Aller au contenu principal

Quand les fermes deviennent des œuvres d’art...

Thierry Guillot, alias Glass Hysteria, est graphiste en région parisienne. Mais il aime se ressourcer dans la maison familiale de Thory, près d’Ailly-sur-Noye. L’art urbain se mêle alors au milieu agricole…



Une fresque sur le mur d’une exploitation, à l’entrée du village de Thory, rappelle que les vaches laitières ruminaient dans cette ferme il y a encore quelques années. Quelques rues plus loin, la représentation d’un étang au coucher de soleil, où s’épanouissent des canards et un faisan, laisse deviner que l’agriculteur est un amateur de nature et de chasse. Au-dessus, pas de doute, le commerce de paille fait vivre l’exploitation, puisqu’un tracteur attelé à un plateau bien chargé y est peint. Ces œuvres sont nées des bombes de peinture de Thierry Guillot, alias Glass Hysteria.
«J’ai toujours été graphiste, se présente l’artiste, qui habite à Epinay-sur-Seine, en Seine-Saint-Denis. J’ai travaillé pour la promotion des ventes de grosses boîtes agro-industrielles, mais ma passion est tout ce qui touche au naturel.» Alors entre deux contrats pour Lu, Jacques Vabre ou Coca Cola, l’homme aime retrouver sa paisible campagne samarienne, dans la maison de ses grands-parents. «Ici, je connais tout le monde. Les agriculteurs du village sont mes amis d’enfance

Raconter l’histoire du village
Lui a cependant gardé sa vie urbaine, où il a exploré diverses techniques de création artistiques : gravure sur verre, graffiti… Grafitti ? Il avoue avoir pratiqué cette activité en «pirate», au début. «Mais nous avons la chance que ce soit devenu un besoin, pour redorer les quartiers à l’abandon.» Ce même besoin se fait sentir en campagne. Une idée lui est alors venue, à force de passer devant les murs vierges des fermes. «Ils peuvent raconter l’histoire du village, à travers l’histoire de chaque grange, chaque enceinte.»
Délicat, au début, de vendre le tag, perçu comme une activité sauvage. «Je suis allé discuter de leurs envies avec les agriculteurs, je leur ai fait des propositions de décors sur ordinateur pour qu’ils puissent se rendre compte. Nous avons discuté des détails…» Et à cette suggestion, quelques amis ont été emballés.

Communication positive
Bertrand Pruvot, installé dans la Grande rue, agriculteur et marchand de paille, a été le premier à accepter le projet. «C’est un moyen de montrer ce que nous faisons, et puis ça égaille la façade», confie-t-il. Une communication positive bienvenue, à l’heure où les habitants des villages s’éloignent de plus en plus du milieu agricole. «Lorsqu’on met un peu de paille dans le caniveau, c’est toute une histoire. Mais cette fresque n’est que du positif. Beaucoup de gens s’arrêtent pour voir. La discussion est facilement entamée.» Certains profitent même d’un tour de la ville pour admirer l’ensemble des œuvres.
Thierry Guillot confirme : «Lorsque je suis en pleine création, tout le monde vient me voir pour poser des questions. Je n’arrive pas à bosser ! (Rires)». La réussite des premiers projets fait désormais effet boule de neige. Quatre fresques ont déjà été réalisées dans le village, et quatre autres sont en prévision, dont l’abri de bus de la commune. «J’aimerais faire encore plus de fermes et, pourquoi pas, me voir confier des bâtiments et des murs d’autres communes.»

Contact : Thierry Guillot, 06 50 42 93 04
Facebook : @glasshysteria
Instagram : glass_hysteria

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde