 000 l (42/43) payés en juin 2022, la coopérative belge Milcobel espère séduire les éleveurs laitiers des Hauts-de…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde