Aller au contenu principal

À quand une prise en compte du coût de production ?

Les divergences sont encore nombreuses et importantes entre les producteurs, les transformateurs et les distributeurs pour parvenir à un accord avant
le 1er mars. Le point de blocage : la détermination du coût de production.

Le consensus qui avait émergé lors des discussions de la Loi Egalim sont aujourd’hui un lointain souvenir. 
Le consensus qui avait émergé lors des discussions de la Loi Egalim sont aujourd’hui un lointain souvenir. 
© Pixabay

À la veille de la rencontre entre les différents acteurs pour un nouveau tour de table sur les négociations commerciales, les ministères de l’Agriculture et de l’Industrie n’étaient pas très confiants sur l’issue des pourparlers. La réunion qui s’est tenue le 29 janvier a confirmé leurs craintes. C’est sur un quasi-constat d’échec que les acteurs se sont quittés. Les deux ministères le reconnaissent : le comité de suivi des relations commerciales «a fait émerger d’importantes divergences entre l’analyse de la situation par les transformateurs d’une part et les distributeurs d’autre part». Mais également par les agriculteurs qui, par l’intermédiaire de la FNSEA, dénoncent «l’attitude irresponsable de la grande distribution». Toute la question tourne autour de la définition du coût de production. D’ailleurs, la loi Egalim votée en octobre 2018 prévoit “la construction du prix en marche avant”, c’est-à-dire à partir des coûts de production et des coûts de revient des fournisseurs. Or, la grande distribution qui constate une baisse du pouvoir d’achat des Français demande à l’amont (producteurs et transformateurs) de baisser leurs prix de 2 à 4 % selon les produits. «Inadmissible» pour la FNSEA qui constate que «les cours de certaines matières premières augmentent (+ 20 % pour les céréales, + 25 % sur le soja). Ces coûts renchérissent considérablement le coût de l’alimentation animale pour tous les éleveurs». Pour le syndicat agricole, «il est indispensable que ces hausses de coût de production soient répercutées dans les conditions générales de vent».

 

Risque sur la souveraineté alimentaire

Les deux ministres semblent être sur la même longueur d’ondes que les agriculteurs et les transformateurs notamment quand ils déclarent de manière très pudique à propos des distributeurs : «certains comportements interrogent quant à leur conformité à la loi», comportement que le gouvernement «ne comprend pas». Pour ce dernier, les distributeurs  «rompent  (…) le consensus qui avait su émerger des États généraux de l’alimentation et se heurtent aux principes de la loi tel que celui de la construction en avant du prix. En cela, cette attitude fait porter un risque sur la pérennité de notre souveraineté alimentaire». L’Association nationale des industries alimentaires (ANIA) déplore, elle aussi, les pressions exercées par les grandes enseignes sur leurs entreprises, en particulier par des «menaces de déréférencement». Les grandes surfaces recourent de plus en plus aux “pénalités logistiques” (pour livraisons en retard notamment). «Ça devient un centre de profit chez les distributeurs. Ça devient systématique et même choquant», confie-t-on dans l’entourage du ministre de l’Industrie.

 

La solidarité, un lointain souvenir ?

Afin de faire entendre raison aux grandes enseignes, les ministères de l’Agriculture et de l’Industrie ont décidé d’intensifier les contrôles de la loi Egalim menés par les services de la DGCCRF. Ils ont aussi lancé une adresse de signalement (signalement@agriculture.gouv.fr) pour des «prix constatés en magasin qui paraissent trop bas par rapport aux coûts de production ainsi que des problèmes d’étiquetage». Une initiative saluée par la FNSEA qui y voit une manière de limiter «les pratiques abusives et délictueuses constatées lors des négociations». Il reste un peu moins d’un mois pour trouver un accord et mieux répartir la valeur ajoutée tout au long de la chaîne alimentaire. La solidarité affichée lors du premier confinement, entre l’amont et l’aval pour “tenir bon” semble, à ce stade, un lointain souvenir.

 

Les distributeurs pointent l’absence d’indicateurs

«Il y a une faible minorité de projet de contrats [envoyés par les industriels aux distributeurs dans le cadre des négociations commerciales annuelles en cours] qui comportent des indicateurs», a regretté Jacques Creyssel, délégué général de la fédération du commerce et de la distribution (FCD le 2 février. «Très souvent, il n’y en a pas ou alors il y a une liste d’indicateurs mais aucune explication sur comment les utiliser (…) À tel point que certaines enseignes ont dû demander à leurs fournisseurs de compléter leur proposition», renchérit-il. Alors que la loi Egalim prévoit la construction des prix en marche avant en partant des coûts de production agricole, les distributeurs pointent le manque de transparence des industriels. «Il n’y a pas de négociations de premier niveau entre les agriculteurs et les industriels», déplore Jacques Creyssel. De ce fait, il assure que les distributeurs n’ont pas, en cas de hausse de tarif, la vision de ce qui redescend dans les cours de fermes.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Escaudoeuvres Tereos Agristo
Le projet d’Agristo sur l’ancien site Tereos d’Escaudoeuvres (59) en consultation publique

L’industriel belge Agristo est le troisième à dévoiler un peu plus les contours de sa future usine implantée sur le sol des…

Il faudra attendre un certain nombre de jours de beau temps pour pouvoir retravailler certaines parcelles et évaluer les pertes.
Coulées de boue : les agriculteurs ne veulent pas porter le chapeau

Les inondations qui ont touché la vallée de la Somme fin de semaine dernière relance le débat sur la prévention du phénomène d…

De 10h à 16h, le 31 mai, Benjamin et Raphaël Delva expliqueront aux visiteurs de leur ferme ce qui les a conduits à opter pour ce système, leur parcours, et la manière dont ils le gèrent aujourd’hui.
Une journée pour appréhender la production de lait à l’herbe… et bio

Le Gaec de la Ferme du Rivetin ouvrent les portes de son atelier laitier bio à l’herbe le vendredi 31 mai pour partager ses…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

«On doit avoir des députés de dossiers plutôt que de plateaux de télé»

Alors que la date du scrutin pour l’élection des députés européens se rapproche – ce sera le 9 juin -, la FDSEA de la Somme a…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde