Aller au contenu principal

Quand s’engager contre les adultes de grosse altise

Observer pour prendre les bonnes décisions contre la grosse altise adulte reste la règle d’or, rappelle en ce début du mois d’octobre les techniciens de Terres Inovia.

Avec les résistances aux pyréthrinoïdes de la grosse altise et du charançon du bourgeon terminal, la lutte contre ces deux ravageurs est devenue plus difficile. Mais la lutte ne se justifie que si la survie du colza est en jeu. Dans cet esprit, il est nécessaire de surveiller les prélèvements foliaires des grosses altises sur les petits colzas. Si vous avez réalisé un semis précoce dans des conditions favorisant un développement rapide des plantules, votre colza a normalement dépassé aujourd’hui le stade 3 feuilles. 

Si les grosses altises sont signalées, il faut vérifier leur présence dans les pièges enterrés de vos parcelles. Une fois les insectes présents, il faudra observer les plantes car l’intervention ne se décidera qu’après l’observation des attaques sur plante et non sur le nombre de captures en cuvette. Comment reconnaître les dégâts ?
L’altise adulte se nourrit sur les cotylédons et les jeunes feuilles et ces prélèvements se traduisent par des morsures de 1 à 2 mm de diamètre. 

 

Période de sensibilité et seuil de risque indicatif

Uniquement pour les colzas vulnérables entre le stade levée et 4 feuilles, le seuil indicatif de risque est de 8 pieds sur 10 avec morsures et 25 % de surface foliaire consommée.

Plus qu’un seuil de pourcentage de plantes avec morsures et de pourcentage de surface foliaire détruite, ce sont la vitesse d’accumulation des dégâts et la vitesse de croissance de la culture qui, pris en compte quasiment quotidiennement, permettent de bien appréhender ce risque altises adultes. Au-delà de 4 feuilles, le colza est généralement tiré d’affaire. Afin de faciliter la prise en compte de ces différents critères, un OAD est disponible en ligne sur la site www.terresinovia.fr

Le recours aux insecticides doit tenir compte du statut de résistance connu ou suspecté (cf. carte). En effet, un mauvais choix peut entraîner un échec immédiat et exercer une pression de sélection inutile. Si une intervention est nécessaire, n’intervenez qu’une fois sur adulte en utilisant de préférence Boravi® WG 1 kg/ha (à incorporer dans une eau à pH 5,5), et avec de bonnes conditions de traitement. L’altise d’hiver est active surtout dans les premières heures qui suivent la tombée de la nuit. Privilégier l’application en soirée avec un volume de bouillie d’au moins 150 à 200 l/ha. Cette intervention sur adulte n’aura que peu d’impact sur les infestations larvaires qui peuvent être visibles à l’entrée de l’hiver. 

Si les deux applications possibles de Boravi WG sont utilisées sur adultes de grosse altise, seuls les pyréthrinoïdes pourront être utilisés sur charançon et larve de grosse altise avec un risque important de progression rapide des résistances. 

 

Être averti pour bien agir 

À partir de la mi-octobre, ce sont les charançons du bourgeon terminal (CBT) et les larves de grosses altises (GA) qui doivent retenir l’attention. La nuisibilité de ces deux ravageurs dépend, bien sûr, de la pression larvaire et aussi de la dynamique de croissance du colza. L’état de croissance du colza et sa capacité à poursuivre sa croissance de façon continue jusqu’à l’entrée de l’hiver puis en reprise de végétation sont déterminants. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Le marché aux bestiaux, installé sur 4 ha à Tilloy-les-Mofflaines, serait trop coûteux pour la Communauté urbaine  d’Arras (CUA).
Sans marché aux bestiaux d’Arras, l’élevage régional sera affaibli
La Communauté urbaine d’Arras (CUA), propriétaire du marché aux bestiaux, va cesser cette activité jugée trop onéreuse fin 2021.…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde