Aller au contenu principal

Que faire de la main-d'œuvre en cas d'arrêt de chantier ?

Conséquence de l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen, certains travaux de récoltes ont été temporairement interdits par arrêté préfectoral dans plusieurs communes. Cette mesure exceptionnelle pourrait conduire certains agriculteurs à recourir au «chômage technique» pour leurs salariés. Le point sur la démarche.

© Jean Nanteuil




Autrefois appelé «chômage technique» ou «chômage partiel», le dispositif de l’activité partielle est un outil de prévention des licenciements économiques qui permet de maintenir les salariés dans l’emploi lorsque l’entreprise fait face, par exemple, à des difficultés économiques conjoncturelles ou un sinistre ou des intempéries de caractère exceptionnel.
Réduire l’activité des salariés
L'employeur peut placer ses salariés en position d'activité partielle lorsque l'entreprise est contrainte de réduire ou de suspendre temporairement son activité en raison notamment de la conjoncture économique, d’un sinistre ou d’intempéries de caractère exceptionnel.
Pour ce faire, l’employeur formule une demande d'autorisation d'activité partielle qui en précise les motifs, la période et le nombre de salariés concernés et est accompagnée de l'avis préalable du comité d'entreprise quand il existe, sinon des délégués du personnel. En principe, la demande d’autorisation est donc préalable. Toutefois, lorsque la suspension d’activité est liée à un sinistre ou des intempéries de caractère exceptionnel, l’employeur peut mettre ses salariés en chômage technique sans attendre à condition d’adresser ensuite sa demande dans les 30 jours. Il devra également justifier sa demande en fournissant, par exemple, la copie de l’arrêté préfectoral.
La demande d’autorisation, préalable ou exceptionnellement faite a posteriori, s’adresse par internet aux services de la Direccte. La décision d'autorisation ou de refus est notifiée par mail à l'employeur dans un délai de 15 jours, l'absence de décision dans ce délai valant acceptation implicite de la demande. Une fois l'autorisation administrative obtenue, qu'elle soit expresse ou tacite, l'employeur peut réduire ou suspendre son activité et mettre ses salariés en chômage technique. C'est cette autorisation qui lui permet d'obtenir le remboursement des indemnités versées aux salariés. L’autorisation est accordée pour une durée qui ne peut excéder 6 mois mais peut être renouvelée.
L’indemnisation due aux salariés
Le salarié ainsi placé en activité partielle reçoit de l’employeur, à la date normale de la paie, une indemnité horaire de 70 % de sa rémunération brute horaire, calculée sur l'assiette de calcul de l'indemnité de congés payés (ramenée à un montant horaire, soit à peu près 85 % du salaire net). L'indemnité horaire est portée à 100 % de la rémunération nette antérieure du salarié lorsque des actions de formation sont mises en œuvre pendant les heures chômées. Si après le versement de l’indemnité d’activité partielle la rémunération du salarié est inférieure au Smic net, l’employeur devra également verser une allocation complémentaire permettant d’assurer un Smic net au salarié. L'indemnité est versée par l'employeur à la date habituelle de versement du salaire. Parallèlement, Il doit remettre au salarié un document indiquant le nombre des heures indemnisées, les taux appliqués et les sommes versées ou les faire figurer dans le bulletin de paie. Précisions que l’indemnisation de l’activité partielle est exonérée des cotisations sociales (patronales et salariales) mais qu’elle est en principe passible des CSG et CRDS (après déduction de 1,75 % pour frais professionnels et aux taux respectifs de 6,3 % et 0,5 %).

Une allocation de 7,74€ versée à l’entreprise par heure non travaillée
Si l'employeur a obtenu l'autorisation préalable administrative, il peut déposer une demande d'indemnisation qui lui permet d'obtenir le versement mensuel d’une allocation d’activité partielle, en contrepartie des rémunérations versées aux salariés.
Cette allocation est fixée à 7,74 € par heure de travail non effectuée (7,23 € au-delà de 250 salariés), sauf contrat d'apprentissage ou de professionnalisation pour lesquels l'allocation est plafonnée. Le paiement est effectué par l'Agence de services et de paiement (ASP) qui agit pour le compte de l'État. Attention, cette allocation est versée dans la limite d'un contingent annuel d'heures indemnisables fixé à 1 000 heures par an et par salarié et dans la limite de 35 heures par semaine (ou de la durée stipulée au contrat lorsqu’elle est inférieure). Au-delà, les heures non travaillées au titre de l'activité partielle n'ouvrent pas droit au versement par l'État à l'employeur de l'allocation d'activité partielle.
Afin d'estimer le montant d'indemnisation qu'il peut escompter en cas de recours à l'activité partielle, l'employeur peut utiliser un simulateur en ligne de calcul de l'indemnisation d'activité partielle : http://www.simulateurap.emploi.gouv.fr/


Une demande à faire par internet

Depuis le 1er octobre 2014, toute nouvelle demande d’activité partielle doit être faite sur : https://activitepartielle.emploi.gouv.fr En quelques clics, les entreprises peuvent créer leur compte et déposer leur demande d’autorisation préalable (ou demande a postériori en cas d’un sinistre ou d’intempéries de caractère exceptionnel). Elles peuvent ensuite suivre l’instruction de leur dossier et reçoivent par mail la notification de la décision. Si la décision est favorable, elles peuvent mettre les salariés en activité partielle et établir les demandes d’indemnisation en ligne tous les mois.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Les Garages François, une histoire de famille
Les Garages François, c’est l’histoire d’une entreprise familiale avec une grande vocation, celle de servir et de satisfaire ses…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde