Aller au contenu principal

Quatre enseignes privilégient la vente de fruits et légumes français

Au moins quatre enseignes de grande distribution se sont engagées, le 23 mars, à privilégier l'origine France sur les fruits et légumes. Le patron des magasins E. Leclerc a indiqué s’être engagé auprès de la FNSEA à «stopper toute autre origine que France sur les filières asperges, tomates et concombres». «Idem pour la fraise française, qui sera poussée en priorité», a déclaré Michel-Edouard Leclerc dans un billet posté sur son blog. Il a précisé qu’il pourrait y avoir des exceptions dans quelques magasins afin d’honorer les contrats passés, mais que «ce sera anecdotique». L’enseigne Système U s’est aussi engagée auprès de la FNSEA à faire valoir le made in France sur ses étals, révèle un communiqué paru ce même jour. Le groupe coopératif assure mettre «tout en œuvre pour promouvoir les ventes des produits de saison de France et ainsi soutenir la production nationale». De plus, Système U a décidé de «mettre en place le paiement comptant des factures pour soutenir la trésorerie des TPE et PME française qui livrent les entrepôts». D'après la FNO (éleveur ovins, FNSEA), Auchan se serait aussi engagé à «mettre en avant les agneaux et les fruits et légumes français». Enfin, Intermarché a annoncé, dans un communiqué du 23 mars, «un plan média national d'envergure pour (...) inciter à consommer notamment plus de fraises et d'asperges françaises».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde